Paroles de poètes, poètes sur parole

De
Publié par

De la place de la poésie dans l'ensemble de la production culturelle-artistique contemporaine à la maltraitance de ses auteurs dans "la société du spectacle", en passant par le souffle impulsant au verbe tous ses états, Jean-Luc Pouliquen et Philippe Tancelin s'engagent ici à tenir parole de ce qu'ils écrivent chacun dans son style, sa langue.
Publié le : vendredi 1 mars 2013
Lecture(s) : 23
EAN13 : 9782296531253
Nombre de pages : 128
Prix de location à la page : 0,0076€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
hgdYj8\]khg]8k]llghk8k]h8jm]YjgdsqorLèopnuuocneretuarteoptnerunoursduèteaucdlaopeefnvitsrdboedieésuaénereardétialM201éténtlduravuepiouqrus,2chéenbisilt-enedeavsseugtuagean?rivLssreedsomsttnatgaantquelécumegedspmniednarpaséeitteslereedlpcaopsélaitudcertlae.Deropctdudlelaenelbmesdeisnaecontemrtistiquruleela-oinuctlessdeenctaaitrlamalàeniaropusptédociélass«dnauesratumpieantsaulebrevusessuotcleectanpa»,etapssnasuorelipilTpeceannlinesegagitnàicétats,Jean-LucPuoiluqneethPsnadnucahctnelaase,ylstnsoeedraloriptnecrivlséquiceacidopliamarsecspdetlurreesetnuegneu.Ctsereinngagemennoanrcetnlsiesnnaiicotetssentéopseiuqseuqieixvosvosdetelrlôeedléhturcheminement,sihriotuseelrmpitaorencldernatalteiontuataisedsivs-s-àvieètpoudretusopalsnadeuqiirconstantlesceésiuavtsuremtnqeninussaubiionimeérmevitneoguedialunntàuqàuqearitscoontitaanncineutnisedtnatnomparoleqnces.Lauexoptèeulsedteniictesnnieetnatuapaserapduemtneedoptèscènlasesedeàstomenècsalhiled.JreoistreavllsedeiselnceentredeuxveugaedsdémtatiniorsuenlgegaamraHLàservilsurieuspléliubP(éoiansnteasmoirtMédonttanetèoteeNptsULPOUEIQn-eacLuaédàjpri.eIllittéracritiquerinferWoeKedmmecérscevatnedipllee.PomatLee,reteoptèasGntochBaarelseis89102-2,)20originesetpluduoleêrevdsediénoeA.blpueuceslierbmrxuilenseiis8oùhttéqieungelseàreussferope,raPétisrevinUlELINTANCppehilioshpiholetppèooitalanCedtaérnsioEdacspPeseyet.GCalcnyduCentreInternrtâéhteadnoF.eveaurteFaPJ.céetersusixnopoérlaetlsie8Hé}àãåKKHEKIMDEKLKEHHJ8R8QOPEJcanefZkaerrtneSdenieP/CessoannErcse,ovlielsansedouUns:erutrevuocnEP)CECI(esqutioéétiqespo
témopiogénages tiques
 E 8h ai 8 8h 8l a
h 8 8h l h l 8 8h
ueseutstéqinggaméiooiémtpoesaggn
   
