Poèmes de la Cour du Grand Monarque

241 lecture(s)
Un mot n'a pas besoin de lettres pour exister mais alors ce n'est pas un mot mais une parole. Une parole n'a pas besoin de sons pour exister mais alors ce n'est pas une parole mais un geste. Un geste n'a pas besoin de mouvements pour exister mais alors ce n'est pas un geste mais une présence. Une présence n'a pas besoin de corps pour exister mais alors ce n'est pas une présence mais une essence. Une essence n'a pas besoin d'existence pour être mais alors ce n'est pas une essence mais un idéal. Un idéal n'a pas besoin d'être pour s'affirmer mais alors ce n'est pas un idéal mais une réalité. Une réalité n'a pas besoin de s'affirmer pour s'imposer mais alors ce n'est pas une réalité mais une possibilité. Une possibilité...

lire la suite replier

Achetez cette publication

Lecture en ligne + Téléchargement
Format(s) PDF
sans DRM
  • Lecture en ligne + Téléchargement
  • Format(s) PDF
  • sans DRM
Commenter Intégrer Stats et infos du document Retour en haut de page
Manuscrit
publié par

suivre

Vous aimerez aussi

Poèmes de la Cour du Grand Monarque Poèmes de la Cour du Grand Monarque, livre payant

Poèmes de la Cour du Grand Monarque

de editions-le-manuscrit-manuscrit-com

Poèmes de la Cour du grand Monarque
Poèmes de la Cour du grand Monarque

Poèmes de la Cour
du Grand Monarque
Poèmes de la Cour du grand Monarque
Omeg Alabab
Poèmes de la Cour
du Grand Monarque
213.214.058.219
Poésie




Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 2-7481-8996-5 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748189964 (livre imprimé)
ISBN : 2-7481-8997-3 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748189971 (livre numérique) Poèmes de la Cour du grand Monarque






Un mot n'a pas besoin de lettres pour exister mais alors ce
n'est pas un mot mais une parole.

Une parole n'a pas besoin de sons pour exister mais alors
ce n'est pas une parole mais un geste.

Un geste n'a pas besoin de mouvements pour exister mais
alors ce n'est pas un geste mais une présence.

Une présence n'a pas besoin de corps pour exister mais
alors ce n'est pas une présence mais une essence.

Une essence n'a pas besoin d'existence pour être mais alors
ce n'est pas une essence mais un idéal.

Un idéal n'a pas besoin d'être pour s'affirmer mais alors
ce n'est pas un idéal mais une réalité.

Une réalité n'a pas besoin de s'affirmer pour s'imposer
mais alors ce n'est pas une réalité mais une possibilité.

Une possibilité n'a pas besoin de s'imposer pour se réaliser
mais alors ce n'est pas une possibilité mais une chance.
Poèmes de la Cour du grand Monarque


À LA MÉMOIRE DE LA PETITE ISRA (6 ANS)
SAT JUL 23, 2005 23:58

Pas de terre promise mais un ciel compromis
Pour ces parterres qui pactisent avec le plu-
riel démis

Les hélicoptères délétères attisent l'existentiel
kami
Persécuteurs d'indigents leur félonie pulvé-
rise les taudis de mes amis

Quelle lâcheté attribuez-vous aux séquelles
des rescapés?
Elle l'a achetée quelques shekels votre âme
handicapée

La hyène hideuse qui dévore vos coeurs
La murène hargneuse qui édulcore vos
moeurs.

* * *
9 Poèmes de la Cour du grand Monarque


ATHÉE
SAT JUL 23, 2005 21:21

Que de coeurs marcescents englués dans une
anomie invétérée
Un petit morceau de chair en sceau cachère
ou sanitaire cacheté pour l'enfer ou l'empyrée

Sans commisération empathique le poison
haineux épand la nécrose dans le muscle car-
dioïde
Il n'y a pas de pire cristallisant égocentrique
qu'une religion diluée dans les passions hu-
manoïdes
Je suis devenu athée pour ne plus galvauder
Son Nom avec des éructations zélées
Que Sa Miséricorde soit,préservée de la
souillure des âmes obnubilées

Mon combat contre la souffrance exhalée de
l'ignorance épargnera toutes ses victimes
Elle prend l'univers en otage et certains at-
teints du syndrome de Stockholm la révèrent
en ragtime
C'est l'intention qui détermine la destination
Attention de ne pas terminer dans l'abjection.

***
10 Poèmes de la Cour du grand Monarque


PETITE LUMIÈRE
THU JUL 21, 2005 22:25

Petite lumière dans la gueule du tigre
Litière de l'agneau malingre

La jungle brise les tables de sa loi
L'épingle de nourrice affable scelle le roi

Le livre livre ses pages aux pages des parages
les feuilles des arbres sempervirents virent les
souvenirs macabres aux nécrophages

Le meilleur est à venir
Le malheur est à proscrire.

***
11 Poèmes de la Cour du grand Monarque


POINÇONNEUR DES LILAS (LILLAH)
SUN JUL 17, 2005 23:16

Un point sous un trait
Un poinçon sans attrait

Le b.a.-ba de tous les combats
Met bas dans le ribat

Et tu l'as dans le baba
Toi que blesse le bât

Laisse tes bas de laine
A la laisse tes bas de haine.

***
12 Poèmes de la Cour du grand Monarque


ESSAI DE VULGARISATION
SAT JUL 16, 2005 20:52

Le combat du bien contre le mal.
L'un essayant de détruire l'autre.
Ils n'y arriveront pas puisqu'ils sont complé-
mentaires.
Chacun se déguise dans les lacunes antago-
nistes.
Je suis avare et mets en exergue les limites de
la générosité.
Je suis généreux et mets en évidence tout ce
dont je m'abstiens de donner.
Comme ce conflit ne peut que s'éterniser
voué à lui-même,l'eschatologie fixe cette dua-
lité dans le couple représenté par l'enfer et le
paradis!
Heureusement l'excellence existe.
Sa mission est de le restituer à son unité ori-
ginelle.
Quel est le procédé utilisé?
Comme l'être doit sa déchéance à l'avoir,elle
parviendra à faire coïncider ces deux verbes.

***
13 Poèmes de la Cour du grand Monarque


AMOUR
SAT JUL 16, 2005 00:21

L'amour n'est pas un sentiment exacerbé
pour autre que soi
Un état mirifique transcendant le quotidien
qui déçoit
Une attraction incoercible plongeant le reste
de l'univers dans une purée de pois
Un déluge de tendresse confiant l'égo au
coeur d'un écrin de choix
Une élection privilégiée reléguant le vulgaire
sous les huées de croix
L'amour c'est une servilité latitudinaire
Un respect inconditionnel et inaliénable de
toutes les formes de vie des plus subtiles aux
plus grossières
Un engagement sans concession envers les
défavorisés grabataires
Une présence d'esprit refusant obstinément
l'exclusion de quiconque du sanctuaire.

***
14 Poèmes de la Cour du grand Monarque


AMIRAUTÉ
FRI JUL 15, 2005 22:37

Pas de privauté avec l'amirauté des amis de la
Royauté
L'ordre inaltérable des tables du destin assi-
gne aux admis un signe de loyauté

Ils se passent la coupe aux lèvres sans hostie
sacrificielle
Hiératiques dans l'honneur ils vomissent les
valeurs superficielles

Leur navire fend les flots à la proue qui
s'ébroue en contingences terrestres
Le cap n'est jamais contesté par le chant des
sirènes traîtresses
Le port d'attache est celui que craignent les
ganaches
Le pied marin a un pied-à-terre dans chaque
maison de panache

Ne cherche pas à découvrir leur vertu dis-
crète
Ils tendent la perche sans coup férir aux no-
blesses secrètes.

***
15 Poèmes de la Cour du grand Monarque


LE CHANT D'UN OISEAU
FRI JUL 15, 2005 20:47

Le chant d'un oiseau est toujours en corréla-
tion avec le tranchant d'une lame de fond ré-
gurgitée par l'histoire
La puissance alliée à la douceur rompent par
l'harmonie avec les dichotomies de la mé-
moire

Quelle alacrité altruiste que celle invoquée au
bec s'égosillant
Une armée pacifique triomphe des citadelles
réputées inexpugnables à leurs saillants

Depuis une cage jusqu'aux sommets culmi-
nants l'eurythmie tisse le nid de la paix
Je vois des oeufs verts comme l'iris des yeux
fauves cerclés de raies

La griffe véridique ne fait pas couler le sang
Elle marque la démarcation entre le noir et le
blanc.

***
16 Poèmes de la Cour du grand Monarque


GO
FRI JUL 15, 2005 19:23

Démiurge où trouves-Tu la vacuité néces-
saire à ton oeuvre?
Y a-t-il un espace libéré par une abstraction
délibérée en connexion avec un livre?

Un temps peut-il rivaliser avec la vitesse sta-
tique d'une ubiquité ne lui concédant aucun
mouvement?
L'encre aussi éthérée soit-elle aborde la
plume mais jamais ton entendement

Tu parviens aux confins d'enfin comme la
réalité à l'abri des utopies
Nos sensations ne sont perçues que par l'im-
possibilité de les destiner à la vie

Mortelle illusion afférente au néant et effé-
rente à l'égo
Je ne vois qu'une issue de secours sise entre
tes assises et tout de go.

***
17 Poèmes de la Cour du grand Monarque


LE JOUR VIENDRA
THU JUL 14, 2005 22:14

Aucune créativité n'émaille l'existence stérile
des parasites coprophiles
L'interprétation de La Parole immuable ins-
tille la sordidité d'une déchéance fossile

Heureusement la longanimité des érudits
magnanimes aussi rare que précieuse péren-
nise la félicité étrange
Ils sont là,soucieux des mouvements du
moindre atome de phalange

Si le soupçon de cette présence éraflait l'obs-
cure conscience,la cicatrice serait celle d'un
ange
Mais dévoyée par tant de concupiscence la
résipiscence croupit dans la fange

Le jour viendra illuminé d'un astre décantant
le désastre
Une nuit où toutes les étoiles couronneront
la tête illustre.

***
18 Poèmes de la Cour du grand Monarque


CARCAN DES CANCANS
THU JUL 14, 2005 20:06

L'oeil du cyclone méprise le cycle des pous-
sières versatiles
Une équanimité atemporelle défie les glissiè-
res protractiles

Le cercle maléfique ceint en carcan de préju-
gés le cou turgescent irrigué d'un sang tenta-
culaire
Ils se débattent dans le nihilisme saturé de
blattes spectaculaires
Gardent Dieu dans la poche à venin du cro-
tale létal
Leur foi est un condensé de lois insensées où
l'esprit brille par son absence vitale

Diffuseurs de haine ils aspirent aux rumeurs
malsaines
Leurs reflets coïncident avec toutes les abjec-
tions souveraines

Du paradis ils ne connaissent que le refuge
éternel de leurs vilenies
En enfer ne cessent d'y voir les obstacles
rédhibitoires à leur hégémonie.

***
19 Poèmes de la Cour du grand Monarque


CADIS DE SOUK
THU JUL 14, 2005 00:17

Les décombres encombrent l'obscurité sinis-
trée d'étincelles empyreumatiques
Transposition d'une disposition psychologi-
que tragique administrée sur l'autel cadavéri-
que

Psittacisme inculqué par l'ostracisme mental
d'un atavisme déliquescent
Quoi de plus insidieux pour ces envieux ado-
lescents


Commanditaires adipeux radieux en cadis de
souk
Les viscères de l'enfer au fond des pissotières
souquent

Et que plane la suspicion au-dessus des dé-
votions
Ennemis de l'humanité ils arment les tyrans
d'une inespérée généralisation.

***
20 Poèmes de la Cour du grand Monarque


ÉCRIRE
WED JUL 13, 2005 22:31

Ecrire les cris sans rire
Périr sous les crissant sourires

Pendant que les minables minaudent leurs
pendants exsudats

Indépendants les nobles ravaudent cardigans
et concordats

Coupable capable de disculper l'inextricable
existence
Un prévenu seul juge est venu nu caresser la
sentence

Mon Dieu qu'Il est beau en évanescente te-
nue
Que reste-t-il lorsque tout a disparu sauf la
retenue?

***
21 Poèmes de la Cour du grand Monarque


OISEAUX EXOTIQUES
WED JUL 13, 2005 20:53

Nuage rondouillard isolé dans un ciel bleu
Souffle exténué vient agoniser en plein milieu
Des cris d'enfants entament les vacances frui-
tées
Formes dans le sable exaltent la mer déshéri-
tée

Le bonheur suspendu à l'insouciance du far-
niente débonnaire
Les factures du facteur attentives au conteur
de l'école buissonnière

Les cages d'oiseaux exotiques effleurent la li-
berté de leurs chants patriotiques
Mes oreilles timbrées aux enveloppes char-
nelles à destination amniotique

Il me tend la main souillée de reliquats misé-
rables
J'entends la honte hurler l'adéquat palpable

Je lui offre mon ombre en échange de son
soleil
Tout s'éclaire dans le tonnerre qui s'éveille.

***
22 Poèmes de la Cour du grand Monarque


LE MUR DU TEMPS
TUE JUL 12, 2005 23:00

Regarde le présent passer
A l'avenir garde le sans passé
Aller et venir gare de l'espacé

Il bat aux tempes avec une trempe des feux
de la rampe
Bateau en tempête tout trempé à des fanaux
de l'estampe

Des vagues divaguent dans l'ouragan arro-
gant
Le bègue blague briguant l'art rogue sans
gants

Puissent sans, purent sans,qu'ils sont kyrielle
Puis sang pur à cent pour cent, leçon qui rit
d'elle.

***
23 Poèmes de la Cour du grand Monarque


DANS POUR DANS
TUE JUL 12, 2005 23:34

Un homme dans un home
Un vieux dans un pieu

Une somme dans un somme
Un dieu dans un lieu

Un aïeul dans un glaïeul
Une femme dans une ferme

Un tilleul dans la gueule
Une gemme dans un germe

Un oeuf dans un noeuf
Un rapace dans une carapace

Une meuf dans une teuf-teuf
Une race dans une trace.

