Matière et contingence

De
Publié par

Les surfaces recouvrent le vide répandu - le rêve des profondeurs sème la noirceur de l'inconnu autour de gestes simples, anonymes. Les méandres de l'urbanité sont emplis par le grognement de l'animal transfiguré. Et l'apparence demeure parmi les ruines d'une idée incertaine. L'autre semble fuir, il se précipite dans le silence des pièces inhabitées. La séparation des hommes. La déliquescence d'une unité. Des mots.
Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 309
Tags :
EAN13 : 9782296710184
Nombre de pages : 101
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Matière et contingence
© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-13188-0 EAN : 9782296131880
Rodhlann Jornod Matière et contingenceL’Harmattan
Poètes des Cinq Continents EN HOMMAGE À GENEVIÈVE CLANCY QUI L’A DIRIGÉE DE 1995 À 2005. LA COLLECTION EST ACTUELLEMENT DIRIGÉE PAR PHILIPPE TANCELIN ET EMMANUELLE MOYSAN  La collectionPoètes des Cinq Continents non seulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an.Déjà parus 529 – Abdoulaye MAMANI,Œuvres poétiques, 2010. 528 – Olexiï DOVGYÏ,Le Calice de roses, éd. bilingue, 2010. 527 – Michel POMMIER LE PARC,Socle tremblé, 2010. 526 – Widad AMRA,Le Souffle du pays, 2010. 525 – Aleksandar PETROV,Le Cinquième Point cardinal, 2010. 524 – Hassan WAHBI,La Part de lumière, 2010. 523 – Tizou PEREZ,Accord perdu, 2010. 522 – Lionel MAR,Concordance des corps et des lettres, 2010. 521 – Catherine BREMEAU,Anna Barkova. La voix surgie des glaces, 2010. 520 – Marie-Louise DIOUF-SALL,L'Autre Genre, 2010. 519 – Suzanne MERIAUX,Secrète beauté du monde, 2010. 518 – Chloë MALBRANCHE et Marie-Angèle PRETOT, Abécédaire de la poésie surréaliste, 2010. 517 – Soisik LIBERT,Nivôse blues, 2010. 516 – Walid AMRI,Sols, 2010. 515 – Eric SHIMA,La voix des grands lacs, 2010. 514 – Gabriele NERIMEN,L'Orient Breton. Les contes d'une péninsule de l'Ouest vers l'Orient, 2010. 513 – Tristan CABRAL,Le cimetière de Sion, 2010, 512 – Marc BARON,Poèmes sous la lampe, 2010. 511 – Jacques GUIGOU,Par les fonds soulevés, 2010.
Esseulé
La solitude des premiers jours m’attrape dans cette nuit des premières averses, La souffrance brute d’une vie délaissée s’étale dans les tremblements de la mendicité. Son visage buriné par le silence. Sa main tendue. Du vide. Inconnu – j’avance par-delà les ténèbres de la rue. Le printemps répand encore quelques gouttes de sang dans les bleus d’un ciel mourant. Sang de l’oubli. Blessure du départ. Arrivé sur cette place – continuité de mon urbanité, des visages se mélangent dans l’ignorance de ma présence. Ils ignorent la décomposition d’une chair universelle. Mais à mon tour, j’ignore les mots de l’isolement que je prononce doucement, Des mots qui suintent le long de murs ne m’appartenant déjà plus. Et de ces êtres divisés, je ne perçois plus que l’unité de l’absurde. Une statue apparaît entre des silhouettes échappant à l’enfer de la stagnation. A pas lents, l’incertitude aux lèvres, je m’approche. L’isolement de la foule chante l’écho de mes mouvements translucides.
Des sons disparus, une humanité distendue. Un corps gris figé au milieu de mon errance vomit, La douleur de l’inconscience de la pierre – consanguin du temps. De l’insuffisance de sa fuite. De la violence détruite. Et je me lasse de sa contemplation stoïque, Qui rejette loin de mes tensions simples et secrètes L’esthétisme – qu’il devienne la dernière rédemption. Troublé par cette séparation funeste d’une collectivité souhaitée, d’un ensemble espéré, Je m’en vais – frère de la roche – me replongeant toujours plus dans les perditions rougeâtres de l’horizon.
8
De l’oubli
Je suis à un café. Il est quinze heures – l’heure la plus absurde de la journée où le déclin ne fait que susurrer sa présence. Je souffre d’être humain et de percevoir en chaque visage un frère – du sang qui ne se mélangera jamais au mien. La solitude du corps compose une humanité de la distance, Telle une matrice des gestes où la mémoire s’imite. Je demeure face à une tasse vide dans un soleil déshabillant nos rêves fœtaux – recroquevillés dans la honte d’une putréfaction inavouable. Le temps s’amuse de la continuelle disparition des êtres. Une femme passe. Elle marque mon repos d’un parfum – matière insaisissable, dernière réminiscence du beau. Une finitude corporelle transpirant le désir. Un désir de disparaître dans l’évocation de l’infini. Inexistence. Le vent d’avril emporte les quelques badauds d’une heure pâmée. Ils doivent pourtant rester. Se figer par solidarité. Ne pas m’abandonner dans le glas d’une époque recommencée. Leur fuite me plonge dans l’effroi de ma fuite. Je suis pris par l’envie stomacale d’ingérer chaque substance de leur organisme. L’envie de ne faire plus 9
qu’un. L’envie de ne pas les oublier. L’envie de ne pas être oublié. Je reste parmi le souvenir de leur présence. Vaine tentative de me figurer les détails de leur faciès grimaçant. Je désire les garder en moi. Je lutte. Il fait froid. Je dois rentrer. Et ma mémoire m'immerge en une assommante banalité – assassine de mes frères, de leur sang. D’un liquide diffus.
1
0
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.