Livre des répons

De
Publié par

Dans la vérité de ces ténèbres, l'essence de la poésie se manifeste au-delà des truismes qu'elle a en horreur. Ces Répons de ténèbres, dans le présent livre, se souviennent de la spirale ascendante à laquelle cette essence aspire, comme à cette flamme brûlante de la torsade et du mélisme baroquisant, parfois jusqu'à l'artifice de la grande manière, ne visant jamais l'anecdotique. Et c'est dans la ténèbre que le limon de la parole poétique répond en écho au questionnement du désir.
Publié le : mercredi 4 mai 2016
Lecture(s) : 2
Tags :
EAN13 : 9782140008573
Nombre de pages : 192
Prix de location à la page : 0,0105€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
LouisDEYDIER
Livre Espace expérimental des Répons
Poètes des cinq continents
Livre des Répons
Poètes des cinq continents En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005. La collection est actuellement dirigée par Philippe Tancelin
La collectionPoètes des cinq continentsnon seulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an.
Déjà parus
662 – Karim MANSOUR,Intraduisibles & Fragments de mémoire, 2016. 661 – Pierre GOLDIN,À propos du nombre d’or, enquête dans un cercle d’intimes, 2016. 660 – Zahi WEHBÉ,Les Gens de la terre, 2016.659 – Rita MORANDI,Renaissance. Vers les Terres Froides. Cieux, 2016. 658 – Guy MASSAT et Arthur RIVAS,Dao de jing, Traité des pouvoirs de la voix véritable, 2016. 657 –Tuy Ly Vuong, Prince poète du Viêtnam, Morceaux choisis traduits et présentés par Buu My, 2015. 656 – Joseph OHMANN-KRAUSE,Profondeur de champ, 2015. 655 – Walid AMRI,Sud exsudant, 2015. 654 – Serge VENTURINI,Eclats d’une poétique des métamorphoses– LIVRE VII 653 – Emmanuel LOCHA MATESO,Les gifles du vent, 2015. 652 – Ghada Fouad AL SAMMAN,Toutes les cimes sont mon ombre, 2015. 651 – Perwîn YASAR,Cegerxwîn, grand poète kurde. Ses plus beaux poèmes d’amour, 2015. 650 – Philippe TANCELIN et Bela VELTEN (dir.),Effraction 1. Fragments, lambeaux, 2015. 649 – Gaëlle GUYOT,La Maison anatomique, 2015. 648 – Hanétha VETE-CONGOLO,Mon parler de Guinée, 2015. 647 – Bhuchung D. SONAM,Conflit de dualité, suivi de Chants au loin, 2015. 646 – Jacques GUIGOU,D'emblée, 2015.
Louis Deydier Livre des Répons
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-08663-7 EAN : 9782343086637
PRESENTATION
Ecrire de la poésie est moins anodin que façonner un roman ou un récit devoyage. Les motivations et les racines non apparentes de celle-ci suffiraient à en justifier l’existence.
Ma biographie n’apprendra rien, La poésie est ailleurs.
La mienne est gravée à coups de piolet (lorsque j’étais adolescent déjà, c’était le couteau qui meurtrissait l’écorce des arbres), parce qu’elle participe d’un vertige vers le haut, auquel il est vrai, je suis réellement sensible au sens physiologique.
Coups de piolet ascensionnels, nécessairement tendus vers la raréfaction de la matière et des espaces à gravir. Jusqu’au bout du souffle, jusqu’à l’asphyxie.
Avec l’inspiration, lente, grave.
Dans la somme des sensations qui nous assaillent, il est un tri qu’on s’impose. Pour ne plus avoir à y revenir, comme pour guérir, en nommant la blessure, écrire, c’est archiver une émotion.
Ce « dur désir de durer » du poète, est désir de gravir et de vivre. Un désir granitique, d’où le piolet et l’asphyxiant espace jusqu’au tutoiement de l’essence des chose. La raréfaction. La poésie taille dans matière à diamant.
Le champ d’expérience y est aussi réduit que l’enceinte du combat singulier au corps à corps.
7
La vie et la mort. Eros et Thanatos. Les deux réunies dans le même granit, indissociables.
La courbe de la vie tendue de toutes ses forces jusqu’au bout des forces, le point zénithal, puis le déclin de la flèche vers la chute obscure, l’amour vers la mort.
Tels sont les espaces impartis à la poésie dans son essence. Avec toutes les déclinaisons possibles. La Paix, la Guerre, le Jeu Social, la beauté des nuages, le temps qui passe, l’attente et l’espérance, Dieu…
LesTénèbresdont il sera question sont les oraisons musicales du temps pascal, de même que leurscorrélatifsRépons. Ce sont ces jubilations nocturnes inscrites dans le patrimoine baroque qui furent, durant l’année 2013, l’inspiration première de ce recueil de poèmes. Gesualdo, la part d’ombre et le dépouillé tout au long de ce parcours. L’Urgell et les Pyrénées, l’âpre pierre noire de la parole épurée. C’est dans la ténèbre que le limon de la parole répond en écho au questionnement du désir. A coup de piolet donc, l’escalade, comme d’autres ont choisi d’autres sommets, d’autres ascensions. Pour où ? Pour le lieu de la parole. Où toute pierre est vivante jusqu’au dernier sable à venir. Où la ténèbre rencontre la voix transitoire de notre condition d’homme. Où le poète demeure le miroir de sa présence.
8
REPONS DES TENEBRES
2 janvier 2013
CHŒURS
Prologue
c’est un visage qui se déplie vers moi comme une infinie plaine orientale ce visage à la lisière des bleus de la nuit porte le sanglot des tulipes et les rizières de tes yeux
CHŒUR 1
d’un cliquetis d’osselet nous ferions des étoiles-des harmonies de sphères : -et l’inquiétude de l’homme qui parle son secret dans son champ d’orage -et Perséphone rendue aux pierres dans la froide épaisseur de l’haleine -dans tous les bleus de la nuit comme rature solaire la passion a les yeux au visage ôtés d’une mort à bout portant
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.