//img.uscri.be/pth/d95fe8ae09edf7e6a7e3d4bf6a4bc63a7f6cc4e5
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Pensées sur terre

De
116 pages
Peu de chose pour écrire un aphorisme: quelques mots, souvent simples, une formulation concise… et surtout l’envie de renvoyer l’individu face à lui-même. Graines semées au fil des pages de ce Pensées sur terre, les aphorismes d’Elie Gourion – dont la volonté de nous amener à nous arrêter sur notre propre condition n’est plus à démontrer – atteignent parfaitement leur but : nichés en nous, ils laissent éclore méditation, silence, réflexion… Si l’ouvrage d’Elie Gourion se veut un miroir tendu à l’humanité, alors chacune des phrases de Pensées sur terre constitue un fragment, un éclat de ce dernier, qui place dans notre perspective tel ou tel pan méconnu ou occulté de notre personnalité. Une œuvre où le sage, le sérieux, l’ironique, le caustique, le profond, le mystérieux forment un patchwork textuel à savourer, ressasser, sonder, interpréter…
Voir plus Voir moins
P
e
n
s
é
e
s
s
u
r
t
e
r
r
e
P
e
n
E
s
l
i
e
é
P
e
u
s
b
Gou s
l
i
r
u
b
o
i
o
r
n
t
o
k
e
r
r
e
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com
Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
IDDN.FR.010.0116449.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2011
À Shaî et David, mes frères, À Olivier, Christophe et Patrick, mes amis.
Au commencement étaient le bien et le bon. Puis est venu un ange par trop zélé dire que le bon était égoïsme et, ain-si, il a inventé le mal CROIS EN TOI, POUR COMMUNIQUER TA FOI ! La religion est la poésie de nos pères ! Le roi craint lambition de son fils ! Le ciel est un spectacle et nous nous pensons artistes, bien que nous soyons très terre à terre ! Si on avait mis Paris en bouteille, on senivrerait en province ! Si le monde ne tournait pas, nous ferions demi-tour ! Refaire le monde ne se fera quen ayant le contemporain pour ébauche. « On a été enfant » disent les autres ! Avoir le temps est une propriété achetée à crédit ! Les pays démocratiques cesseront dêtre des pays ! Rienne va contre celui qui va contre ! Libres, on se rend compte de lorgueil à vivre sa personne. Tenir aux autres est un doux mensonge ? La liberté est, de moins en moins, innée !
9
Que le ciel nous supporte ! Tout vouloir, au pluriel ! Bien fait,sera le monde, mais on croit quil est fini ! Sagace nest pas pugnace ! Léternité sest cachée dans une nuit ! Être revient à désintégrer nos solitudes. Tendre un sourire, car on a peur du temps. Il faut être explosif pour résonner ! Souvent, on pense à soi ; rarement on en tire les fruits. Un mot en appelle un autre, un geste de même, nous sommes des idiots sifflés ! Pourquoi se poser des questions ?! Être à mi-chemin, cest le savoir. On na jamais soif en même temps que faim ; et pourtant, on satisfait aux deux. Lanature dune bouteille cassée est de lavoir été pleine ou vide. Le propre du bonheur est, paradoxalement, dêtre sinon insatis-fait du présent, du moins d« attendre » un avenir, au moins, lui ressemblant. Les chaussures nexistent que parce quil y a les pieds. Et lhomme ?
10