Mes Tissages

De
Publié par

Quelques impressions, un petit jardin de pensées…
Une envie de poursuivre et de recommencer…
Conjuguer les contraires, Vivre s'en se lasser !
Publié le : jeudi 16 juin 2016
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791026205760
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LAURENT PINA
Mes Tissages
© LAURENT PINA, 2016
ISBN numérique : 979-10-262-0576-0
Courriel : contact@librinova.com
Internet : www.librinova.com
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Caravane
Ce matin, sans mouvement apparent Nous avons emprunté la piste du Grand Sud
Mes ancêtres,
Flammèches bleues folâtres
Dansaient, comme scories,
Sarabande dans l’âtre. Le front auréolé, Le cœur plein de merveilles,
Tu frémis près de moi sous le chant des étoiles.
La rosée a perlé à tes lèvres vermeilles
irradiantes de vie dans l’ombre de tes voiles
Emplissant tout l’instant
Où flotte sans mystère
Le froid des belles aurores
Qui emporte les sorts
Et nos songes au Désert Aux confins de nos âmes Deux anges se chamaillent
Etouffant les parfums
Où une fée se pâme
Un éternel silence
a envahi les sens
Tu galopes, Liberté
L’antilope s’élance.
Spanish sister serenade
« Jouer de la guitare, c'est caresser
de fins barreaux de métal
et s'évader »
j'égraine mes arpèges
sur le bas de son manche
elle m'enseigne son solfège
m'invite sur les planches
m'éloigne des sortilèges
d'amour en avalanche
mes doigts tels des fourmis
s'agitent sur ses hanches
en dièse ou en bémol,
en Fa, en Sol La Mi. Je soigne mon mal de Do à l'octave, en silence
Ma douleur crescendo
en oublie la cadence
j'atterris en mineur
sur un ré idéal
la nostalgie affleure
sur ce refrain brutal J'effleure tous ses possibles étouffant d'harmoniques
mes couplets accessibles
en gamme chromatique J'évolue à tâtons sur le rythme binaire
progresse en quart de ton
sur une gamme de mystère son étreinte m'inspire un riff surnaturel
puis un accord transpire
s'agite en temps réel ma mélodie s'inverse délivrant un chorus
six croches qui trébuchent
cinq notes qui transpercent
comme teinteraient les cloches
d'un folklore biélorusse, Elle restera toujours La solution ultime
Quand la douleur inonde
Toute la beauté du jour
Lorsque manque la rime
A la folie du monde Elle est la souveraine Qui désarme ma haine,
Elle est l’instant passé,
Mon futur immédiat
un doux rêve effacé
le plus sur des médias Je remonte, m’insinue Sur ses gaines de nylon
J’aime sa retenue
Son envie m’en dit long
Elle met ma vie à nue
Belle gitane, sans talons Une noire et puis deux blanches, La mesure ternaire
D’un jazz qui fuit, qui flanche
Ma muse partenaire … son étreinte m'inspire un riff surnaturel
puis un accord transpire
s'agite en temps réel
ma mélodie s'inverse
délivrant un chorus
six croches qui trébuchent
cinq notes qui transpercent
comme teinteraient les cloches
d'un folklore biélorusse, Elle restera toujours La solution ultime
Quand la douleur inonde
Toute la beauté du jour
Lorsque manque la rime
A la folie du monde Elle est la souveraine Qui désarme ma haine,
Elle est l’instant passé,
Mon futur immédiat
un doux rêve effacé
le plus sur des médias Je remonte, m’insinue Sur ses gaines de nylon
J’aime sa retenue
Son envie m’en dit long
Elle met ma vie à nue
Belle gitane, sans talons Une noire et puis deux blanches, La mesure ternaire
D’un jazz qui fuit, qui flanche
Ma muse partenaire …
Le Baiser
Lèvres teintées, esquisses à l'huile
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Julien

de librinova

WAR 2.0

de librinova

suivant