Lumière noire

De
Publié par

C’est un recueil en hommage au fantastique, aux romans gothiques, à l'hermétisme et aux contes de fées !
La première partie, Lumière blanche, est vouée aux contes, de Grimm aux mille et une nuits, en passant par Andersen.
La seconde, Lumière noire, plonge dans le Gothique et le Fantastique, des sabbats aux feux follets et aux danses nocturnes de cadavres.
Deux faces d'un même visage, qui se répondent.


Publié le : mardi 11 juin 2013
Lecture(s) : 21
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332566003
Nombre de pages : 62
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-56598-3

 

© Edilivre, 2013

MAGIE BLANCHE

Baguette

Quand est du ressort

Des sorciers, le mauvais sort,

Contre toute logique,

La baguette magique

A des effets bénéfiques

Ou mirifiques.

Les fées se penchent sur les berceaux,

Dotant le nourrisson de cadeaux royaux.

Elle exauce les vœux

Pour qu’ils ne restent pieux,

Pour faire mieux

D’un jour pluvieux.

Par elle, le monde virtuel

Devient réel :

Exploratrice de galaxies

Lointaines ou de cités englouties.

Baguette de coudrier

Ou de sourcier,

Toutes deux mettent au jour merveilles

Qui en terre et êtres sommeillent.

Les fées

Les fées accompagnent le nourrisson

Et lui font cadeau de dons.

Elles sont présentes quand d’elles il a besoin,

Et en prennent grand soin.

Bien-sûr, il y a toujours la magie noire

Pratiquée par une dissidente, au soir,

Mais l’union des autres fées

Aura raison de la fieffée.

Elles permettent à Cendrillon

De quitter ses habits de souillon,

Créent un carrosse temporaire

Pour un bal éphémère,

Où le prince voudra faire de la jeune fille sa femme,

A jamais.

Pustule

Sous le drapeau

D’un crapaud,

Les oripeaux

D’un suppôt.

Derrière peau pustuleuse,

Se cachent vie précieuse,

Âme gracieuse,

Mais frileuse.

Dans le roman

De son diamant,

Le prince aimant,

Au bois dormant.

L’inclusion

Pure en réclusion :

Deux âmes après la division,

Deux gemmes dans l’effusion.

Princesses

Toujours, la princesse

Est délicatesse.

Ici, elle dort cent ans,

Là, des nains diligents

Veillent sur son sort

Et la protègent du mauvais sort

D’une marâtre

Jalouse et acariâtre.

Tandis que sous sept matelas, sept,

Un petit pois prive de sommeil une cadette,

La petite sirène

Porte sa queue comme une traîne.

Métamorphose

Il fait des couacs avec son ramage,

Il fait des couacs avec son plumage.

Il se dandine gauchement,

Il s’en va clopin-clopant.

De la couvée,

Il est la risée,

Le vilain...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant