//img.uscri.be/pth/513f7785a3e8710931e8942cd2616abdfdece3d0
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Oeuvre poétique 1910-1912

De
344 pages
Georg Heym (1887-1912) est-il un génie à la Rimbaud ou un poète mort trop tôt et resté dans l'indécis ? La traduction de la totalité de ses poèmes écrits après l'adolescence met à la disposition du lecteur français de nombreux textes et ébauches jusqu'alors non traduits, et permet de découvrir beaucoup mieux la création très originale d'un amoureux passionnée de la Grèce antique, qui étouffait dans le monde moderne.
Voir plus Voir moins
DAŒvutioé pre91 1e qu2191  0eH groeG1-19)2e my( 8178omme on st-il, c nu inég al,tidbaim oudà e  Rlaro tetm p èo unurest et  tôttropsicédnil snad éontiucadtra  L ?s edp seemèocé se  d tlaaloté itelcsneecm teà l rits après ladoruetcel iaçnarf osspdia dun ioite  ttxsehcsebéua noms dex tebreu es,pet ra titdusrolnon suj auqup mieuxr beaucoédocvuirmrted  eunde alinigors èrt noitaérc al èce a Grde lnné ssoi xapruuea omod mdeonSo. neer,ervuœ négatrap que,anti éto quitid fuafelm na s le,gre esote qul teaf esatnuqite entre la violecn etel hraominu tneitnoc ,noit eheic rgema inetaoimuniill,el cinaallu lhn etlla namennoiemsi, re senetd iv ld sed bé tavireéexpressuts de latog snased inmscieu prér lex suét nu ,segangiomtron cesontiicadlnuvireisétd  esseur émérite à euqiheI p ,leforle oqép.Dueinom Mone Levraglou69 5ne1 rt eraîa pitfaa , ilraMi eL  2 esuoluoTuis seslsoff, ports-eüHetv noD A detnnétpoueiqxuei te r edgilet molar de e etmmneonatse ,ednrars eriv dnsdat r sel rus selcitré, sur t consacocpmrataelm do eétle udteisà , réttrutal edil acrehceeh rel sustesq groau sue, qud tejua li leué,liub p9719n  epaoptr sedD sootïevski et des écavir snielladnam es,dat  sns res79 :-2-8I.?  NBSai sjes-un, ue Q
De L’Allemand
u r t u 9 9 2
G o H
T o po Do q I
9-835  336-0065
 uvre poétiq  ue 1910  1912     
 
De lallemand Collection dirigée par Françoise Lartillot et Joël Bernat   Le titre de cette collection fait écho au livre de Mme de Staël, De lAllemagne, qui voulait diffuser plus largement la littérature et la pensée allemandes en France. La connaissance de lAllemagne et de ses lettres sest diversifiée depuis, elle nest plus, espérons-le, la cause de quelque banissement ; pourtant il ne semble pas superflu de soutenir par une médiation renouvelée la diffusion de ce qui sécrit « en allemand » (que ce soit de textes dAllemagne, dAutriche, de Suisse alémanique,). Tel est le sens de « DA » : un premier volant de la collection présente des traductions de textes qui, pour être déjà connus en langue française, nen recèleraient pas moins encore quelque secret recouvert par certaines habitudes de lecture et quil sagirait alors dexhumer. La lecture critique sera au cur de lautre volant de « DA », lectures duvres en langue allemande, qui proposeront non seulement des voies daccès mais aussi une réflexion sur ces voies, quelles suivent et feront donc jouer les points de vue. Donc une collection qui se divise en deux séries : des études et recherches universitaires, et des traductions inédites en français.   Déjà parus   Ralf ZSCHACHLITZ, Pour une réelle culture européenne ? Au-delà des canons culturels et littéraires nationaux , 2012. Frédéric TEINTURIER (sous la dir.), Berlin Alexanderplatz dAlfred Döblin. Un roman dans une uvre, une uvre dans son temps , 2011. Françoise LARTILLOT et Reiner Marcowitz (sous la dir.), Révolution française et monde germanique , 2008. Textes réunis par André Combes et Françoise Knopper, Lopinion publique dans les pays de langue allemande , 2006 Friedrich HÖLDERLIN, Le Fardeau de la Joie , traduit de lallemand et commenté par Kza Han et Herbert Holl , 2002. Achim GEISENHANSLÜKE, Le sublime chez Nietzsche , 2000.       
© L'Harmattan, 2012  5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-00659-8 EAN : 9782336006598
 
