Mémoire de l'invisible

De
Publié par

Mémoire de l' invisible propose l'exploration d'un cerveau en mouvement, embarqué dans un corps qui se déplace trop vite à la surface d'un monde qui éclate. Dans l'obscurité du désenchantement et de la solitude brillent les étoiles des rencontres amoureuses et amicales, et la joie des déambulations dans les paysages exotiques.
Publié le : jeudi 1 novembre 2012
Lecture(s) : 13
Tags :
EAN13 : 9782296509399
Nombre de pages : 170
Prix de location à la page : 0,0093€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
éMomri eedl iisnvleib I: 97SBN 336-8-2--5160083 79,6050360338256656585riotsiH5elled e aopséeim-mê,el e en mar se pens es  tilnahcte ttrenlae loalé ngc ei telere T rer meandeur bl pouaf li selcsum svaa jue qmemêt llimsreimot tneb dle mess otr pap ieens  iejp ue du ciel cest à ruop snlieuc neirvroux ai mes mp saq iuà p estnquellir -unsquesrond oitden e lnon iol ixorétime linviémoire drtuoevM. ùejm  eundn ioatorplexl esoporp elbisqué mbart, eemenomvue  nevuac re àtevip rfsua  lnud ecaq ednom  un danss qucorpd pé iest oralecenésanchmete ented t al ilosedutui éclate. Dans lbocsruti éudd  sesueruoma sertt  es,lecami aet sté telllneb irncons res deoile segtoxep seasyarentll eueiq Es.ed sédmaalj io es dans lbulationtêerue topsél  asur oge ue pce quon egagrretni s le, esan ldul num dolè eedv eitions idiotes d ùo  selicovaréf dies an mundeon voi dessionpreslxe e àlpcad  eeu pntseislat anhpmoirt tuotrap t travaiil vit e n9128 ,se téne iglln noenémCot erèilC.sis xlugnit sursul poé, iércxud aravset ent  eulsee urita noitaroballoc ris. En lle à Pa ednu eaparlllèan dlas rrcareièm edhcraan  ecnrer erimlip ceeué.
ollignon
ubli
Clément C
isible
Mémoire de l’inv
ev ced sumisicnes et vidéastes. oméM eril edvniibis ele sst pon
Mémoire de l
Invisible
Clément Collignon
Mémoire de l
 
Invisible
L Harmattan
Vif-Argent
 H mm ’ tu jamais goûté de ton sang, quand par hasard o e, n as-tu t’es coupé le doigt ? Comme il est bon, n’est-ce pas…          Lautréamont – Les chants de Maldoror.
Parfois je souffre, parfois je meurs. Souvent je m’extasie et les quelques fantômes assoupis dans les coins de ma mémoire n’ont pas d’impact présent. Quand au contraire la brise du passé m’inquiète, c’est moi le fantôme, indolent, passif, comme une lumière éteinte.
 C’est heureux mon vêtement change selon les saisons. Je sais les secrets du caméléon, les ruses du camouflage. Ma route enfin est celle du mystère et s’allonge. Nous en percevons à peine les rives. Alors quand je parviens à frayer un chemin dans la foule compacte, c’est grâce seulement à une vitesse per -manente. Quelques loups dressés pour l’occasion se laissent aller au bord de la route.
 J’aimerais apaiser mes démangeaisons. Nul onguent, nul baume parfumé pour refermer mes plaies. La sève coule, lente, pour une formidable récolte de caoutchouc. De nocturnes vi -sions comme des chardons fouettent mes chairs encore rouges. Il faut, pour apparaître, saigner et nourrir des espoirs que l’étrange beauté règne.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.