Lysistratès

De
Publié par

Personne n'a jamais songé à glorifier le Créateur pour la grande sagesse dont il a fait preuve dans l'équilibrage des sexes. Chacun croit légitime de trouver dans la nature une sorte d'égalité intangible des hommes et des femmes, et nul ne se pose la question de savoir si cet équilibre est logique, naturel et bénéfique. Une sorte de béate satisfaction nous conforte dans notre insouciance et nous voile les terribles effets qui pourraient survenir d’un éventuel déséquilibre. Qu'arriverait-il, en effet, si à la suite de quelque cataclysme génétique, les hommes étaient moins nombreux, beaucoup moins nombreux que les femmes? Que serait la société s'il naissait par exemple un garçon pour huit ou dix filles? Oh ! Ne criez pas au scandale! Tout cela peut arriver un jour!
Publié le : jeudi 16 juin 2011
Lecture(s) : 141
EAN13 : 9782748117486
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lysistratès
Henri Berna
Lysistratès Les hommes de joie
CONTE
© manuscrit.com, 2001 ISBN: 2748117492 (pour le fichier numérique) ISBN: 2748117484 (pour le livre imprimé)
Avertissement de l’éditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. D’éventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de l’ouvrage, le texte en l’état. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de l’Asile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
A Aristophane et Aldous Huxley réunis dans la même recherche de solutions pour un monde meilleur.
PROLOGUE
Personne n’a jamais songé à glorifier le Créa teur pour la grande sagesse dont il a fait preuve dans l’équilibrage des sexes. Chacun croit légitime de trouver dans la nature une sorte d’égalité intan gible des hommes et des femmes, et nul ne se pose la question de savoir si cet équilibre est logique, na turel et bénéfique. Une sorte de béate satisfaction nous conforte dans notre insouciance et nous voile les terribles effets qui pourraient survenir d’un éven tuel déséquilibre.
Qu’arriveraitil, en effet, si à la suite de quelque cataclysme génétique, les hommes étaient moins nombreux, beaucoup moins nombreux que les femmes ? Que serait la société s’il naissait par exemple un garçon pour huit ou dix filles ? Oh ! Ne crions pas au scandale ; ce n’est pas là une hypothèse farfelue ou une prémonition gratuite. Que savonsnous de ce que nous réserve l’avenir ?
L’auteur a imaginé sur cette hypothèse un monde nouveau, pas forcément farfelu, mais combien dif férent du nôtre. Un monde où la femme omnipré sente régnerait sans partage, et où l’homme serait réduit à l’état de procréateur, comme un faux bour don dans une colonie d’abeilles. Un monde différent
9
Lysistratès
où les passions et motivations seraient teintées de fé minisme, et où la contestation et la révolte seraient laissées aux hommes.
Et comme il n’y a pas lieu de jouer au moraliste avec des sujets si graves, les brèves péripéties du roman sont narrées sur un ton léger, comme par un observateur de stricte impartialité.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.