Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Pèlerins du bonheur

De
124 pages
"Voici une somme de poèmes-pérégrinations qui font de la poétesse et de son lecteur des Pèlerins du Bonheur. Dans cette contrée entre ciel et terre, on peut surprendre à chaque page comme une main tendue vers tous les surgissements, vers tous les murmures, vers toutes les épiphanies de l'être... Il semble que les pérégrinations aient une nette prédilection pour les escales : celles où l'on découvre les succulences africaines que sont les fruits et les mots créoles, la passion pour Carthage et l'appel de Rome." Extrait de la préface de Jalel El Gharbi
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Marie Ketline Adodo
Pèlerins du bonheur
Préface de Jalel El Gharbi
Pèlerins du bonheur
« Accent tonique » Collection dirigée par Nicole Barrière « Accenttonique »est une collection destinée à intensifier et donner force au ton des poètes pour les inscrire dans l’histoire. Dernières parutions PARFUM DE LIBERTÉ. EGYPTE 2011-2013 Mona Latif-Ghattas VISAGES RÉCHAPPÉS DE LA NUIT Christophe A. Meyer LES IMAGINATIONS, Luis Benítez COMME LE NOIR SE REFERME SUR UNE ETOILE,Nacera Mohammedi SONNETS INTUITISTES,NUOJAUTOS SONETAI Giovanni Dotoli UNE PASSANTE SUR LE PONT Raphaël Ségura LES ÉNIGMES SENSITIVES Anne de Commines STELLA ROGA Anne Michel ET UN CIEL DANS UN PÉTALE DE ROSE, POÈMES ENTRECROISÉS Jacques Herman, Maria Zaki BRUSQUEMENT, SANS PRUDENCE Philippe Raymond-Thimanga SUR LE SEUIL, PROMIS Ghyslaine Leloup
Marie Ketline Adodo
Pèlerins du bonheur
Préface de Jalel El Gharbi
Du même auteur Etude sur la poésie, la tradition orale et la littérature au Togo et programme d’initiation pour les élèves des écoles primaires http://portal.unesco.org/culture/es/files, 2001 Entre toutes les femmes,Nouvelle Pléiade, Paris, 2000. Grand Prix Léon Dierx 2000 de la Société des Poètes Français Prix des lecteurs de la bibliothèque de la ville de Limbé (Haïti) Au clair de mon âme,Aho, 1999. En collaboration avec Isabelle Normand :Le planteur de virgules, petit guide pratique pour l’atelier d’écriture poétique,Le Castor Astral, 2006. © L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02342-7 EAN : 9782343023427
À toi
Madame, J’ai parcouru votre ouvrage avec une admiration réelle. En vous lisant je pensais, je me suis mis à rêver, heureux de constater que l’art ancien du griot africain, cet art poétique évocateur planant sur le temps et sur l’espace n’est pas mort : il persévère et fleurit dans le recueil que vous présentez au public qui lui réservera un accueil mérité. C’est dans une langue prestigieuse que s’exprime votre art, une langue dont on dirait : « Glissez, Français, n’appuyez pas ! » Votre âme, elle, lui imprime avec douceur et inspiration un rythme, le rythme des pulsations africaines et haïtiennes qui ponctuent la vie de l’esprit et du cœur. A tire d’aile, votre esprit telle une tourterelle frêle et agile s’élève et monte saluer le soleil qui se lève, et pour s’emplir de la lumière qui jaillit en effluves de vie après les ténèbres assoupissantes de la nuit, votre poésie prend son envol, vous retient le souffle par l’ordre des mots appropriés qui jamais ne s’amoncellent mais entrent en scène, explosent en des harmoniques surmultipliées, tel un feu d’artifice à cent colorations diverses qui illuminent et balaient l’immense voûte de l’épaisse nuit au firmament du ciel. C’est alors que la puissance, douce et enveloppante de la poésie vous saisit jusque dans l’âme. Vous avez raison : et vous l’avez dit dans ‘‘Prière poétique’’. « La poésie est prière Une litanie qui s’égrène Avec confiance Avec constance »
7
La poésie, votre poésie est contemplation. « Elle vient poser sur ta main tourmentée Les yeux tranquilles de la vérité Qui respire des choses connues de l’intérieur Pour que tu portes au monde Ta part de beauté De clarté D’éternité » Votre muse, Madame, n’en est qu’à ses débuts ; elle va et devra nous porter à ces hauteurs sublimes pendant de longues années encore. C’est sur cette espérance que je vous salue avec l’ardeur de mes félicitations chaleureuses et de mes remerciements infinis pour l’homme que vous éveillez en chacun de nous en nous abreuvant de lumière et de beauté pour susciter la bonté, qui construisent ensemble l’HUMAIN.
Mgr. Robert Casimir Tonyui Dosseh-Anyron Archevêque Emérite de Lomé  (Septembre2013)
8
Préface Marie Ketline Adodo nous donne à lire un recueil dont chaque poème est une étape dans ce cheminement qui est avant tout adhésion au monde. Voici une somme poèmes-pérégrinations qui font de la poétesse et de son lecteur des Pèlerins du Bonheur. Dans cette contréeentre ciel et terre, on peut surprendre à chaque page comme une main tendue vers tous les surgissements, vers tous les murmures, vers toutes les épiphanies de l’être. Il est d’étranges accointances entre le monde et celui qui le perçoit, entre voir et se voir. Très souvent, le monde du poète hésite entre la transitivité et l’intransitivité. La transitivité du cheminement et du désir et l’intransitivité de la pensée ontologique. Car la pensée, qui aime les détours, se destine à elle-même. « Sans ces arrêts obligatoires Prendrais-tu le temps de penser ta pensée ? Sans ces détours incontournables Aurais-tu le temps de rêver ton rêve ?» Chaque poème est une étape, disais-je. Etape i.e. escale, un de « ces arrêts obligatoires », un de ces moments qui convertissent la vue en autoscopie et qui se plaisent à mêler dehors et dedans, intérieur et extérieur, ipséité et altérité. Ici, rien ne peut se passer de sa négation. Nous sommes dans la sphère de la contiguïté entre la chose et ce qui se présente comme sa négation. L’être et l’être pour le néant semblent être des réalités mitoyennes. On comprend dès lors qu’il n’est pas impossible d’être l’un et l’autre. « Je est
9