Mythologies d'amour

De
Publié par

Ce troisième recueil de poésie d'Ira Feloukatzi est dédié à l'amour unique, mythique et passionné. Emotions ancestrales, errances amoureuses, attraction-répulsion, alchimies du jeu amoureux, aventures existentielles d'une femme moderne après l'émancipation féminine et la libération des mœurs. L'amour qui emporte en tourbillon, brise les limites, renverse et régénère, domine tous les épisodes de cette anthologie amoureuse, avec un balancement constant des extases aux antinomies, du jeu de la séduction à la démystification.
Publié le : mardi 1 novembre 2011
Lecture(s) : 49
Tags :
EAN13 : 9782296473355
Nombre de pages : 172
Prix de location à la page : 0,0090€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
MYTHOLOGIES D’AMOUR ΜΤΘΟΛΟΓΙΕ΢ΣΟΤΕΡΧΣΑ
Ira FELOUKATZI dzλαΦΕΛΟΤΚΑΣǽΗMYTHOLOGIES D’AMOUR ΜΤΘΟΛΟΓΙΕ΢ΣΟΤΕΡΧΣΑPoésie ЦκέβıβTraduction du grec par l’auteur ΜİIJΪφλαıβıIJαΰαζζδεΪαЦσIJβθıνΰΰλαφΫαPréface de Philippe Tancelin ΠλσζκΰκμIJκνΦδζέЦΣαθıİζΫθ
Du même auteur Paysages vibrants, poésie Editions Livanis, 1998 ; Editions L’Harmattan, 2000 Résonances -ΣυȞİȚȡȝȠȓ, poésie Editions Livanis - L’Harmattan, 2001 Le dépassement-voyage intérieur vers la lumière, roman. Editions Lanore, 2005 ; Editions Livanis, 2006 ΣβμıνΰΰλαφΫπμǻȚαįȡȠȝȒıIJαǻȠȞηIJȚțȐIJȠπȓα,Цκέβıβ. ΕεįσıİδμΛδίΪθβ, 1998 ;ΕεįσıİδμL’Harmattan, 2000 Résonances -ΣυȞİȚȡȝȠȓ,Цκέβıβ. ΕεįσıİδμΛδίΪθβ- L’Harmattan, 2001 Υπȑȡȕαıη-ǼıωIJİȡȚțόIJαȟȓįȚπȡȠȢIJȠφωȢ,ηνγδıIJσλβηα. ΕεįσıİδμLanore, 2005 ;ΕεįσıİδμΛδίΪθβ, 2006 Illustration de couverture :Eros ailéd’Alekos Fassianos ΕδεκθκΰλΪφβıβıIJκİιυφνζζκ:ΦIJİȡωIJόȢȑȡωIJαȢIJκνΑζΫεκνΦαıδαθκτ© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55560-0 EAN : 9782296555600
 À l’Ange de l’Amour ΣIJȠȞΆȖȖİȜȠIJηȢαȖȐπηȢ
ΠΡΟΛΟΓΟ΢ΜκθαιδΪ,ηκθαιδΪφπIJδıηΫθβηΫξλδηΫıαıIJδμφζΫίİμ. ΗΰλαφάκįİτİδαθΪηİıαıİЦλσıπЦααЦσξαηΫθİμξυλİμ, αθαıIJβηΫθααЦσσζİμIJδμηİζαΰξκζέİμ. ΜκθαιδΪIJπθαθαβIJάıİπθ,IJπθαθαξπλάıİπθЦκνφIJΪθκνθπμIJασλδαIJκνıЦαλαΰηκτηΫıαı΄ΫθαίζΫηηαηЦλκıIJΪıIJβθκηέξζβЦκνοΪξθİδIJκįλσηκθαΰλΪοİδΗγζέοβΰέθİIJαδκįτθβıİαЦΫλαθIJαIJκЦέασЦκνIJαηΪIJδαЦλκıβζυθκθIJαδ,αЦαλθκτθIJαδIJκıεκIJΪįδ, ηİIJβθνЦσıξİıβσIJδIJαετηαIJααθαıξβηαIJέκνθΫθαθεσıηκΰδαΪζζİμσξγİμ,ηİIJκέįδκαέηαIJβμδıIJκλέαμ. ΗdzλαΦİζκνεαIJάΰθπλέİδIJδμıνηЦζβΰΪįİμIJπθΰλαηηυθЦκνıνΰεİθIJλυθκθIJαδıIJβıİζέįαΰδαθαıξİįδΪıκνθIJαİλİέЦδαIJκνΰİΰκθσIJκμ. ΠπμθαΰλΪοİδμεΪIJπαЦσIJαİλİέЦδα, ΰδαθααθİΰİλγİέηΫıααЦσIJβθεαηΫθβΆθκδιββİεЦζβλπηΫθβδıIJκλέαİθσμθακτIJβμıνθΪθIJβıβμαθΪηİıαıIJκσθİδλκεαδıIJκθασλδıIJκκλέκθIJαΠπμθαЦİλδΰλΪοİδμξπλέμθαİιαθIJζβγİέβαθΪηθβıβΠπμθαίδυıİδμIJβθЦαλαφκλΪIJβμθτξIJαμЦλδθįδαıξέıİδμIJδμαЦκνıέİμIJκνΪζζκνΠπμθααЦβξάıİδμIJκθζασIJπθıεδυθЦκνİЦδεαζτЦIJκνθIJβγνıέαIJπθΪıIJλπθΗЦκδάIJλδαηİIJαıξβηαIJέİδIJβθİικλέαIJπθητγπθıİηδαЦκζτξλπηβκЦIJαıέαIJαιδįδυθαθΪηİıαıIJβθαεδθβıέαIJσIJİκζσΰκμΰέθİIJαδЦκλγηΫαμIJβμανΰάμ, ЦκηЦάαЦσЦκνζδΪЦκννφαέθκνθIJκνμξλβıηκτμΰδαθααθαΰΰİζγİέβαλξΫΰκθβıνθΪθIJβıββηνıIJδεάİζЦέįαηδαμİЦκξάμЦκννЦİλίαέθİδIJδμıδπЦΫμIJβμIJİIJαηΫθβμıIJβθδεİıέαIJπθενηΪIJπθIJβμηθάηβμηθάηβIJκνθİλκτ,IJβμЦΫIJλαμ,ηθάηβαЦσıIJΪξIJİμ. ΗЦκδάIJλδααЦαθIJΪıIJβηİζπįδεάįδΪξνıβIJπθφπθυθΰλΪφİδIJσIJİIJβįκθβIJδεάανΰάIJβμΰκβIJİέαμIJβμηδαανΰάαЦσįλαıβμΰδαθααθIJδıIJαγİέıIJκθαЦκξπλδıησ. ΦΙΛΙΠΣǹΝ΢ΕΛΕΝΠκδβIJάμΦδζσıκφκμ
6
PREFACESolitude, solitude éclairée jusque dans les veines. L’écriture chemine à travers les visages de pays disparus, ressuscités de toutes les mélancolies Solitude des quêtes, des départs rendus au bord de déchiruresdans un regard devant la brume que cherche le chemin d’écrire Quel tourment devient douleur de paysages immenses où les yeux se fixent, déclinent l’obscur, quelle promesse de tant de vagues reforme un monde pour d’autres rives d’un même sang d’histoire. Ira Feloukatzi sait l’écueil des lignes qui se rassemblent sur la page pour dessiner les décombres de l’événement Comment écrire sous les décombres pour que lève entre les printemps consumés l’histoire accomplie d’un temple de la rencontre entre le rêve et l’horizon indéfini Comment décrire sans que s’épuise le souvenir Comment déchaîner la nuit avant la traversée d’absences à l’autre Comment résonner du peuple d’ombres recouvrant le sacrifice des étoiles Le poète transforme l’exil des mythes en une créature bariolée de voyages à travers l’immobile alors le verbe se fait passeur d’aube procession d’oiseaux tisseurs d’oracles pour que s’annonce la rencontre d’origine le secret espoir d’une époque haussée à ses silences tendue à la supplique des vagues de mémoire mémoire de l’eau, mémoire des pierres, mémoire des cendres. Le poète répond à la dispersion mélodieuse des éclats de voix Il écrit alors le vibrant matin de ses séductions un matin d’évasion pour résister à la séparation PHILIPPE TANCELINPoète Philosophe
7
I - SYMPHONIES D’AMOUR AUX MIROIRS D’ARGENT Ι-΢ΤΜΦΧΝΙΕ΢ΣΟΤΕΡΧΣΑ΢ΣΟΤ΢Α΢ΗΜΕΝΙΟΤ΢ΚΘΡΕΦΣΕ΢
ǹΓǹΠǾΑЦσİıΫθαιİεδθυ. ΑЦσIJκνμυηκνμıκνφνIJλυθκνθIJαφIJİλΪηκν
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.