Petites histoires du malheur quotidien

De
Publié par

Cet ouvrage est une tentative, au moyen de textes de témoignage, de dire la douleur et le doute de vies brisées, dans une langue brute non dépourvue d'un certain humour et d'un trop-plein d'espérance. L'auteur s'est nourri du sang et du souffle du plus grand poète hongrois du vingtième siècle, Attila Jozsef.
Publié le : jeudi 1 mars 2012
Lecture(s) : 23
Tags :
EAN13 : 9782296486379
Nombre de pages : 162
Prix de location à la page : 0,0093€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
  
 
   
 Petites histoires
du malheur quotidien
  
                     
Jean-Pierre JASZ  
  Petites histoires du malheur quotidien
 
  Du même auteur :   AMÉNITÉS  poèmes  (éditions Pierre Jean Oswald, 197  4)                       
     © L'Harmattan, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-56038-3 EAN  :  9782296560383  
 
« Innocents, que sous les bottes s'écrie votre sang et dites-lui : ça fait mal.  Vous, chiens fidèles, vous, échouez sous les roues et glapissez-lui : ça fait mal  Femme qui portez votre enfant, avortez et pleurez-lui : ça fait mal.  Hommes valides, trébuchez, écrasez-vous dans le vide et bafouillez-lui : ça fait mal... »     Extrait de « Nagyon fáj » (Ça fait mal) de Attila József (1905-1937) Traduction de Gábor Kardos Editions La Différence  UNESCO
T.T.
J'appelle à un genre nouveau plus adapté à notre époque ni poème ni nouvelle ni article ni prose ni rapport ni essai ni journal ni brève ni interview ni enquête ni info ni blague ni charade ni blog ni déblog le texte de témoignage
6
Kett ő s vagyok
Je suis deux Et vous combien êtes-vous ? Jean et Pierre, hongrois et français Salé et sucré, gémeaux consacrés Jaime le café fort et le lait Leau et le vin me désaltèrent Mais je ne les mélange jamais Paresseux et persévérant Violent et avachi Lascif et languide Croyant et socialisant Juif et protestant Beaucoup protestant Mais follement cuménique Intelligent et irrationnel Tendre et cruel Écorché et peau tannée Brûlant dimpuissance Damitié solitaire Indigné et incapable Brillante luciole sous terre Aveugle dexplosion solaire Mon étoile est le rouge Du front populaire Jaune telle celle de David Blanche de la nuit de Noël Je crois en la trinité stellaire Je suis juriste et scribe Juge et défenseur Gourmand et gourmandeur Traditionnel et révolutionnaire Dinhibition bouillonnante Décourageant despérance
7
Un geyser dans une armure de fer Je vois tout le monde en somme Et je ne reconnais personne Je sable laurore boréale En plein Sahara glacial Je meurs de soif Au bord de la mer dambroisie Je suis deux Et vous combien êtes-vous ?
8
Des prénoms et des gens
Deux étudiants français sont poignardés à Londres si Jack the knife s'intéresse maintenant aux garçons il va falloir porter des jupons !  Ève et la pomme et le serpent qui la tente elle croque à pleins dents la pomme dorée de la connaissance  L'ogre près du feu de l'âtre a lié les deux petites fesses bien pommelées rondes à croquer ces pommes que Braque a si bien dessinées  Il ne m'a rien dit il s'est levé et il est sorti dehors il pleuvait des cordes il en a pris une et il s'est pendu  Louis s'est élancé il traverse la rue sans faire attention il est mort par étourdissement et par écrasement louis qui a été enterré ce matin  
9
La Marie-jeanne chaussait du 42 elle s'est achetée une large paire de Mephistos vu l'enflure de ses genoux elle a fait un faux pas et s'est rétamée sur le trottoir  Momo pour tes vacances qu'est-ce que tu préfères la Bretagne ou la montagne moi j'en ai rien à faire je vais où il y a de la castagne et où on peut bien déconner !  Six fois vingt cent vingt = cinq fois cinq = vingt cinq en dehors de cela comment s'entendre ?  Partager les mêmes sentiments partager les mêmes amours partager les mêmes idées quand on n'a pas le même m 2   Olivier éprouve une certaine désespérance le couteau sur du beurre rance il jauge les gens que son regard dissèque la main crispée sur un crouton sec cela fait douze ans qu'il fantasme sans boulot sans home sans femme   
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.