Lumière cachée

De
Publié par

Entre la Loire, mature et sauvage, et le Cher, miroir oublié et méconnu de l'enfance, c'est le désert des mots. Pour relier ces deux écoulements, il fallait un pont terrestre, une lumière cachée : Lucie. Lucie, l'aïeule, éclaire l'étoffe des mots avec la douceur de la lampe du soir, celle qui nous attendait quand notre enfance s'ébattait dans les champs et les bois jusqu'à la nuit grise. Elle rassemble le présent et le passé. Elle est la source de la Parole.
Publié le : dimanche 1 avril 2007
Lecture(s) : 266
Tags :
EAN13 : 9782296169883
Nombre de pages : 103
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

LUMIÈRE CACHÉE

Ecritures Collection dirigée par Maguy Albet
Déjà parus Derri BERKANI, Le retourné, 2007. Alain LORE, À travers les orties, 2007. Nicole Victoire TRIVIDIC, Pleure, 2007. Liliane ATLAN, Même les oiseaux ne peuvent pas toujours planer, 2007. Liliane ATLAN, La bête aux cheveux blancs, 2007. Liliane ATLAN, Les portes, 2007. Liliane ATLAN, Petit lexique rudimentaire et provisoire des maladies nouvelles, 2007. Liliane ATLAN, Les ânes porteurs de livres, 2007. Hanania Alain AMAR, Le livre inachevé et autres textes, 2007. Thomas KARSENTY-RICARD, Les poings serrés, 2007. Geneviève CLANCY et Philippe TANCELIN, La question aux pieds nus, 2007. Marie GUICHARD, Le vin du souvenir, 2006. Pauline SEIGNEUR, Les bonnes intentions, 2006. Michelle LABBÉ, Le bateau sous lefiguier, 2006. Giovanni RUGGIERO, Tombeau de famille, 2006. Jacques BIOULÈS, La Petite Demoiselle & autres textes, 2006. Pierre FRÉHA, Sahib, 2006. Françoise CLOAREC, Désorientée, 2006. Luigi Aldino DE POLI, Bel Golame, 2006. Manuel PENA MuNoz (trad. de l'espagnol (Chili) par Janine PHILIPPS et Renato PAVERI), Sud magique, 2006. Maurice RIGUET, Unfuyard ordinaire, 2006. Eric RODRIGUEZ, Sur les chemins du Honduras et de Bora Bora, 2006. Elaine HASCOËT, Lafileuse de temps, 2006. Serge PAOLI, L'astre dévoré, 2006. Janine CHIRP AZ, La violence au cœur, 2006. Lucette MOULINE, Sylvain ou le bois d'œuvre, 2006 Paul ROBIN (t), La guerre de mouvement, 2006. Jean-Marc GEIDEL, Le voyage inachevé, une fantaisie sur Schubert, 2006. Léa BASILLE, La chute de JosefShapiro, 2006.

François Augé

LUMIÈRE CACHÉE

L' Harmattan

@ L'HARMATTAN, 2007 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris

http://www.1ibrairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan!@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-02984-2 EAN:9782296029842

Lumière cachée L'ombre humaine tendue comme un voile sombre pourrait étouffer la lampe vacillante, oubliée sur la rive d'un fleuve longtemps inconnu. Mais cette lumière cachée s'abreuve à la source sous les pierres, diffuse sa clarté fluide à notre soif invincible. Elle éclaire le fond de notre caverne.

Sur la Loire

L'eau du fleuve L'eau du fleuve, c'est le voyage de nos rêves dans le mouvement drapé du courant. C'est l'apaisement. Le corps se déprend de la gravité de sa condition. Cette masse épaisse et liquide, transparente parfois, berce le fond du regard; l'enfant se souvient de ces moments de sereine beauté gravés dans sa chair. Une musique d'évidence émerge au-dessus du courant, une musique belle et simple, que l'on reconnaît: celle que nous écoutions dans nos journées d'insouciance et de légèreté; une musique qui nous dit qu'il faut vivre et respirer tous les airs de la terre. Une musique à aimer.

Il

Le corbeau du fleuve L'île de sable se dessine au milieu du fleuve, comme un château aplati. lIe minuscule, pas plus grande qu'un carré de jardin, elle trône tranquille dans les courants fluides. Ses bords dessinés sans relâche par les frottements de l'eau, ont acquis cette sage posture que le regard ne distingue que lentement. Ni rectilignes, ni ondulés, ils s'écrivent par des hachures, des biseaux sculptés, des dentelles épurées. Un cormoran solitaire vient d'atterrir sur cette piste d'évidence. Discret, il a replié ses ailes sur le fuselage de son corps, humide de l'air de janvier. Ce petit héron noir trône là comme un chat au repos. Il ne bouge ni ne tressaille. Que prépare-t-il? A quoi pense-t-il? Au festin du soir? A un vol prolongé en aval? Impossible de le savoir. Il semble si bien, sur son territoire, qu'on se surprend à l'envier, à vouloir être à sa place dans son royaume éphémère de sable mouillé.

Son règne, c'est le vol avec l'eau pour écran; en
deçà, il y a des personnages ondulants dont le rôle s'achève parfois de façon brusque; ce sont surtout les plus frêles qui sont touchés, happés par le bec dur du voleur noir.

12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.