Poèmes anglais, Le pays de personne, La fissure de la fiction

De
Réédition en un volume de trois œuvres de Patrice Desbiens : «Poèmes anglais», «Le pays de personne» et «La fissure de la fiction».
Ces trois titres marquants retracent l'évolution du poète au tournant décisif des années 80 et 90.
«Poème anglais», paru en 1988, marque la fin de la période où Desbiens vivait et écrivait à Sudbury. Ce recueil marque un point de rupture dans sa relation aigre-douce avec le milieu où s’étaient définitivement révélées sa vocation et sa problématique de poète. Il y intériorise on ne peut plus profondément la condition du francophone minoritaire et la solitude de poète dans une société banalement marchande qui n’a que faire de lui.
«Le pays de personne», paru en 1995, a été écrit à Québec, où Desbiens a vécu de 1988 à 1991 et aussi au début des années 70. Parue à l’origine dans Un pépin de pomme sur un poêle à bois (où elle côtoyait ce dernier recueil ainsi que Grosse guitare rouge), cette œuvre est celle où son malaise personnel rejoint le malaise collectif québécois tout aussi étroitement que le malaise franco-ontarien. L’amour, l’espoir, la poésie n’y ont pas plus facilement droit de cité.
«La fissure de la fiction», parue en 1997, peut être considérée comme la première grande œuvre de sa période montréalaise. Sa voix devient plus narrative pour relater une aliénation toujours aussi terriblement familière, incarnée dans le réalisme hallucinatoire d’une quotidienneté cauchemardesque. Le poète aspire au roman, mais se heurte contre l’inéluctabilité de la poésie qui le voue à la solitude, sans pays, sans amour, sans amarre.
L’ouvrage est précédé d’une préface de Jean Marc Larivière, cinéaste et ami de l’auteur, qui fournit une synthèse fort adroite de l’ensemble de son parcours et de ses publications. Riche en balises interprétatives, cette préface est une excellente introduction à l’œuvre de Desbiens. En postface, on trouvera des extraits de la critique et une biobibliographie détaillée.
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

image

Du même auteur

 

DU MÊME AUTEUR

 

POÉSIE

En temps et lieux III, Montréal, L’Oie de Cravan éditeur, 2009.

En temps et lieux II, Montréal, L’Oie de Cravan éditeur, 2008.

Décalage, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2008.

En temps et lieux, Montréal, L’Oie de Cravan éditeur, 2007.

Leçon de noyade, [s.l., s.é.], 2006.

Déchu de rien, [s.l., s.é.], 2006.

Inédits de vidé, [s.l., s.é.], 2006.

Désâmé, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2005.

Grosse guitare rouge, avec René Lussier, Sudbury et Montréal, Éditions Prise de parole et Ambiance Magnétique, 2004, livre CD.

Hennissements, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2002.

Bleu comme un feu, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2001.

Sudbury (poèmes 1979-1985), nouvelle édition, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2000 [comprend L’espace qui reste, 1979 ; Sudbury, 1983 ; et Dans l’après-midi cardiaque, 1985].

Rouleaux de printemps, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1999.

L’effet de la pluie poussée par le vent sur les bâtiments, Montréal, Lanctôt Éditeur, 1999.

L’homme invisible / The Invisible Man suivi de Les cascadeurs de l’amour, nouvelle édition, coll. « BCF », Sudbury, Éditions Prise de parole, 2008 [1997, 1981 et 1987].

La fissure de la fiction, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1997.

L’effet de la pluie poussée par le vent sur les bâtiments, plaquette, Québec, Docteur Sax, 1997.

Un pépin de pomme sur un poêle à bois, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1995 [comprend les recueils Le pays de personne, Grosse guitare rouge et Un pépin de pomme sur un poêle à bois].

Amour Ambulance, Trois-Rivières, Écrits des Forges, 1989.

Poèmes anglais, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1988.

Les cascadeurs de l’amour, Éditions Prise de parole, 1987 [voir nouvelle édition].

Dans l’après-midi cardiaque, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1985 [voir nouvelle édition].

Sudbury, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1983 [voir nouvelle édition].

L’homme invisible /The Invisible Man, Sudbury, Penumbra Press et Éditions Prise de parole, 1981 [voir nouvelle édition].

L’espace qui reste, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1979 [voir nouvelle édition].

Les conséquences de la vie, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1977.

Ici, Éditions À Mitaine, 1974.

Larmes de rasoir, [s.l., s.é.], 1973.

Cimetière de l’œil, [s.l., s.é.], 1972.

 

DOCUMENTS AUDIO

Patrice Desbiens et les Moyens du bord, avec René Lussier, Guillaume Dostaler, Jean Derome et Pierre Tanguay, Montréal, Ambiance Magnétique, 1999, CD.

La cuisine de la poésie présente : Patrice Desbiens, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1985, audiocassette.

Titre

Patrice Desbiens

POÈMES ANGLAIS

SUIVI DE

LE PAYS DE PERSONNE

SUIVI DE

LA FISSURE DE LA FICTION

Poésie

Collection « Bibliothèque canadienne-française »

Éditions Prise de parole

Sudbury 2010

Crédits

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada

Desbiens, Patrice, 1948-

        Poèmes anglais ; Le pays de personne ; La fissure de la fiction /Patrice Desbiens.

 

(Bibliothèque canadienne-française)

Regroupe en un ouvrage trois recueils parus séparément chez Prise de parole, en 1988, 1995 et 1997.

ISBN 978-2-89423-247-7

 

       I. Titre. II. Titre : Pays de personne. III. Titre : Fissure de la fiction.

IV. Collection : Bibliothèque canadienne-française (Sudbury, Ont.)

 

PS8557.E754P633      2010      C841’.54      C2010-901047-7

 

Diffusion au Canada : Dimédia

 

Ancrées dans le Nouvel-Ontario, les Éditions Prise de parole appuient les auteurs et les créateurs d’expression et de culture françaises au Canada, en privilégiant des œuvres de facture contemporaine.

La maison d’édition remercie le Conseil des Arts de l’Ontario, le Conseil des Arts du Canada, le Patrimoine canadien (Programme d’appui aux langues officielles et Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition) et la Ville du Grand Sudbury de leur appui financier.

La Bibliothèque canadienne-française est une collection dont l’objectif est de rendre disponibles des œuvres importantes de la littérature canadienne-française à un coût modique.

Conception de la page de couverture : Patrice Desbiens et Olivier Lasser

Conversion au format ePub : studio C1C4

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.
Copyright © Ottawa, 2010 [1997], [1995], [1988]
Éditions Prise de parole
C.P. 550, Sudbury (Ontario) Canada P3E 4R2
www.prisedeparole.ca

ISBN 978-2-89423-247-7 (papier)
ISBN 978-2-89423-362-7 (PDF)
ISBN 978-2-89423-585-0 (ePub)

SCÉNARIO
POUR UNE PRÉFACE FISSURÉE

 

SCÈNE I : LA PEAU DE BANANE

Quand j’ai annoncé, non sans un brin de fierté, à mon fils, fervent amateur de Patrice Desbiens, que la maison d’édition Prise de parole m’avait pressenti pour écrire la préface d’une réédition de trois de ses recueils réunis en un volume, sa réaction m’a pris de court :

— Tu veux dire le texte d’introduction que personne lit jamais ?

Voyant ma mine déconcertée, il ajouta en guise de justification, et comme pour me réconforter :

— Tu sais, pa, je pense pas que Patrice Desbiens lit les préfaces des livres de poésie, y passe sûrement tout de suite aux poèmes.

Et vlan ! Ma belle « station wagon » rutilante de chrome venait d’être sauvagement torpillée et coulait à pic au fond d’une piscine de Coca-Cola, pour reprendre une image du poète. Du coup, je me voyais dans son appartement, au milieu des câbles, des lumières et des caméras, dans le rôle du détestable anthropologue de la parole en train de tout tourner en singeries.