Georg H EYM    
  uvre poétique 1910  1912   
   Traduction et postface de Dominique Iehl               
      
 
Du même auteur
 Sur Georg Heym : « De Dionysos à Baal : quelques avatars du nietzschéisme à travers deux poèmes de Heym et de Brecht ». In  Du texte à limage. Appropriation du passé et engagement au présent . Sous la direction dAlain Cozic, Hilda Inderwildi et Catherine Mazellier, Nancy, Le texte et lidée, 2010. Démons, enfer et spectres dans la poésie de Georg Heym. Entre sécularisation et fascination , à paraître.  Traductions : Participation à la traduction de luvre poétique de Rilke ( Nouveaux Poèmes 1 et divers autres poèmes), in Rainer Maria Rilke. uvres poétiques et théâtrales, Paris, La Pléiade, 1997.  Sur dautres thèmes :  les rapports de Dostoïevski et des écrivains allemands (Büchner, Hofmannsthal, -Thomas Mann, Hesse, Kafka, Musil, Rilke, Trakl). - le grotesque, notamment sur le théâtre envisagé dans cette optique (Dürrenmatt,  Brecht, Horvath, Sternheim, Beckett, Handke). Voir en particulier : Le grotesque , Paris PUF, Que sais-je ?, 1997 -- « Fantastique et grotesque dans " Isabelle dEgypte " dAchim von Arnim ». In  Spectacles grotesques. Humoresques n° 31,  Paris, printemps 2010. - « Quelques revirements dans le sens et lusage du grotesque ». In Tournants et (ré)écritures littéraires, sous la direction d André Combes, Alain Cozic, Nadia Lapchine, Paris, LHarmattan, 2010. - « Grotesque et vertige : lexemple de Soutine ». In Colloquium Helveticum, Cahiers Suisses de Littérature générale et comparée n° 35, Fribourg, Academic Press, 2004. - Entre rire et sourire. Quelques aspects des rapports entre dérision et raison de Rabelais à Goethe . A paraître. - Contributions diverses à l Encyclopédie du fantastique , Paris, Ellipses, 2010 - Introduction à « Demian »  et au « Steppenwolf », in Hermann Hesse. Romans et nouvelles , Paris, La Pochothèque, 1999, et au « Doctor Faustus » , i n : Thomas Mann. Romans et nouvelles, vol. 3, Paris : La Pochothèque, 1997. - le lyrisme moderne (Baudelaire, Hofmannsthal, Trakl et surtout Rilke) et les rapports de Rilke et de la littérature et peinture modernes. Voir en particulier : - « Labstraction concrète. Notes sur lévolution de limage chez Rilke », in Etudes Germaniques n°30, Paris, 1975. - Rilke und die französische Malerei nach Cézanne, in Rilke in Frankreich , Blätter der Rilke-Gesellschaft , Sigmaringen, 1993. - Rilke und Franz Marc, in Münich 1900, site de la modernité , Bern, Peter Lang, 1998. - « Espace et profondeur chez Rilke », in Lesprit et les lettres , Toulouse, PUM, 1995. - luvre dAnnette von Droste-Hülsoff. Voir en particulier : - Le monde religieux et poétique dAnnette von Droste-Hülsoff , Paris, Didier, 1965 (thèse dEtat).  
Avant-propos Lannée 1912 est celle du centenaire de Georg Heym (1887-1912), auteur de quelques drames, de nouvelles et surtout dune uvre lyrique importante qui fait de lui, à côté de Benn et de Trakl, lun des auteurs les plus marquants de lexpressionnisme allemand. Mais son uvre est moins cohérente que celle de ses deux contemporains. Lessentiel, en effet, a été écrit de 1910 à 1912. En deux ans il composa plus de 500 pages de poèmes qui se distinguent nettement de son lyrisme de jeunesse par leur variété et leur qualité. Certains critiques le tiennent pour un Rimbaud allemand, dautres soulignent le caractère mêlé dune création qui unit la finesse dun regard subtil à des hallucinations vertigineuses et à détonnantes visions dapocalypse, mais qui ségare parfois dans de longs poèmes en quête dun style dramatique et épique souvent problématique. Pendant deux ans, Heym se cherche. En témoigne la coexistence dans son uvre de styles divers : classique, baroque, impressionniste, à côté dune violence expressive. Il nexiste de son uvre lyrique que quelques traductions partielles (la plus importante est celle de Camille Rousselle). Il ma paru intéressant de traduire, à lexception des poèmes dadolescence, la totalité de ces poèmes, riches en ébauches inégales mais suggestives. Je me suis efforcé de retrouver le plus possible le rythme de Heym, notamment par le recours à lalexandrin correspondant au iambe à cinq pieds qui reste le mètre dominant de ces vers. Lensemble révèle des tendances contradictoires mais qui livrent un éclairage varié sur le remous créateur de lépoque. Les derniers mois de sa création sont sous le signe de lindécision, parfois de la confusion, mais aussi, et notamment dans son recours final au vers libre, dune inquiète recherche de nouveaux modes dexpression. Les textes traduits sont ceux du premier tome de lédition allemande en 6 tomes (réduits à 4) : Georg Heym, Dichtungen und Schriften , hsgb. Von Karl Ludwig Schneider, München, Ellerman, 1960 à 1968. La ponctuation, très libre chez Heym, a été autant que possible conservée telle quelle, mais avec quelques modifications. Les indications en italique (surtout certains titres suivis de références) viennent de léditeur allemand, ainsi que le choix de signes précisant létat dachèvement du texte : les chevrons < > désignent un texte incertain, les crochets [ ] concernent des passages que lauteur a provisoirement envisagé de supprimer, enfin les passages seulement ébauchés et inachevés sont signalés par des parenthèses doubles (( )). Je remercie tous ceux qui mont aidé dans cette étude et notamment Madame Françoise Lartillot qui ma proposé de la publier aux Editions de lHarmattan, ainsi que Madame Ilse Walther Dulk, professeur honoraire à luniversité de Stuttgart, qui a mis à ma disposition sa connaissance du Berlin davant guerre et ma apporté son aimable et efficace concours pour le déchiffrement de nombreux passages, à propos desquels nous avons confronté nos perplexités respectives.
Georg Heym : uvre poétique, 1910  1912
 
Janvier 1910
     Cypris 1  Est-ce Cypris rentrant de ses lointains voyages ? Du sommet de lazur descend le vol des nues, Les ailes des pigeons sélançant vers le ciel, Palpitent en suivant son lumineux sillage.  Les vents qui tendrement caressent ses cheveux, Chantent très haut le chant de sa magnificence, Accompagnée par les accords des Hiérodules, Splendide la déesse approche de son temple.  Obéissant aux sons de cette douce voix, La porte souvre alors accueillant la déesse, Et lorsque son regard sourit du haut des marches, La foule se prosterne au marbre de ses pieds.  Lîle, encore aujourdhui, glisse à travers la mer. Avant de senfoncer, les nageurs la contemplent, Et à travers la vague, envahis par la mort, Ils entendent de loin la chanson de Linos.  Les corps sont entassés, formant une muraille. En gémissant les morts découvrent leur royaume. Quand sous lassaut des vents le ciel gris se déchaîne, Dérivent sur les flots les corps gonflés et blêmes.  Les cheveux de Cypris, sous la main de ses femmes, Glissent en sétirant au son dune guitare. Les cieux sont traversés par le feu des éclairs, Et lasse des chansons, la déesse sendort.                                                        1 Un des noms dAphrodite. Le texte de Heym contient dabondantes références à la géographie et à la mythologie de la Grèce antique. Ne seront retenus dans les notes que les lieux et figures les moins connus.