Mots contre maux

De
Publié par

« Mon esprit silencieux vidé du spleen total

Faire une pause dans la vie, être en état de stase

Se plonger dans le noir la tête vide comme un vase

Vidé de cette nature, qu’on appelle "fleur du mal"



« Quand je dors, je suis quand même très conscient

Je me sens vivre sans souffrir de la vie

C’est l’endroit où le mal est innocent

Car il n’existe pas quand on est à l’abri (...) »


Publié le : vendredi 18 mars 2016
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782334096119
Nombre de pages : 58
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-09609-6

 

© Edilivre, 2016

Super Mario Galaxy

J’suis sur une autre planète, j’crois qu’elle est plus p’tite

D’un seul coup je descends, ma tête est à l’envers

Me voilà en dessous, c’est Mario que j’imite

Je prends la grande étoile, j’me projette dans les airs

J’ai une grande mission, celle de trouver l’amour

J’y crois beaucoup c’est sûr, on y pense tous les jours

J’affronte des ennemis, des koopas, des goombas

Je leur donne des coups d’poings, ils sont en sale état

Une planète m’est destinée, pour accéder au bonheur

Le bonheur de l’amour, trouver la bonne personne

Une porte est sur une planète, je sonne

Je l’ouvre et trouve une étoile, qui me propulse ailleurs

Comme je suis Mario, je vais combattre un boss

J’enchaine les attaques et bat ce gros colosse

Une fois l’ennemi vaincu, il me donne une clé

J’arrive dans un autre univers, je change de voie lactée

Je suis toujours à la recherche de l’amour

Je regarde mon plan, j’ai un très long parcours

Beaucoup d’chemins à faire, mais je ne m’épuise pas

Car je tiens à ce que je veux, je n’abandonnerai pas

Plusieurs jours sont passés, je n’suis pas fatigué

C’est normal quand on est dans la peau d’un personnage virtuel

Pourtant c’est bien moi, je le sens, je suis bien réel

Je me sens vraiment vivant, j’atteindrai mon but : celui d’aimer et d’être aimé

Je recherche un bien être, pour entretenir mon mental

Je voudrais être à l’aise avec mes sentiments, qu’ils ne me fassent pas mal

Ce que je recherche dans cette galaxie, c’est de trouver la personne idéale

Je le sens, mes envies sont là, elles ne valent pas que dalle

Des jours et des jours sont passés, je me rapproche de l’amour parfait

Une personne m’est vraiment destiné, je marche et vais de planète en planète

Car dans cette galaxie, il y a une grande mixité de personnalités

Je cours toujours, j’avance, je trace ma route c’est net

J’arrive au boss final, comme je tiens à cet amour, je l’extermine directement

Je n’ai pas eu pitié de ce boss redoutablement puissant

Une fois mort, il me donne une super étoile

J’accède enfin à la salle finale

Je vois qu’il n’y’a personne dans cette grande salle, juste un gros réveil

L’amour que je cherchais n’est pas là, il est peut – être parti hier

Un lit est dans la salle, je m’y allonge pour dormir

Le réveil sonne et me voilà dans la vraie vie

J’avais juste rêvé, je suis à moitié conscient

J’embrasse quelqu’un ou plutôt quelque chose, c’est insensé

Je m’agite dans mon lit, je me balance rapidement

La présence amoureuse que je sentais, c’était juste mon oreille

Distances et illusions (sonnet slam)
Personnalisé car tous les vers ne sont pas en Alexandrin

Y’a trop de gens qui pensent, que le bonheur est loin

On pense que nos amis, vivent au bout d’un chemin

Une route lointaine, un autre département

Et ceux qui nous entourent, on s’en moque souvent

Avec internet, on communique de loin

On parle à des personnes, qu’on pense bien connaitre

Une nouvelle joie, est bien en train de naître

Avec nos amis loin, on tisse de meilleurs liens

Avec les gens de notre entourage

Fini la communication

Le fait d’être proche nous ennuie

On croit trouver un bon refuge

Quand on parle à des gens d’ailleurs

Car on ne leur parle pas en vra

Joies douloureuses

Des tas de compliments provoquent des émotions

Une boule dans le ventre me broie c’est trop immonde

Un mot gentil crée une excitation

Et c’est une douleur qui est sans cesse féconde

Quand la joie s’installe je ne suis pas bien

Quand j’aime quelqu’un je veux rester au loin

Quand dans mon ventre, des papillons frétillent

On peut voir un torrent inonder mes pupilles

Pour beaucoup de personnes ces symptômes apparaissent

Et ces individus, sont bien durs à cerner

Car on ne sait pas trop, comment se comporter

Car ils sont mal eux-mêmes, malgré nos gentillesse

Maux roses

L’amalgame rend l’âme instable mon art : « rose et noir »

Dès la rosée du matin, le mal m’atteint

Le mal m’attend pas, le mal m’éteint

Le mal malmène jusqu’au soir

Le mal attire, c’est maladif

Le mal est maudit, pleins de cris plaintifs

Retentissent dans un écho d’écorchés vifs

C’est un fardeau agressif

Y’en a qui ont l’plaisir de faire le mal, c’est morose

Ils sont sados aussi masos pour eux les « maux roses »

Leurs mots osent perturber notre moral

Quand on résiste, la mort râle

On absorbe leurs mots comme de la mort au raz

On y prend plaisir car on veut partir de là !

J’ai l’âme en speed car trop de spleen

Dans mon cerveau, j’voudrais être clean !

L’amalgame est présent, l’amalgame gâte

En sentiments forts, pleins de fils à la patte

C’est pas épatant, car c’est invisible

La douleur psychique prend notre esprit pour cible

Moi je cible la scène sans sérénité

La pensée peut faire mal comme peut faire saliver

Comme dans un sale hiver ou c’est beau, mais trop froid

Comme dans les pires moments où on garde un peu d’foi

Fuir c’est dur quand on prend goût à la douleur

On est accros à c’qui fait mal, ce qui nous broie de l’intérieur

Une douceur qui est douleur, c’est dur de s’en détacher

Notre avis ne vit plus, il est trop vite taché

Mais je le tâche d’encre textuelle

Pour que dans mon art, mes textes excellent

Mon art donne du sens à ma narration

Car parfois de la vie, j’en ai ma ration

On s’attache au passé et le présent trépasse

On se rappelle de la douleur, en nous un trait passe

Nous broie, mais on brave à bout de bras

Il faut qu’on trace, évitons les tracas

Il faut se détacher des déceptions amoureuses

On reste souvent bloqué on à l’âme malheureuse

La beauté fascine car elle peut en faire baver

La beauté peut faire mal ça, on ne peut le nier 

Dans son silence

C’est l’histoire d’un être qui reste silencieux

Il ferme souvent les yeux, regarde vers d’autres cieux

Le temps lui paraît long et il soupire souvent

Il est trop attentif, aux sifflements du vent

Car rien ne l’anime, il aime rester dans le silence

Il déprime bien...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

En vers et pour tous

de editions-edilivre

Maux sans mots

de Societe-Des-Ecrivains

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant