Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Petrusmok

De
502 pages
Mythe et roman du mythe, Petrusmok est le livre des révélations et des divinations inouïes. Ce « testament de la pierre », porté par une exceptionnelle puissance incantatoire, tient du récit d’initiation fantastique, de l’épopée visionnaire, de l’expérience chamanique.
Malcolm de Chazal, en démiurge, y déchiffre le secret des origines de l’univers et de la vie dans la moindre roche de l’Île Maurice.
« Je voyais que dans cette Bible de la pierre on parlait de l’homme et de l’univers réunis. […] L’épopée de la pierre racontait l’homme. Mais le soleil n’est-il pas une montagne de lumière ? Monter avec le bestiaire de la pierre. La montagne avait créé chez moi le Geste d’Élévation. J’allais me porter au cosmique. »
Édition complète des œuvres de Malcolm de Chazal - Volume IV
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Bondrée

de les-editions-quebec-amerique

Saint-Laurent mon amour

de memoire-d-encrier

Malcolm de Chazal
Petrusmok
Mythe et roman du mythe,Petrusmokest le livre des révélations et des divinations inouïes. Ce «testament de la pierre», porté par une exceptionnelle puissance incantatoire, tient du récit d’initiation fantastique, de l’épopée visionnaire, de l’expérience chamanique. Malcolm de Chazal, en démiurge, y déchiffre le secret des origines de l’univers et de la vie dans la moindre roche de l’île Maurice. «Je voyais que dans cetteBible de la pierreon parlait de l’homme et de l’univers réunis.[…]de la pierre L’épopée racontait l’homme. Mais le soleil n’est-il pas une montagne de lumière ? Monter avec le bestiaire de la pierre. La montagne avait créé chez moi leGeste d’Élévation.J’allais me porter au cosmique.» Édition complète des œuvres de Malcolm de Chazal Volume IV EAN numérique :978--2--7561--04578--74 ISBN livre papier : 9782915280258 www.leoscheer.com
PETRUSMOK
Édition complète établie par Jean-Paul Curnier et Éric Meunié Responsable de la publication : Jean-Paul Curnier
www.centrenationaldulivre.fr
Publié avec le concours du Centre national du Livre
© Éditions Léo Scheer, 2004, pour la présente édition © Édition originale, The Standard Printing Establishment, 1951, Port-Louis
MALCOLM DE CHAZAL
PETRUSMOK
MYTHE
Editions Léo Scheer
Tu ne te feras point d’image taillée… Exode, 20-4
Si tu m’élèves un autel de pierre, tu ne le bâtiras point en pierres taillées ; car en passant ton ciseau sur la pierre, tu la profanerais. Exode, 20-25
Et la brique leur servit de pierre… Genèse, 11-3
Et je lui donnerai un caillou blanc ; et sur ce caillou est inscrit un nom nouveau… Apocalypse, 2-17
Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d’auprès de Dieu ayant la gloire de Dieu. Son éclat était semblable à celui d’une pierre très précieuse, d’une pierre de jaspe transpa-rente comme du cristal. Apocalypse, 21-10, 11
Tu es Petrus et super petram…
Quelle pierre, Seigneur, si ce n’est celle du Vivant ?...
7
CLIMAT
L’île Maurice est un pâté de roches dans l’océan Indien où, sur un fond de colonialisme négrier, vivote une pseudo-civilisation dont chaque communauté de l’île revendique le monopole. Cette contrée fut connue jadis sous le nom de Dinarobin par e les Arabes qui y envoyèrent leurs boutres. Au siècle, les XVI Portugais la rebaptisèrent Cirne (l’Île des Signes). Vinrent ensuite les Hollandais qui habitèrent l’île et la nommèrent Mauritius (en l’honneur de Maurice de Nassau). Et enfin la France en prit pos-session, lorsque les Hollandais l’eurent quittée. Et ce coin de terre dès lors eut la douce appellation de l’île de France. En 1810, l’île passa aux Anglais, et c’est aujourd’hui l’île Maurice (trans-cription de l’ancienne Mauritius). Ce pays cultive la canne à sucre et les préjugés.
Sept mille Blancs, sur une population de quatre cent soixante mille, y ont installé leur hégémonie et leurs idéaux. Tous ces Blancs sont d’origine française. L’immigration indienne a fait de cette contrée une seconde Inde, par le nombre. Mais on y parle universellement le français ; et le patois créole (français déformé et enrichi d’autres langues) est en usage parmi le peuple. L’île Maurice est le pays des religions ; les mosquées côtoient les temples protestants, l’église catholique avoisine les réduits bouddhistes, et les rites en plein air des Hindous voient passer sur les routes les cérémonies chrétiennes moyenâgeuses. Seul le
9
Juif manque à cette fête. Bénédiction ou malédiction ? Les Hindous habitent la côte, les races métissées le centre de l’île, et les Blancs sont à Curepipe et à Moka. Dans cet enfer tropical, personne ne rencontre personne – hors des castes, des familles, des croyances, des franc-maçonne-ries du sang, tout est tabou. Voici une Ligue des Nations où la guerre des préjugés est endémique et atroce, surtout pour ce qui est du préjugé de couleur. La mentalité générale est lente, indifférente, prodigieusement insensible aux événements d’Europe. Les idées y pénètrent, une goutte par siècle. La vraie culture y est si maigre qu’elle est pratiquement inexis-tante. Seul le peuple est merveilleusement éveillé aux réalités de la vie, surtout chez les Noirs autochtones. Mais le « spirituel » qui manque aux « élites » se trouve à foison dans la Nature. Au sein de cette atmosphère lourde d’une épice surnaturelle, dans ce pays relié aux dieux par ses montagnes et sa lumière, la croyance aux mythes et aux mystères est vivace dans le peuple. Le langage du Noir y est allégorique, délicieusement symbo-lique, analogique et illuminé, et son folklore est sans prix. Le Noir pur peut être considéré le plus intelligent habitant de cette île, et d’autant plus intelligent qu’on le rencontre loin des villes. Cette colonie « s’américanise » chaque jour un peu plus. Et la culture française s’y meurt insensiblement et ne sera dans un siècle ou moins qu’un mirage. Au sein de cette mollesse native, où quelques riches imposent une dictature cruelle de l’esprit, le moindre événement local est grossi en importance cosmique. L’absence de toute critique, la déification des individus en place, la mentalité négrière ont fait surgir un tel complexe de supériorité au sein des fausses élites que certains visiteurs ont cru devoir appliquer à ce pays le nom d’Île des Génies.
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin