Lignes d'ombres

De
Publié par

Le poème en prose revendique ici d'être un mode de la poésie d'après « la crise du vers » et il assume d'en être une forme-informe. Enfin l'idée que certaines choses seraient du ressort de la poésie, et d'autres non, lui est totalement étrangère - et c'est pourquoi il ne s'interdit a priori aucun thème. Mais le poète est inquiet ; et les lignes d'ombres disent la perception de ce qui est par-delà la beauté, cette inquiétante étrangeté du printemps de la vie ou la fragilité du sourire de l'existence.
Publié le : samedi 4 juin 2016
Lecture(s) : 2
Tags :
EAN13 : 9782140013034
Nombre de pages : 128
Prix de location à la page : 0,0075€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
672
BrunoCANY
Lignes d’ombres
Poësie sceptique
Poètes des cinq continents
Lignes d’ombres
Poètes des cinq continents En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005. La collection est actuellement dirigée par Philippe Tancelin La collectionPoètes des cinq continentsseulement non révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an. Déjà parus 671 – Ursula BECK,Ce temps avant le silence,2016. 670 – Mutombo NKULU-N’SENGHA,Bela-Wenda. Muses telluriques du cœur de l’Afrique, 2016. 669 – Charles EBGUY,Toute la terre est ombre, 2016. 668 –William SOUNY,Malika des vertiges,2016. 667 – Christophe KOUKIS,Journal intime d’un amoureux, 2016. 666 – Arnaud DELCORTE, Stroboscopesuivi deStries, 2016. 665 –Courir dans la chair des murs, 2016. 664 – Marcelin MBOKO,Les chants de l’oubli, 2016. 663 – Louis DEYDIER,Livre des Répons, 2016. 662 – Karim MANSOUR,Intraduisibles & Fragments de mémoire, 2016. 661 – Pierre GOLDIN,À propos du nombre d’or, enquête dans un cercle d’intimes, 2016. 660 – Zahi WEHBÉ,Les Gens de la terre, 2016. 659 – Rita MORANDI,Renaissance. Vers les Terres Froides. Cieux, 2016. 658 – Guy MASSAT et Arthur RIVAS,Dao de jing, Traité des pouvoirs de la voix véritable, 2016. 657 –Tuy Ly Vuong, Prince poète du Viêtnam, Morceaux choisis traduits et présentés par Buu My, 2015. 656 – Joseph OHMANN-KRAUSE,Profondeur de champ, 2015. 655 – Walid AMRI,Sud exsudant, 2015.
Bruno CANY
Lignes d’ombres
Poësie sceptique
Du même auteur
Poèmes Sidérations/Extensions, Passage d’encres, 2012. Le mur, Passage d’encres, 2008.
Nouvelles La chambre du rêve, Romainville, Passage d’encres, 2013. Récit d’une mésaventure (nouvelle cubiste), Passage d’encres, 2001.
Essais Renaissance du philosophe-artiste. Essai sur la révolution visuelle de la pensée, Hermann, 2014. Fossiles de mémoire. Poésie et philosophie d’Homère à Jacques Roubaud, Hermann, 2008. Homère. Une anthropologie poétique de la vérité, L’Harmattan, 2001.
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-09454-0 EAN : 9782343094540
Arrivée de la nuit à TakadakoenGroeschel– Arnold
La poésie se meurt, mais elle ne meurt pas… Le jour se lève sur un paysage dévasté. La terre est encore dans l’ombre de l’après-nuit – et au-delà de l’horizon, telle une promesse suspendue, l’aurore s’annonce. Dans un coin du no man’s land, certains poètes s’épuisent en de vaines querelles, tandis que d’autres s’obstinent, cherchant leurs mots à tâtons dans l’obs-curité, les dictionnaires et la boue. Cette nuit-là n’en finit pas… La solitude pourtant est présente depuis l’origine, consubstantielle à l’humanité naissante. Mais au fil du temps elle est devenue toujours plus âpre ; et, de volontaire et individuelle qu’elle était encore il y a peu, elle s’est lentement convertie, pénétrant dans l’ère paradoxale du partage – et un long crépuscule s’est alors abattu sur la poésie. Une fine et grise couche de poussière recouvre le sol et les objets de ce paysage en noir et blanc ; et comme les signes ont perdu l’une de leurs faces, la piste est difficile à suivre. Ultime repère : en un coin du terrain vague, l’unique
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.