//img.uscri.be/pth/2772e7a830d8d9bc2ace6bff0376fea637cf66fb
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Miroir du monde

De
134 pages
Dans ce receuil de poème en cinq parties, l'auteur nous fait voyager entre la terre et l'au-delà, abordant différents problèmes, tant politiques que sociales, qui touchent à la condition humaine. Le poète nous présente la mort comme une amie qui nous aide parfois à abréger nos souffrances. Il crie également sa colère envers les forces invisibles qui semblent souvent indifférentes aux douleurs de l'homme.
Voir plus Voir moins
Floréal Serge Adiémé
Miroir du monde Poèmes
Préface de Simplice Ambiana
Lettres camerounaises
Miroir du monde
Lettres camerounaises Collection dirigée par Gérard-Marie MessinaLa collectionLettres camerounaises présentel’avantage du positionnement international d’une parole autochtone camerounaise miraculeusement entendue de tous, par le moyen d’un dialogue dynamique entre la culture regardante – celle du Nord – et la culture regardée – celle du Sud, qui devient de plus en plus regardante. Pour une meilleure perception et une gestion plus efficace des richesses culturelles du terroir véhiculées dans un rendu littéraire propre, la collectionLettres camerounaises s’intéresse particulièrement à tout ce qui relève des œuvres de l’esprit en matière de littérature. Il s’agit de la fiction littéraire dans ses multiples formes : poésie, roman, théâtre, nouvelles, etc. Parce que la littérature se veut le reflet de l’identité des peuples, elle alimente la conception de la vision stratégique. Déjà parus Christiane OKANG DYEMMA,Éclats de soleil nocturne, 2014. Edmond OSSOKO,Symphonies, 2014. Merveiline TAPI,Éva. Tranche de vie, 2014. Madjirébaye Hervé,Le prix du pardon, 2014. Pierre BEDEL MBELLA,Le cordon ombilical, 2014. Djhamidi BOND,Amour et préjugés, 2014. Pierre BEDEL MBELLA,La veuve blanche, 2014. Ginette MINTOOGUE,Renaître. Regard vers le passé d’une adolescente, 2014. Patricia NOUMI,Aimer sans réserve, 2014. Marcelline Nnomo ZANGA,De la parole à l’écriture en Afrique, 2014. Josiane NGUIMFACK ZEUFACK,Lueur en flamme, 2014. Charles SOH,Ici, ce n’est pas comme là-bas,2014. Paul Emmanuel BASSAMA OUM,Un cheveu sur la soupe, 2014. Alain ABOUNA NOAH,Au-delà des tourments, 2013.
Floréal Serge Adiémé
Miroir du monde Poèmes Préface de Simplice Ambiana
Du même auteur La lionne édentée(2010), Paris, L’Harmattan Mon prince Charmant(2012), Paris, L’Harmattan © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03683-0 EAN : 9782343036830
Dédicace
À ma défunte mère Barbara Kamena, Mon père Antoine Etoundi Nkoa.
Remerciements
Nos sincères remerciements s’adressent à Myriam Ndémé, Alexandre Ndongo Ellé, Alain Betséna, Mireille Zang, Sangokou Kamana Ékoa, Bulma Betsena, Nathalie Milol, Christian Milol, Marie-Claire Atangana, Chantal Nomo, Alain Blaise Etoundi, Jeanne Manga, Agrius Messi, Jean Marc Mekongo, Simon Mevo, Sylvie Ngono, Charles Benjamin Kamla, Géraldine Tapondjou, Moïse Fotsi, Guylaine Towa, Flore Kameni, Emmanuel Betsena Côme, Mireille Adiémé, Émilienne Adiobo, Jean Tapondjou, Isabelle Nellé, Lydie Nonga, Emmanuel Bossambo, Emmanuel Um, Gabrielle Onana, Aladin Tiam, Benjamin Mbellé, Charles Wong Tsoungui, Bibiane Ndengué, Pélagie Letono, Jérôme Ndzana, Christiane Ayissi, Linda Mbassi, Marie-Thérèse Bisseck, Agnès Ngobo, Guibert Deffo, Michel Ellé Ntonga, Guy Akono, Catherine Doualla, l’association Fakkel 2000(Pays-Bas), le groupe liturgique de la paroisse Notre-Dame du lac(Messa), le groupe Jeunesse du Monde du Cameroun et d’ailleurs.
Préface
Voici un recueil de poèmes qui réactive une vieille image de l’œuvre littéraire perçue comme un miroir que l’on promène au sein de la société. Cette image héritée du siècle romantique français permet à Floréal Serge ADIÉMÉ d’observer notre société actuelle avec ses charmes, mais surtout ses médiocrités.
Qu’y a-t-il de plus fascinant que le miroir? Celui-ci a toujours occupé une place de choix dans les œuvres littéraires et artistiques. Qu’il soit artificiel ou naturel; il est multiforme et permet une vision indirecte et redoublée de la réalité. Il transforme le visible en image et rend une apparence délivrée de son poids de matière, il insère l’irréel et le fantastique dans le quotidien. Le miroir du monde que Floréal Serge ADIÉMÉprésente à nos yeux nous révèle un monde que nous reconnaissons, mais projette dans un espace qui n’est plus le nôtre où nous n’avons accès que par notre regard, par notre pensée, comme s’il n’était que virtuel ou rêvé. Vision encadrée, suspendue à notre présencesans que nous ayons à la produire, douée des caractères de l’imaginaire, elle s’offre à nous comme une variété de tableaux d’un peintre inconnu. Quoi qu’il en soit, nous sommes charmés par autant de surfaces réfléchissantes, conductrices de rêveries. Miroir d’eaus’étendant à l’infini, «Kribi» leprouve par son aptitude au symbole, son ouverture à l’interprétation. Elle constitue une variante sur la beauté parfaite de la Mammy Water, beauté africaine absolue, inspiration de l’amour et adulée par des Africains indolents, désœuvrés et paresseux. En définitive, cette image de la femme est celle d’une prostituée exerçant le plus vieux métier du monde. Des reflets nous présentent des enfants soldats, ces enfants entrainés malgré eux et transformés en êtres dangereux, combattants qui vont à la guerre comme au
9