 

SCÈNE 2 : PARTI POUR LA... GLOIRE ?

Desbiens lit-il les préfaces de recueils de poésie ? Lira-t-il même celle-ci ? Je n’en sais rien. Je sais, cependant, suite à nos conversations tous azimuts depuis une bonne trentaine d’années, que la simplicité désarmante de ses textes procède d’un vif esprit de synthèse qui lui permet de cerner rapidement l’essentiel d’une situation et de le rendre en quelques phrases incisives.

Aussi, en relisant Poèmes anglais, Le pays de personne et La fissure de la fiction, tour à tour, sans l’interruption des années qui en ont séparé la publication initiale, ce qui frappe c’est la cohésion remarquable de la vision du poète tout au long de la décennie sans contredit la plus tumultueuse de sa vie.

Les critiques et les lecteurs ont, avec raison, amplement manifesté leur engouement pour les recueils dits sudburois. Il n’est donc pas surprenant que, des sept recueils réédités jusque-là, cinq appartiennent à cette période fondatrice de 1979 à 1988 : L’espace qui reste, Sudbury et Dans l’après-midi cardiaque, réunis dans le livre Sudbury, Poèmes 1979-1985, en 2000 et repris en 2007 ; et le duo L’homme invisible / The Invisible Man et Les cascadeurs de l’amour paru en 1997 et repris en 2008. La présente réédition de Poèmes anglais, recueil publié initialement en 1988, boucle donc la boucle, et donne au public un accès facile aux six recueils et récits de cette époque phare dans l’œuvre du poète.

 

SCÈNE 3 : LES AUTRES POÈMES ANGLAIS

Ces Poèmes anglais ne sont toutefois pas les premiers. Quatre ans auparavant, en août 1984, Prise de parole lance Rauque, une revue de création depuis défunte. Desbiens y contribue Poèmes anglais, un texte composé de huit courts poèmes qu’on retrouve cinq ans plus tard sous le titre « La seule métaphore » dans le recueil Amour ambulance. Faut admettre que le glissement de titre, en soi, est intrigant.

Il faut cependant remonter vingt ans plus tôt pour découvrir les « vrais » poèmes anglais de sa jeunesse. En effet, quelques années après la mort de sa mère — son père est décédé quand il avait quatre ans — Patrice Desbiens, adolescent, quitte Timmins, sa ville natale, pour se rendre à Toronto sur le pouce. Le copain qui l’accompagne en cavale pourra toujours revenir au bercail, mais Desbiens sait d’ores et déjà que pour lui cette rupture est définitive et, de fait, il ne reviendra plus jamais vivre à Timmins.

On est en 1968 et les nombreux « coffee houses » de la rue Yorkville sont le centre névralgique de la culture hippie torontoise. Profitant de l’air du temps, Desbiens passe de divan en divan, chez les uns et les autres. Dans le numéro de juillet-août 1968 du journal underground Harbinger, sous-titré « Toronto’s free press », Patrick Desbiens signe deux poèmes en langue anglaise et d’autres textes, toujours en anglais, suivront dans des numéros ultérieurs. Un an plus tard, en septembre 1969, toujours à Toronto, Desbiens dirige maintenant la page de poésie du Eye Opener, le journal étudiant au Ryerson Polytechnical Institute, aujourd’hui la Ryerson University, et ce, sans même y être inscrit. Entre 1969 et 1971, il y contribue régulièrement des poèmes ainsi que des articles sur l’actualité culturelle qu’il signe Pat Desbiens ou tout simplement Pat. Il fait aussi paraître les textes d’autres « illustres inconnus », dont un certain Bruce Cockburn qui gratte sa guitare dans le café étudiant.

