Mémoire des futurs

De
Publié par

"Y a-t-il un lieu, un temps, une opportunité / Pour poser ensemble quelques questions / Qui demanderaient mémoire / Qui feraient mémoire et fondement d'une ville / D'une ville du langage, du langage dans la ville / d'un partage des voix dans la vie de la ville ?" Question à laquelle s'efforce ce poème documentaire qui a installé sa sonde dans un quartier sensibe de Rouen, faisant l'objet d'un programme intensif de rénovation urbaine. Habité, irrigué par celles et ceux qui y vivent et y travaillent.
Publié le : lundi 1 février 2010
Lecture(s) : 52
Tags :
EAN13 : 9782336257570
Nombre de pages : 305
Prix de location à la page : 0,0141€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
RUINES ET CHANTIERS
ruinesetchantiers
0
T O R N A D E F I X E
En entrant, souffle du vent et bourrasques de voix
Avec leur nouveau système de fermeture électrique Les portes des immeubles Ressemblent de plus en plus à des portes de prison
La porte de Nanou est au premier Non, au deuxième Non, ça doit être au troisième
Marche après marche, le silence est revenu Mais cette cage d'escalier emprisonne le dehors Extraordinaire sensation d'extérieur
C'est le vent
Lorsque je sors de l’appartement, c’est vraiment le vacarme Comme un cochon qu’on égorge Le vent défonce la lucarne du dernier étage
Toute la cage d’escalier a un air de tornade fixe Une colonne faite pour dévaster La porte se referme avec son déclic magnétique
Un fort vent d’ouest balaye les autres immeubles autour Dans dix jours, le grand nettoyage Dans dix jours, la réhabilitation
C’est une vie
9
ruinesetchantiers
1
LI GNE D EMIRE
L’ancien curé des Hauts m’avait donné le nom de Nanou La rue Newton était suspendue entre l'avenue frontière De la Grand-Mare en bas derrière la ceinture d'arbres
Et la rue Galilée qui venait d'être redessinée Pour la vue et pour l'esprit du quartier à venir Comme une perspective de grand cours
Rue Newton, la chaussée n'était pas refaite Le vide public Entre les immeubles non plus
Une couche de macadam Ç’aurait pas été du superflu C’est pas fini, je sais, mais ça ne viendra pas jusque-
L’immeuble de Nanou était dans la ligne de mire Des hélicoptères de la police ou de l’armée Quand ils cernaient le quartier
Et qu'au mitan de la nuit Ils jetaient leur lumière crue de plein jour Sur sa nudité d’immeuble de pauvres
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.