Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Parole, exil

De
96 pages
Commencé en des terres humides et froides, puis poursuivi dans l'espace marin et solaire de la Méditerranée, l'itinéraire topo-sensible de Jean-Claude Villain, constamment jalonné de poèmes, trouve peut-etre avec ces deux suites sur le désert son aboutissement. Immergé en des lieux et des temps indéfinis, l'auteur développe ici de longs chants, ouverts par leur profondeur d'évocation et leur simplicité de parole à une méditation sur la vie, l'amour, la mort, l'errance, dont le désert est lieu et métaphore, et dont l'ampleur est celle d'une sagesse.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

PAROLE,

EXIL

précédé de CONFINS

Du même auteur
POÈMES Au creux de l'oreille, 1974, Ed. St-Germain-des-Prés, Paris Paroles pour un silence prochain, 1977, Plein Chant Ed., Bassac Du gel sur les mains, 1979, H.C. Lieux, 1980 (prix de l'Atelier de Création Littéraire 1981), chez l'auteur Le soleil au plus près, 1984 (dessins de Bud Wehrheim), chez l'auteur Du côté des terres, 1985, Ed. du Temps Parallèle, Marseille (préface de Jean Joubert) Face à la mer, suivi de Brève Béance, 1987 (eaux-fortes de Gérard Pons), chez l'auteur Le pays d'où je viens s'appelle amour, 1988 (encres de Jeanne Tessore), Des Aires, Pierrefeu-du-Var Le schiste des songes (encre de Mohammed Khadda), 1989, Telo Martius Ed., Toulon INÉDITS Histoires n'ayant ni queue ni tête pour les enfants qui en ont Erotique de la ville Le Tombeau des Rois (traduit en grec par Alexandre Katsaros) Trois chants de relevailles (hommage à Salah Stétié) à paraître, Aporie, 1990 Et lui grand fauve aimant que l'été traverse
NOUVELLE

Hameau d'en face Plein Chant 1977, Bassac

Poèmes, chroniques et notes en de nombreuses revues.

Jean-Claude

VILLAIN

PAROLE,

EXIL

précédé de CONFINS

Editions L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 Paris

@ L'Harmattan, 1989 ISBN: 2-7384-0493-6

CONFINS

récit-poème

«

Tu verras d'abord le désert.

Tu lui donneras comme sens cela même que tu es. Avant ton cœur, lui seul aura été.

Et après, c'est lui encore qui suivra. »
Odysseus Elytis (Dignum esse)

si la fièvre gagnait il faudrait trouver quoi dire ou quoi faire. Accepter la fatalité du mal, aucun n'y songeait. On parlait remède, courage, ruse, prières, magie, chance. Le temps saignait d'une vie comptée, menacée, déjà ruinée peut-être. Un seul trouva le vent plus précieux que les hommes, et subitement, dit qu'il retournait au tlésert.

9