Parfums de plume

De
Publié par

"Et la plume animée laisse glisser les mots (...) pour se dire à soi-même, à l'autre l'inconnu". Voici un recueil de textes en prose et de poèmes, certains écrits à l'adolescence, d'autres à l'âge adulte. Une autre vie, pourrait-on croire, sépare la jeune révoltée de la femme, épouse et mère à sa place dans l'existence. Pourtant, l'adulte de 45 ans contient bien en elle l'adolescente de 16 ans : colères, doutes, élans, enthousiasme sont restés les mêmes.
Publié le : dimanche 1 juin 2008
Lecture(s) : 268
Tags :
EAN13 : 9782296920569
Nombre de pages : 348
Prix de location à la page : 0,0093€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Parfums de plumeCollection«Vivreetl’écrire »
dirigéeparPierredeGivenchy
voirlalistedestitresdelacollectionenfind’ouvrage
©L’Harmattan2008
5-7,ruedel’École-Polytechnique-75005Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN:978-2-296-05867-5
EAN:9782296058675SylvianePatron
Parfums de plume
L’HarmattanParcequelessouvenirss’étiolent
etlamémoirefaiblit
Parcequel’onnepeutpasbienvivre
sanss’inscriredanssonhistoire
Parcequ’ilyadesmotsetdesmaux
quisontdifficilesàdire
Parcequ’ilyadeshistoiresqu’ons’invente
etd’autresquel’onimagine
J’aiécritcesinstantsdevie,instantsfugacesressurgis
del’oubli
parlamagiedel’écrit
7Et malgr
La vie es
belle !grétout
Et malgré
est tout
La vie est
belle !Premierssoleils
tombe la veste
je sor s
Vélo bleu, Vélo blanc
l’enfant tout simplement
me croise
Prince d’un autretemps
Monsieur le printemps
s’extasieLesmotsvolentetvirevoltent
Ilstournoientdansmatête
Ausond’unepensée
Ilssebousculentpressés
Etlaplumeanimée
Laisseglisserlesmots
Peuàpeu,touràtour
Chacunaurasaplace
Lesmotschantentencadence
Lamusiqueducœur
Encléde solouen fa
Ilsredisentletempo
Lesmotscrientetéclatent
Augréduventdel’âme
Telunballontroplourd
Àenperdreleurflamme
Lesmotsrientetsourient
Auxbeauxjoursdelavie
Àl’enfantquigrandit
Aubonheurd’êtreensemble
Lesmotsdisentetredisent
Àl’inconnuquipasse
Audétourd’unregard
Cequelecœursuggère
*
Souvenirsd’ÉCOLE
Cinqans
Pleurs
Grillenoire
Cris
Désespoir Stop
Monpèremechanged’école
11L’écoleMaintenon
C’étaitsonnom
Maternelleoubliée
Primaireestaupassé
Mémoireentrecoupée
Flash-backsinachevés
Etlesannéescollège ?
Sixièmeàlatroisième
Quatrièmeestunpiège
Aupubliclatroisième
Externeoupensionnaire
Oudemi-pensionnaire
Lesdortoirsinterdits
Braverles
Laclasserestait
Lesprofstournaient
Histoiregéo
Unpeurétro
Etpuisl’anglais
Aussilesmaths
Français,sciencesnat
Plusquejamais
Lesoir,l’étude
Leçons,devoirs
Toujoursl’étude
Pensersavoir
Lescoursdegym
C’étaitl’horreur
Cordeetl’toutim
Sautenhauteur
Aufondduparc
Grotteinterdite
Risquersonarc
Ilfautfairevite
12MardisGrasdéguisés
Coiffuresetmaquillages
Éclatsderiresassurés
Défilésd’unautreâge
Lesrencontresincertaines
Inopinées,soudaines
Lesamitiésd’unjour
Rimantavectoujours
L’écoleestdétruite
Lagrotteestrestée
*
L’enfance, c’est merveilleux
C’est la découverte de toutes choses
L’épanouissement, l’émerveillement
C’est l’époque la plus belle de la vie
La naïveté, l’ignorance, la pureté
C’est formidable d’être enfant, insouciant
Pourquoi ne reste-t-on pas toujours enfant ?
Mon enfance où es-tu ?
14 ans
13Mesjournauxintimes…
Retrouversoncœurd’enfant
Pourrenoueraucœurd’antan
Cœurd’enfantquis’émerveille
Àchaqueinstantquis’éveille
Cœurd’enfantensomnolence
Jeuxd’enfanceetd’insouciance
Naïvetédel’enfance
Absoludelaconfiance
Curiositédelavie
Sanssoucisdulendemain
Cœurdel’enfantendormi
Douceuraupetitmatin
Écoutersoncœurd’enfant
Pourredireleprésent
Joueraurythmedesmots
Veilleretdénouerlesmaux
Réveillersoncœurd’enfant
Partirdécouvrirlemonde
Rejouerlescouleursdutemps
Etcroirequelaterreestronde
14Amoursenfantines
Rimentavecbacàsable
Aupieddelamaison
Ilsferaientdeschâteaux
Ilétaitespagnol
Etilavaitunfrère
Etellesétaientdeuxsœurs
Jouantàladînette
Etpuisilestparti
Etpuiselleagrandi
Aupieddesamaison
Iln’yapasdesable
DeschâteauxenEspagne
Elleenconstruiraitd’autres
Avecunpeudesable
Aupieddesamaison
*
Maman chérie
Toiqui m’as donné la vie
Toiqui m’as élevée
Toiqui m’as nourrie
Toiqui m’as soignée
Merci Maman chérie
Pour tout ce que tu as fait
Pour moi
Toiqui m’as protégée
15Toiqui m’as souri
Toiqui m’as aimée
Merci Maman chérie
Pour tout ce quetuasfait
Pour moi
15 ans
*
Dieu
Tu sais, tu es bien mystérieux.
Je croisentoi,car on parle de toi si fort que ce n’est
pas possible que tu n’existes pas.
Àvrai dire lorsqu’on te parle, qu’on te pose une
question, c’estnous-mêmes qui faisons la réponse.
Est-ceque c’est toi qui parles ?
Pourquoin’apparais-tu pas?Pourquoi ne te
montres-tu pas ?
Pourquoifaut-ilencorequenousfassionslesréponses ?
16Pourtant je croiraisentoi plus qu’en n’importe qui,
peut-être justement parceque je ne t’ai jamaisvu.
C’est drôle, bizarre!
Pourquoi toi,Dieudelumière et de bonté,
admetstu toutes ceshorreurs sur terre?Jesais, c’est la
questiondetous les temps, maisc’est peut-être la
questionlaplus importante.
C’est vrai,nous avons souvent, très souvent, le
sentiment de culpabilité. Pourquoi ?
Au contraire près de toi,c’est là que nous devrions
nous sentir avec quelqu’un d’un peu plus
important, cartunous respectes tous un par un en
prenant soindechacun.
Alors, aide-nous, toi qui peux nous sauver.
Noustepromettons de faire de notre mieux.
Mais aide-nous, sans toi,c’est fichu.
15 ans
17Ouij’en ai marre
La viec’est un cauchemar
Desparentsqui ne nous comprennent pas
Dessœurs qui nous agaçent tout le temps
Descamarades qui n’en sont pas
La nature qui n’est plus
Les hommes qui ne s’entendent pas
Les copains, lesamisqui se moquent de nous
Voilà ce qu’est la vie
Un embranchement de choses qui ne s’accrochent pas
Et si Dieu n’étaitpas là !
Que deviendrions-nous ?
15 ans
*
Et oui,c’est commeça
Ce soirj’ai le cafard
Oh, ça arriveàtout le monde
Pourquoi ?
Je n’en sais rien
19J’ai le cafard, c’esttout
Il s’accrocheànous et ne nous lâche pas
Jusqu’à ce qu’iltrouvesaprochaine victime
Et aujourd’hui, c’est moi
Oh ça ne durera sans doute pas longtemps
Peut-êtreunjour, deux jours
Maisc’est dur
On est comme isolé du monde entier
Dans un trou noir
Et au-dessus de nous,des milliersdegens
Une foule d’inconnus
On se sent perdu
On ne saitplus où l’on en est
Toutàcoup, au milieu du peuple
On aperçoit le bonheur
Oui, c’estbienlui,c’estnotre bonheur
Mais il estbienloin, inaccessible
Alors on sent venirune larme, puis deux, puis trois
Et enfin on éclate, on n’en peut plus
Alors le cafard se noiedans nos larmes et s’en va
petitàpetit
Pour aller chercher et torturer sa prochaine victime
20Le voyant s’en aller, les larmes s’arrêtent et le
sourire revient
Le printemps estànouveau là
15 ansHistoired’unecorrespondance
J’avais 15 ans, la tête pleine de questions et le cœur en
souffrance.Àl’aumônerie je suis«tombée»sur un livre : Le
bourdon et le cafard.Letitre m’attira sans doute et surtoutle
livre était écrit par des jeunesdemon âge qui exprimaient ce
quejeressentais.Àlafindecelivreilyavaitunpetitmotde
«Marie-Claude et Benoît»qui invitaientàleur écrire. C’est
alors que commençacette longue aventure de l’écriture et du
journal intime qui vous répond. Derrière ces pseudonymes se
trouvaitPierrequej’aivitesurnommémonGrandFrère.Ily a
quelque temps j’ai relu toutes ses lettres, luiales miennes (à
Recouvrancedansuncarton).
Jemesouviensqu’àmesquestions,lesréponsesétaienttoujours
oupresqued’autresquestionsetencored’autres.Etc’estcomme
celaquej’aigrandi,quej’aiavancédanslavieavecmesdoutes
etmesincertitudes,mespeursetmesfragilités.
Mon Grand Frère, nous nous voyonstoujours mais
aujourd’hui et grâceàlui je suis passée de l’autre côté, de ceux qui
répondentauxjeunesenquêtedesensetavecdesquestionsplein
latête.
J’ai45ansbientôt,voilàtrenteansquenousnousconnaissons
etjeleremercied’avoirétélàetdem’avoiraidéeàpassertoutes
cesannéesdifficiles.
Ungrandfrèredecœur
À15ans,j’enaimarre
J’ail’bourdon,j’ail’cafard
Àlalecturedulivrequiportaitlemêmenom
Marie-ClaudeetBenoîtsurgissentdansmavie
Etc’estmonamiPierrequidevientmongrandfrère
Correspondancequifaitgrandir
Journalintimequivousrépond
Questionsessentiellesetexistentielles
Ettoujoursuneautrequestion…
C’estgrandiràsoi-mêmechoisirsonchemin
23C’estconstruiresonavenirtrouverdesréponses
Accompagnementd’unjour
Quipeutdurertoujours
Sil’autrelepermet
Dansleplusgrandrespect
Liensprofondsd’amitié
Quis’écriventsanssedire
Trenteansdeviereliée
Parlacorrespondance
MerciàmonGrandFrère
Pierre
24CherPierre
J’ai relu presque toutes tes lettres. Que d’émotions et de
cheminsparcourus!Vingt-septansquenousnousconnaissons.Je
peuxl’écrirecartuesvenumerendrevisitechezmesparents
très vite en juilletaprès ta première ou deuxième
lettre.Jere-
gretteaujourd’huid’avoirunjourjetélesenveloppespourgagnerdelaplace.C’esttoutmoiça!Tropordonnéeetenmême
tempscelamesurprendcarj’aibeaucoupdemalàjeter.Enfin,
voilàcequetum’asécritunjour :
«Ilyadesjoursoùjemedis:dansquelquesannées,
quand Sylviane sera mère d’adolescentes… et moi,
presquegâteux,ilyauratouteunehistoireàécrire. »
Peut-êtrequelemomentestvenu?M’aiderais-tu?J’aimerais
t’enparler.
Jet’embrassetrèsfort,moncherGrandFrère.
Àbientôt
Tapetitesœur
(lettreécritele31mars2004)
*
25Jesuisprisonnière,jenesuispaslibre
Prisonnièredemavie,demasanté,demoi,delui,il
mesuitpartout,mêmelanuit,dansmesrêves.
Prisonnièredemontravail,demoncorps.Prisonnièrede
Dieu,lareligion.Prisonnièredesautres,demesami(e)s,
demesennemi(e)s.
Jemesensseuledansmaprison.
J’aipeur,jesuissanscesseangoissée.Pourquoi?Pour
qui
?
J’enaimarre.Marredemoi.D’êtrecommejesuis
«malade».
J’aienviedefuiretderester.
Devivreetnonvivoter,survivre.
Demavieetnoncetteviededingue.
Jen’enpeuxplus.Jen’enveuxplus.
16ans
*
Lavieestunsemblantdechosesinconnues,de
mensongesetdedéfis.Defigures,devisagessans
expression.Desouriresnarquois,deregardsfroids.De
sentimentshypocrites,demasquesfaux.
C’estunenchaînementdechosesentrelacées,entremêléessanscommencementnifin.
16ans
*
Autoportrait–Automasque
Tutecachesderrièreunmasquepournepasmontrer
quituesvéritablement.
Cequetupenses?Pourquoituris?Pourquoitu
pleures ?
Alorsturestesimperceptibleauxyeuxdesautres
Onnesaitpascequetupenses
Turegardesdanslevaguepournepaslaissertesyeux
s’exprimer
Tuparaissuperficiellepournepasmontrerquetu
26rêvesd’unidéal
Pournepasfaireparaîtretonintransigeanceetta
sensibilité
Quelesttonmasque?Pourquoileportes-tu?Qu’en
fais-tu ?
Pourquoinerestes-tupastoi-même ?
Qu’as-tupeurdenousmontrer ?
17ans
27Masquesd’enfance,d’adolescence
Deprotectionetdeprudence
Cachersoncœur,tropdepudeur
Voilersonâmeàtropd’ardeur
Cachersesformes,niersoncorps
Enl’habillantd’unmasqueenor
Visagesmasquéspouroublier
L’autresoi-mêmequ’onveutcacher
Miroirsdeglacelaissentunetrace
Indélébileausondesmasques
Transformationd’unêtreétrange
Figuration,Reconnaissance
Risquer,choqueretprovoquer
Osercrieretrejeter
Aubalmasquétoutestpossible
Rienn’estjoué,toutestrisible
Masquersaviepourmieuxgrandir
Ôterlesmasquesetpuissourire
28Lamaisonfamiliale
Notre maison de famille n’a jamais eu de nom. On
pourrait
l’appeler«lamaisonoùl’onpeutseposer».Ceuxetcellesqui,
pouruntemps,enavaientbesoinavantderepartir,amies,cousins,cousines,àdestempsdifférents,ontfaitpartiedenotrevie
defamille.
Ilyamême eu une fille, je ne sais plus son prénom, lorsque
j’étais en seconde. Je fréquentais souvent les cafés de St
Germain. Un jour je suis rentréeàlamaison avec (je
l’appelleraiV).Vquin’avaitplusdetoitetquim’avaitété«confiée»
parunecertaineZouzou,fortamoureused’unjoueurduPSG.
C’est drôle les souvenirs… Mes parents l’ont accueillie. Elle
est restée plusieurs moisàlamaison.V voulait reprendre ses
études.Elleestpartieunmatinavecplusieursdemeslivresde
cours. Je n’ai jamais plus eu de nouvelles d’elle. Elle s’était
posée, puis elle était repartie, sans rien dire, sans au revoir
ni
merci.Elleavaitvécuavecnous,jem’entendaisassezbienavec
elle.Mais,peut-êtreavait-elleeuhonte?Peur?Peut-êtreétaitcetropoupasassezcequ’ellevivaitàlamaison ?
