Les yeux sauvages

De
Publié par

L'expérimentation de cette écriture ordinaire s'intitulant Les yeux sauvages est le fruit de ma propre expérience parisienne ; pour la plupart des sujets traités dans ce domaine qui est le « Constructivisme ». Cet existentialisme passe en revue soit des moments uniques d'histoire de vie, soit des moments particuliers de tranches de vie pour la plupart des textes écrits. Ces textes-ci datent de 1996 jusqu'à 2003… Les yeux sauvages sont le résultat d'une Révolte contre toutes valeurs conformistes établies, c'est-à-dire, que ces pensées poétiques, philosophiques, anthropologiques donnent comme précepte une littérature Anarchiste individualiste et Libertaire.
Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 282
Tags :
EAN13 : 9782296714953
Nombre de pages : 127
Prix de location à la page : 0,0073€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
LY E U X E S S A U V A G E S
Poètes des Cinq Continents En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005. La collection est actuellement dirigée par Philippe Tancelin et Emmanuelle Moysan La collectionPoètes des Cinq Continentsnon seulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an. Déjà parus 532 – Jo AITNANU,Les yeux sauvages, 2011. 531- Rodhlann JORNOD,Matière et contingence, 2011. 530 – Serge VENTURINI,Avant tout et en dépit de tout, 2010. 529 – Abdoulaye MAMANI,Œuvres poétiques, 2010. 528 – Olexiï DOVGYÏ,Le Calice de roses, éd. bilingue, 2010. 527 – Michel POMMIER LE PARC,Socle tremblé, 2010. 526 – Widad AMRA,Le Souffle du pays, 2010. 525 – Aleksandar PETROV,Le Cinquième Point cardinal, 2010. 524 – Hassan WAHBI,La Part de lumière, 2010. 523 – Tizou PEREZ,Accord perdu, 2010. 522 – Lionel MAR,Concordance des corps et des lettres, 2010. 521 – Catherine BREMEAU,Anna Barkova. La voix surgie des glaces, 2010. 520 – Marie-Louise DIOUF-SALL,L'Autre Genre, 2010. 519 – Suzanne MERIAUX,Secrète beauté du monde, 2010. 518 – Chloë MALBRANCHE et Marie-Angèle PRETOT, Abécédaire de la poésie surréaliste, 2010. 517 – Soisik LIBERT,Nivôse blues, 2010. 516 – Walid AMRI,Sols, 2010. 515 – Eric SHIMA,La voix des grands lacs, 2010. 514 – Gabriele NERIMEN,L'Orient Breton. Les contes d'une péninsule de l'Ouest vers l'Orient, 2010.
Jo AITNANU
LS A U V A G E SY E U X E S
Nous sommes conscients que quelques scories peuvent subsister dans cet ouvrage. Étant donnée l’utilité du contenu, nous prenons le risque de l’éditer ainsi et comptons sur votre compréhension. © L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-13711-0 EAN : 9782296137110
À Géraldine, L’intemporelle ondine blonde platine aux yeux bleus azuréens…mon premier amour.
I Il est à lui seul l’impuissance d’ouvrir ses yeux hagards.  Anéanti il accumule les fatras, mais moindres sont-ils: juste un bonheur  aiguisé par la dérision. Pour moi la vie est comme un portrait d’Haïti: une substance à part entière; à vous et à moi, la souffrance de mes maux, et mes mots semblent, de ma bouchesauvage, comme celle d’un Chat,noirsaccoutumés.
7
II
Paris,rue Cassini, le 06/VIII/1996.
Ah! Je souffre, on me prend pour un nerf, – buvons à la santé, gargantuesque; et n’estimons plus une vie comme une arche de futur: juste le corps ne semble plus qu’exister, normalement. Et toi le poète tu ne vis que pour te ressembler, tu en as marre des chambres poidsde la solitude. Moi je n’ai plus qu’à rester leste etme laisser envahir par une incertitude normale.
8
III
De quoi, de quoi avons-nous l’air? Une Tromperie, une sodomie? Qui n’aime pas rester dans un endroit plus d’une heure, alors que l’on s’y fait chier à merveille. – A tout le délire de la conception. – A tout le délire de la conception – A tout le délire de la conception.
9
IV
La merde et le balai furent mes pires ennemis; l’amour et le poison furent mes pires ennemis. Va savoir de quoi je suis capable… Je ne me cherche et ne me trouve  que par le superflu. – Ayons confiance en notre nature. Le pardon n’existe que sur un échiquier de rois et de reines guerrières.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.