Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 5,95 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Plurielles Eudes Souchon
Plurielles
Quarante-huit poèmes
Poésie






Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com
ISBN : (livre numérique) 2-7481-8732-6
ISBN 13 : (livre numérique) 9782748187328
ISBN : (livre imprimé) 2-7481-8733-4
ISBN 13 : (livre imprimé) 9782748187335 Plurielles



ANGE NOIR

Toi, l’enfant qui m’écris depuis plus de dix
ans
Sans jamais te lasser et en toute confiance,
Toi qui me dis ta vie en lettres de patience…
Tu m’offres, le sais-tu, un poison bienfaisant.


Tu contes les frayeurs dont tu es la victime.
Qu’en est-il du bonheur ? Tu vides un en-
crier…
Tes mots ouvrent mes yeux à ta pensée in-
time,
Et je bois ton sourire en lisant ton courrier.


Tu me parles souvent de l’amour qui te guide
Vers les humains meurtris que tu veux secou-
rir,
Et la tendresse fleure au bord de ton désir…
J’entends battre ton cœur comme un tam-
bour languide.




9 Plurielles

Loin, tu es toujours là, insinuante et belle…
Je t’imagine assise, un crayon à la main
Qui façonne une phrase en ruban de den-
telle…
Sur du papier chinois aux senteurs de jasmin.

Et quand j’ouvre la lettre envoyée aussitôt,
Sans m’obliger du tout, je revois ton visage.
Il est force douceur, ce n’est pas un mirage…
Il est mon ange noir, venu incognito.
10 Plurielles





Son corps était d’ébène et son cœur de cris-
tal.
De sa peau s’exhalait un parfum ancestral.
Quand elle apparaissait, je n’avais plus de
doute,
La véritable amour s’instillait goutte à goutte.


J’avais peur de croiser son regard indiscret
Que je cherchais partout comme on vole un
secret.
J’aurai perdu mon âme à boire à son sourire
Et condamné ma bouche à un cruel délire.


Elle est la gente muse qui me réconforte.
Quand la nuit s’en vient et qu’elle entrouvre
ma porte,
Elle rompt de sa présence ma solitude.

Dans mes rêves d’enfant, elle éteint
l’inquiétude
Et sa voix impromptue écourte mon som-
meil.
Elle est l’espoir violent à nul autre pareil.
11