Cetteexpériencemeservirapourplustardavecunegénération
de décalage. C’est drôle comme l’Histoire se répète. Ma fille
aînéeestrevenueunjouravecuneamiequiavaitétémiseàla
portedechezelle.Nousl’avonsaccueilliequelquesjours…Puis
elleestrepartieavecdesadressesdepersonnesquipourraient
l’accompagner.
Unemaisonoùl’onsepose
Lorsquelaviedevientmorose
Unemaisonoùl’onretrouve
Unéquilibre,uneviedefamille
Chaleurdusoirquandilfaitnoir
Quandlecœurpleureetqu’ilesttard
Unlieudevie,unlieud’espoir
Oùlatendresseestassurée
Unemaisonavecseshôtes
Sansquilavieneseraitpas
29Desgensquipassent,desgensquirestent
Pourunprintemps,pourunesaison
Aufildutempslaviequipasse
Maislamaisontoujourstientbon
*
Qu’est-cequi ne va pas ?
Àvrai dire je ne sais pas
J’aime. Quoi?Jenesais pas
Qui?Jenesais plus
La vieest ainsi faite que l’on ne saitplus bien où
l’on en est
C’est peut-être la musique langoureuse
Ou le temps grisâtre et maussade
La pluieoulebeau temps…
Et puispourquoi est-ceque j’écris ?
Àqui?Àmoi?Non
Alors c’est au papier
15 ans
*
30Toisilence
Toi, silence, tu es impardonnable
Tu fais plus souffrir que les paroles
Tu nous laissesdans l’anxiété, l’angoisse
Tu nous écartes du reste du monde
Reste-donc cheztoi et laisse-nous en paix
Aucune réponse… aucune parole
Ouilesilence règne
Ah oui,tuesRoi
Tu n’es pas seul au monde !
Alors s’il te plaît,écoute-toi et laisselaparole
régneroudumoins les écritures
Malgré tout,jesaisque tu es Roi
Et que tu ne feras que ce qui te plaira
Oui
Tu es Roi
15 ans
3116 ans, c’est affreux d’avoir16ans
L’adolescence estenfleur
Elle se remplit de cris et de pleurs
Je cherche,jecherche et ne trouve pas
Je cherche je ne saispas quoi
L’Amourn’existe pas
Ce n’est qu’un semblant de sentiment
Une amitiéprofonde
Une amourette passagère
L’Amourneserencontre qu’une fois
Àtoi de savoirledistinguer
Le cafard nous envahit
La nuit m’angoisse au plus profond de moi-même
Être mariée, avoirdes enfants, exercerunmétier
Voilà ce que j’aimeraisêtre.
32Mélancolie
Aufildutemps
Aufildel’âme
Fileletemps
Levagueàl’âme
Lecœurmorose
Àtoutechose
Lecœurmaussade
Mêmeàlarose
Monâmeesttriste
Àenmourir
Moncœurestvide
Detoutdésir
Laflammedel’oubli
Aravivélescris
Lenéantm’envahit
Aurisquedemavie
Compagnondemesjours
L’ennuipourtoutamour
Tristesseestmonsurnom
Mélancoliemonnom
Aufildutemps
Aufildel’âme
Fileletemps
Levagueàl’âme
*
Lavieestbelle
Vieamoureuseettumultueuse
Àlarecherchedel’âmesœur
Cœurquisemeutetcœurquitremble
Àl’êtrecher,aucherettendre
33Comblerlevideetlabéance
Àchaquerupture,désespérance
Crisdesouffrance,crisdedétresse
Larmesincessantes,envahissantes
Voixquichuchoteàmonoreille
Voixpaternelle,«lavieestbelle »
*
Vivre ou mourir
Vivre ou mourirquelle importance?
Mais si je visjeveux vivre !
Vivre d’eau fraîche
Vivre d’airpur
Vivre d’amour et non de haine
Vivre, vivre et non mourir
Changer de vie
Vivre de changements
Vivre de lumière
Vivre intensément
Vivre de justice,depaix, de vérité
Vivre de bonheur et non de malheur
Du chant de l’oiseau
Du reflet de tes yeux
Du parfum de ta vie
34

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.