Inutile de préciser que ces premiers textes de jeunesse sont de qualité très inégale. Il y en a plusieurs que le poète souhaiterait sans doute voir disparaître à tout jamais. Dès qu’il est sujet d’une femme ou d’une peine d’amour, par exemple, on est en présence du spleen d’un jeune homme typique surnageant dans une soupe de testostérone. Mais là n’est pas la question. Ce qui mérite de retenir l’attention, c’est l’émergence, déjà à cette époque, de la voix du poète, de sa sensibilité écorchée, de sa capacité de dépeindre avec des mots simples une réalité qui ne l’est pas.

 

SCÈNE 4 : LE PAYS DE LA MÉDISANCE

Le recueil Poèmes anglais est un livre sans merci qui ne laisse planer aucun doute sur l’état d’esprit de son auteur en 1988. Dix ans auparavant, alors qu’il vivait à nouveau à Toronto après un détour de quelques années à Québec, Desbiens s’était rendu aux arguments du poète Robert Dickson, qui devint son plus grand fan et fidèle compagnon de route, de se rapprocher de la francophonie ontarienne. Desbiens s’installe donc à Sudbury. Mais après une décennie dans la ville du nickel, malgré la reconnaissance critique et populaire dont il jouit, sa relation d’amour et de haine non seulement avec la ville qui l’a vu naître en tant qu’écrivain majeur de l’Amérique française mais aussi avec l’Ontario français tout entier est à l’agonie. Il n’en peut plus. Quelque chose est sur le point de lâcher. Poèmes anglais est la chronique impitoyable de cette rupture.

Le recueil annonce ses couleurs orageuses dans un préambule tout à fait exemplaire du fulgurant esprit de synthèse de Desbiens. En remontant à la source étymologique du mot « bilingue », il nous fait découvrir la notion de médisance. Pour le poète, ce « mé-dire », c’est-à-dire cette incapacité à dire correctement, à articuler complètement sa pensée et ses émotions constituent le plus grand dénigrement qu’on puisse subir. Pire, le minoritaire se l’inflige souvent lui-même. Desbiens cite ensuite Debbie Courville, ancienne propriétaire d’un Larousse de poche acheté d’occasion par l’auteur et qui hante le recueil comme une amoureuse fantôme : « I am French, but I don’t speak it. »

On reproche parfois à la poésie de Desbiens d’être crue. Soit, ce préambule a toute la délicatesse d’une gauche au plexus solaire, suivie d’une droite au menton. Mais en l’absence de fioritures, il faut lui reconnaître son efficacité foudroyante. Si l’écriture de Desbiens favorise la simplicité d’expression, c’est justement pour mieux mettre en évidence l’incontournable authenticité de son propos.

 

SCÈNE 5 : COMMENT DEVENIR CHRONIQUEUR POUR LES NULS

Desbiens est un magistral chroniqueur du quotidien. C’est son matériau de prédilection. Debbie Courville existe peut-être, mais elle peut tout aussi bien provenir de l’imagination du poète. Dans un cas ou l’autre, son nom de famille est parfaitement apparié à son rôle de personnage desbiennesque, car c’est bien connu, Courville, village voisin de Lavalléville, c’est le cul-de-sac où les petites gens sans moyens passent leurs vacances, c’est l’impasse du « Franco-Ontarien / cherchant une sortie / d’urgence dans le / Woolworth démoli / de ses rêves ».

Le quotidien, toujours le quotidien, celui du poète et celui des petits sans défense devant les affres d’une société de consommation sauvage. Le quotidien invisible, non pas parce qu’il se cache ou qu’il est occulte, mais plutôt parce qu’il échappe à notre attention dissipée toujours à l’affût de la prochaine sensation forte alors que l’essentiel nous berce tout le temps en murmures.

Poèmes anglais débute tel un manuel d’instruction de l’écrivain, tel un Comment devenir chroniqueur pour les nuls :

Je veux écrire maintenant.

Je regarde par la fenêtre

 

Que voit-il ? Dans un premier temps, un parking et des enfants qui jouent à la guerre. Plus tard, de retour à Sudbury après un bref séjour à Montréal qui se termine par des « DIFFICULTÉS TEMPORAIRES » du genre « Please do not adjust your set, you are now entering The Outer Limits », le stationnement s’est transformé en prison et les enfants en détenus. On ne joue plus à la guerre, on ne fait plus semblant d’être blessé. Sept ans plus tôt, L’homme invisible / The Invisble Man, alias Audie Murphy, se targuait de savoir comment mourir avec brio et il mourait souvent. Maintenant le poète « donnerai[t] / n’importe quoi / pour que Desbiens / ne soit pas obligé / de jouer à être / Desbiens ». Il « essaie d’oublier / que demain sera / encore / hier » et il trinque avec l’un de ses poètes fétiches, Richard Brautigan, qui s’est fait sauter la cervelle avec un revolver Magnum quatre ans plus tôt, « en pensant qu’il / est trop tard / pour mourir jeune ». Et s’il faut mourir, alors « mourir ailleurs. / N’importe où mais / pas ici ».

En 1988, le Sudbury de Poèmes anglais c’est la ville où dans l’autobus « une Franco-Ontarienne dit à / une autre Franco-Ontarienne : / “Tu sais, il y a du monde / qui sont vraiment pas / considérables...” ». C’est la ville où on « improuve » son français et où l’autobus interrégional « vous débarque / devant un salon funéraire / où il n’y a jamais de taxis / et c’est toujours / l’hiver ».

Sudbury, et du coup tout l’Ontario français, c’est un pays où « poète rime avec... / ... rien... », où la poésie « [c]’est des livres du gouvernement » vendus à rabais. « Mon pays est une / carte de Noël / imprimée aux / États-Unis », c’est un pays où « le futur se conjugue / mal et / le passé n’est jamais / simple ».

« Le téléphone sonne à / 2 h du matin : / “Allô ! Allô ! Debbie Courville ?...” » Non, c’est sa nièce « Constance “Connie” Maltais / Duclos Desloges ». Peut-on provenir de souches plus francophones ? Elle veut acheter les livres du poète, tous ses livres, même s’il y en a beaucoup. « “You only write in French, / right ?” » Ce n’est pas grave. « “[...] send me your / books, I’ll try to read / them... Maybe if I get real drunk / my French will come back...” »

À une époque, Desbiens pouvait toujours compter sur les qualités salvatrices de l’amour, même quand il le laissait tomber. Il pouvait s’y accrocher tel à une bouée de sauvetage. Pas dans Poèmes anglais. Même l’amour de Debbie Courville, s’il réussissait à la trouver, ne saurait le sauver, car « après l’amour, / le drap jusqu’au cou / comme dans un film / américain » ne lui demanderait-elle pas « “Do you ever write / anything in / English ?” »

Dans Poèmes anglais, « le poète parle dans le vide / et si je bois / comme un trou / c’est parce que / je suis un trou / un trou de mémoire / où tout entre et / rien ne sort ». Dans ces conditions, inutile, impossible d’aspirer à l’amour. C’est plutôt le poème qui aspire tout, absolument tout comme un béant trou noir. Le poète, prisonnier de son poème, aspiré mais incapable d’expirer, le souffle coupé en permanence, suspendu dans le vertige de la médiocrité inculte. Seul, isolé, aliéné. « Si j’écris à la / première personne du singulier / c’est qu’il n’y a / personne d’autre / ici. »

Poèmes anglais c’est la chronique de l’anéantissement de l’écriture médisante à Sudbury, Ontario, Canada. C’est l’écriture qui s’engouffre dans tous les puits de mine de Sudbury à la fois et qui s’écrase au fond à 200 km à l’heure, au ralenti... sans faire le moindre bruit. C’est le recueil sépulcral des derniers poèmes de graphie française médiatisés par une société anglaise.

Aussi, à la fin, le poète ne veut plus écrire. « Je veux parler maintenant ! »

 

SCÈNE 6 : L’AMBULANCE SE DÉPÊCHE POUR RIEN

En avril 1988, Patrice Desbiens se rend au Salon du livre de Québec pour y lire sa poésie et il ne revient pas. Tout comme il a quitté Timmins vingt ans plus tôt, il rompt d’un coup sec avec Sudbury et avec « le trou de mémoire » du poète franco-ontarien enterré vivant. Il veut parler, il veut dire, et non « mé-dire ». Poèmes anglais ne paraîtra que six mois plus tard, mais le poète veut se souvenir maintenant.

En juillet 1989, comme pour marquer ce changement, il publie Amour ambulance aux Écrits des Forges, à Trois-Rivières. Abstraction faite de ses trois premiers recueils publiés à compte d’auteur au début des années 70, c’est la première fois que Desbiens publie ailleurs qu’à Prise de parole. Amour ambulance est une sorte de retour aux sources. D’abord, les 65 poèmes qui composent le recueil sont tous courts, parfois très courts. De ce point de vue, cela rappelle Les conséquences de la vie, son tout premier livre chez Prise de parole. Ensuite, on n’y trouve aucune trace de l’angoisse identitaire qui marquait ses écrits depuis L’homme invisible / The Invisible Man. Autre fait à noter : un peu plus d’un quart des textes a déjà été publié auparavant dans des revues littéraires et la majorité remonte à la période sudburoise, ou dans le cas de « La petite missionnaire américaine... » à Larmes de rasoir, son deuxième recueil paru à compte d’auteur, en 1973, sous forme de manuscrit polycopié. Desbiens procède-t-il ainsi à un délestage ou à une purge ? Peut-être bien, mais il faut savoir qu’il travaille et retravaille ses poèmes sans cesse. Au fil des ans, il n’est donc pas rare de le voir publier plusieurs versions d’un même texte dans des revues littéraires, parfois obscures, avant de les faire paraître dans un recueil. Même là, il lui arrive d’apporter d’autres modifications et de republier un poème dans plus d’un recueil.

De 1977 à 1987, Patrice Desbiens publie un livre tous les deux ans avec la régularité d’un métronome, et Poèmes anglais et Amour ambulance paraissent coup sur coup à un an d’intervalle. Puis, plus rien. Le calme plat durant six ans. Le poète tombe-t-il en panne d’inspiration après avoir quitté l’Ontario ? Non, cette apparente disette relève plutôt des aléas du monde de l’édition et de ses relations tortueuses avec ses éditeurs. En 1995, quand la digue se rompt, c’est le sublime Un pépin de pomme sur un poêle à bois, composé de trois recueils distincts, qu’on découvre, et dont Le pays de personne ouvre le bal.

 

SCÈNE 7 : ÉCHEC ET PAT

Le pays de personne débute par une citation d’Alain Grandbois, généralement considéré comme le premier grand poète québécois des temps modernes : « Je fais appel à vous tous du fond de mon / exil / Je ne vous avais trahis que pour une nouvelle / blessure. » Est-ce une forme de repentir ? Desbiens exprime-t-il ainsi des regrets d’avoir quitté l’Ontario français ? Certainement pas. Il suffit de lire Poèmes anglais pour comprendre que le poète était sur le point d’être englouti. Devant cette impasse, c’est une question de survie, il lui faut quitter l’Ontario « où ses deux cerveaux étaient toujours en chicane ». Mais la citation de Grandbois en guise de préambule témoigne à nouveau de la lucidité de Desbiens. Elle fait office de pierre de Rosette qui donne la clé du recueil, de condensé qui annonce ce qui vient.

Le tout premier poème, « Cambrian Country », nous replonge dans l’abattement de Poèmes anglais. Le poète décrit son passage au collège Cambrian, à Sudbury, où son bon ami, Cédéric Michaud, a mis la poésie de Desbiens au programme d’un cours de littérature. Sa critique de la vacuité de cette belle jeunesse franco-ontarienne est cinglante au point d’être cruelle. Dans la salle de classe...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

demain l'enfance

de les-editions-du-vermillon

Rêve totalitaire de dieu l'amibe

de editions-prise-de-parole

Corbeaux en exil

de editions-prise-de-parole

Strip

de editions-prise-de-parole

suivant