    PAROLES DE POÈTES
POÈTES SUR PAROLE
                           
Témoignages poétiques Collection dirigée par Philippe Tancelin et Emmanuelle Moysan
 Parce que la langue poétique constitue une exploration, elle revêt parfois son visage de "témoin" des chamboulements de notre société, des mondes qui nous entourent, au gré des voyages, des rencontres. Parce qu'elle explore l'intime, qu'elle épouse une fonction dénonciatrice ici et ailleurs, elle bouleverse aussi notre vision du politique. Accueillons ces textes qui nous aident à cheminer et modifier notre regard...   
Déjà parus  François AUGÉ, Hors je , 2013. Jean-Luc POULIQUEN, Sofia en été , 2012. Tristan CABRAL, Dernier tango à Salta , 2012. Karim KOUROUMA, Le masque et le cheval. Nostalgie dune terre lointaine , 2012. Flavia COSMA, Le miel trouble du matin , 2012. Yves Patrick AUGUSTIN, Mon île est une absente , 2012. Marguerite JARGEAIX, Rendez-vous après la pluie , 2011. Imad SALEH, Palestine, Israël. Destins croisés, entre enfer et espérance , 2011. Jacques BOCQUET, La Nuit Hodgkin , 2011.  Makombo BAMBOTÉ, Déception noire ? Le nègre est souriant , 2011.  Pierre VALMONT, Sous la cognée du vent, 2011. Claudine PELLÉ, Sfax, 2011. Pierre GOLDIN, Répertoire des simples , 2011. Dana SHISHMANIAN, Khal TORABULLY (dir.), Poètes pour Haïti , 2011. Gihan OMAR, Avant de détester Paulo Coelho , 2010. Michèle HICORNE, Des mots pour la Palestine. Et la plage de Tantoura... ment , 2010.
Jean-Luc POULIQUEN & Philippe TANCELIN         PAROLES DE POÈTES POÈTES SUR PAROLE                      
  
                              © LHARMATTAN, 2013 5-7, rue de lÉcole-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00233-0 EAN : 9782343002330  
  Voici un échange entre deux poètes arrivés par des chemins différents pour partager leurs préoccupations concernant la poésie. Sans doute auraient-ils pu se rejoindre avant, tant leurs approches se correspondent et leurs intérêts convergent. Mais la vie est ainsi faite qui choisit ses heures pour provoquer les rencontres.  Lévénement à lorigine de ce rapprochement est une manifestation culturelle tout entière orientée vers cette parole poétique que tous les deux semploient depuis des années à faire monter des lieux où ils vivent et agissent.  Cet événement leur a donc permis de se confronter aux expérimentations les plus actuelles qui donnent de la voix à la poésie dans la société contemporaine, den livrer leurs propres perceptions et de faire un retour sur ce qui les a amenés à y participer.  Il les a appelés aussi à dire ce que la poésie est pour eux, ce quelle représente, à quoi elle engage, vers quoi elle tend et comment on peut en témoigner.  Leur dialogue sest nourri dexpériences multiples tissées de rencontres, de luttes, dengagements, de contextes historiques et politiques où se sont croisées plusieurs générations et que traversent de grandes figures de la poésie et de la philosophie .  ètes nont pas souhaité en raconter le Les deux po détail, pour nen garder que lessentiel, se laissant porter par leur parole et celle de lautre, dans ce quelle faisait résonner en eux de réflexion ou de vécu. Ils ont privilégié la fluidité de léchange et la dynamique des mots q i  u s y rattachent.       
7
                                
    DU PORT DE SÈTE
 Jean-Luc Pouliquen : Philippe, je te propose pour commencer ce dialogue de partir du lieu où nous nous sommes rencontrés, c'est-à-dire Sète. Il me semble que notre participation commune au festival international de poésie "Voix Vives, de Méditerranée en Méditerranée" , ne peut se réduire à quelques jours passés dans la ville natale de Paul Valéry et Georges Brassens. Elle est parlante de ce que nous sommes et de la manière dont nous envisageons et vivons la poésie.    Philippe Tancelin :  Sète est une ville que jaime énormément car sont liés à elle beaucoup de beaux souvenirs décriture devant la mer, cette mer méditerranée qui minspire toujours, sait lever les allégresses autant que noyer les chagrins...Tu as raison, cette rencontre que nous avons pu faire lun avec lautre, cest encore à Sète quelle se situe et presque évidemment dans le cadre du festival des " Voix Vives " de la Méditerranée. Tu évoques une résonance entre le festival et notre propre rapport à la poésie. Ce qui me paraît juste à cette occasion concerne à la fois la question du proférer de poésie qui me hante depuis toujours mais aussi la mise sur la place publique du verbe poétique du point de vue de son engagement y compris physique dans la cité. Nous savons lun et lautre combien cela nous tient à cur et ce sera là ,  lun des enjeux majeurs de notre présent entretien. Que la mer en soit non plus le décor mais le témoin nous engage nous-mêmes à tenter déchanger paroles et pensées
 
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.