LES VOIX DE L'AUBE

De
Publié par

La voix est un miroir sonore qui naît de la morsure du temps. Lorsqu'elle apparaît avec la virginité laiteuse de l'aube, elle transporte en elle le besoin vital d'eau, fondement minéral de la condition humaine. Recueil conçu comme un carnet de reportage poétique, parlant au jour le jour de la tragédie de l'eau, mais aussi des perspectives d'espérance que cette expérience ouvre pour les humanités fragiles.
Publié le : samedi 1 septembre 2001
Lecture(s) : 248
Tags :
EAN13 : 9782296250987
Nombre de pages : 116
Prix de location à la page : 0,0051€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

LES VOIX DE L'AUBE

Du même auteur

1) Poésie

Anthologie
collab.),

sémaphore.

Actualités

des

poètes

(en

Paris, Editions La Bruyère, 1983. Les voix de l'aube, Paris, Editions Silex, 1985. Poésie du Sénégal, Paris, Editions Silex/Agence de coopération culturelle et technique, 1988. Visages d'Homme, Paris, L'Harmattan, 1994. La poésie négro-africaine, Luxembourg, Estuaire,16, 1994. Césaire: le voleur de verbe, Présence africaine 151/152, 1995.. Le poème blessé, Paris, L'Harmattan, 1996. Le lit de sable, Paris, l'Harmattan, 1998. Le sang des collines, Paris, L'Harmattan, 1998. 2) Autres De la modernité paysanne en Afrique noire. Le Sénégal. (Pour une sociologie de la ruse et de la norme), Paris, L'Harmattan, 1993. Les avatars de l'Etat en Afrique (en collab.), Paris, Karthala, La mondialisation. Un défi pour les citoyens (en collab.), Bruno Leprince Editeur, 1998.

Babacar SALL

LES VOIX

DE L'AUBE

Préface

de Jean-François

BR/ERRE

L'Harmattan

@

L'Harmattan,

2001

5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France L'Harmattan, Inc. 55, rue Saint-Jacques, Montréal Canada H2Y lK9 L'Harmattan, Italia s.r.I. Via Bava 37 10124 Torino L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest ISBN: 2-7475-1136-7 (Qc)

Préface

La tragédie

de la terre assoiffée

Le drame très ancien de la sécheresse qui fait la «une» des journaux africains et crève le petit écran, nourrit une abondante littérature. Poètes, romanciers, sociologues s'attachent à en démontrer les méfaits. En fait, depuis le déluge, l'eau joue un rôle primordial dans la littérature mondiale. Pas une oeuvre durable où il ne soit question d'eau. Cet élément est l'un des principaux acteurs de certains romans de Giono et coule dans les profondeurs des Gouverneurs de la Rosée de Jacques Roumain. La grève de la faim est dure à supporter mais celle de la soif vous met comme une cangue au cou: Mère! Est-il vrai Est-il vrai que c'est moi Qui porlais le carcan sinistre Des durs labeurs du Pays Neuf

Qui arrosais par ma sueur La terre stérile du Sud? Remarquez la progression du poème. Le premier vers compte une seule sylllabe, le second trois, le troisième six, puis suivent des octosyllabes jusqu'à la fin du poème. L'interrogation reprend au second poème comme un leitmotiv: Est-il vrai Est-il vrai que mes cils N'ont jamais connu mes sourcils Que ma main a trempé Dans toutes les saisons Que mon sang a servi d'abreuvoir Lorsque les fleuves se sont taris Et les cruches cassées?
Sans jamais écrire le mot « sécheresse », le poète a choisi une forme allusive. Il suggère plus qu'il n'affirme. Il effleure comme une aile d'oiseau l'eau du lac sans dire si l'oiseau est blessé et l'eau du lac bleue ou noire. C'est dans la forme de l'interrogation, gorge serrée, embouteillée d'angoisse qu'il laisse deviner l'étendue du désastre:

Oh ! Mère
Est-il vrai que mes arbres N'ont jamais fleuri Mes fruits jamais mûri 6

Mes enfants jamais grandi? Est-il vrai?
Il fait vivre la tragédie de la terre assoiffée à travers sa propre soif qui n'est pas matérielle, son amertume qui tient à une quête éperdue non seulement de son ego mais de la conscience communautaire éparse dans les rituels, les coutumes, les croyances, ce retour aux sources qui le replace dans le placenta. Cette amertume prendra une forme viscérale d'exigence de la connaissance totale:
«

La vie commence par un cri

Un cri de rupture Qui torture Ce cri que l'on pousse Qui n'est autre que l'écho De la voix maternelle

Embryon! Masse amorphe Cette rencontre de deux bulles
Qui donne la vie. »
L'auteur a trop de talent pour se livrer plus loin à ce jeu de collégien qu'est la recherche de la rime extérieure. Le registre dont nous avons donné un aperçu est le seul juste et susceptible de contenir les dimensions de son tourment. BRIERRE Poète haïtien du 26 juin au 2 juillet 1985)

Jean-François

(Afrique

Nouvelle

7

Première édition: Silex éditions, mars 1985 Deuxième édition: Editions L'Harmattan, juin 2001

8

À Boubacar KANE,

À Francis BEBEY

LE CRI PRIMAL

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.