***
24 Poèmes de la Cour du grand Monarque


LES GENS DE MOGADOR
SAT JUL 9, 2005 23:18

La solitude déborde de sollicitude pour
l'étude des certitudes
Le parasol accorde au soleil si rude une grati-
tude qui élude les habitudes

Promptitude d'une attitude à l'ombre de la
mansuétude latitudinaire
La clef de sol concorde derechef avec le ros-
signol des préliminaires

Que ferais-tu petite serrure éclipsée par l'oeil
pyramidal de tes billets doux?
Laisserais-tu passer le vent amical te susurrer
aux oreilles des nouvelles du fou?

J'adore un jade d'ores et déjà promis à Cor-
fou
Mogador j'y dors en compromis flou.

***
25 Poèmes de la Cour du grand Monarque


RAME ADAM
SAT JUL 9, 2005 21:21

Un verre d'eau plein de vin
Un verseau plaint le devin

Un vert rideau l'hiver vide d'idéaux
Un ver en radeau libère la vie des zoos

Ouvert tôt le réverbère convie au petit pot
Au verso le revers du ber revie l'appétit à flot

Couvert de médailles il raille les médias
Envers singe j'ai tort, risque mais dis as.

***
26 Poèmes de la Cour du grand Monarque


LES DUNES D'EZECHIEL
SAT JUL 9, 2005 19:05

La gale des gars de la galère a la martingale
des gardes dès la misère solaire
On rêve du bagne sous la hargne sans trêve
des fouets pour tout salaire

Les mouches au paradis fécal ne louchent pas
vers notre mardi gras martial
La peau tendue en tambour musculaire
donne l'assaut insulaire par vagues de vais-
seaux aux tympans déjà assiégés par les
choeurs de la nef glaciale

Les uns frappent pour entrer les autres pour
sortir à la porte battante d'une folie passagère
Le regard submergé de compassion d'un rat
plante ses dents dans un amour de chair

Un croissant rouge dans la nuit enchaînée ci-
sèle une lune de miel
Le sang de l'hymen coule à la vitesse de croi-
sière du navire sous lequel flottent les dunes
d'Ezéchiel.

***
27 Poèmes de la Cour du grand Monarque


LA TROISIÈME VOIE
FRI JUL 8, 2005 23:03

Infibulation des consciences dans la désola-
tion de l'ignorance
Je ne suis pas croyant en un dieu restreint à
une quelconque croyance
Pas mécréant, le hasard n'existe que dans les
regards hagards dépourvus d'intelligence

Religions de la contagion obscurantiste du
misonéisme
Laïcités de la félicité matérialiste du capita-
lisme
Marteau et enclume forgent au rouge les cou-
teaux d'amertume du spiritualisme

Esprit es-tu là?
Epris du foetus las

Mépris vêtu d'il a
Mais prix férus d'aléas

***
28 Poèmes de la Cour du grand Monarque


MASSACRES
THU JUL 7, 2005 20:04

La terreur a plusieurs facettes raccordées en-
tre elles par le mépris de la vie au degré le
plus ignoble.
Rien ne pourra jamais la justifier aux lumières
de la raison humaine.
Les états qui font subir aux populations civi-
les les bombardements massifs,les
exils,l'occupation,les restrictions économi-
ques sous formes d'embargos d'encercle-
ments et de boycotts.
En quoi est-ce que ces peuples sont-ils res-
ponsables de la politique de leurs gouver-
nants qui les premiers exploitent toutes les
mesures oppressives sur ceux-ci pour arriver
à leurs fins despotiques.
Ces nations sont victimes de la cruauté ré-
pressive de leurs dirigeants ainsi que de celle
des ingérences interventionnistes des puis-
sances impérialistes.
Les organisations autochtones qui prétendent
lutter pour libérer ces communautés et qui
massacrent hommes femmes enfants par des
attentats n'épargnant personne à l'exception
souvent des armées d'invasion.
Les nébuleuses internationales qui frappent
dans le but avoué de faire des carnages atten
29 Poèmes de la Cour du grand Monarque
tatoires aux valeurs primordiales de l'humani-
té.
Toutes doivent être dénoncées et exécrées!!!!
Les manoeuvres militaires,révolutionnaires
ou de résistance qui ne respectent pas le code
de la guerre,fatalité que nous devons suppri-
mer par la volonté de voir émerger une hu-
manité réunie autour d'une justice équitable
pour tous,sont vouées aux gémonies et à la
déchéance irréversible.
Aucune intention,nulle contrainte ne pour-
ront jamais expliquer légitimement,avaliser
les exactions et persécutions que l'on fait su-
bir aux civils otages et victimes des conflits.
Que ce soit au nom des démocraties laï-
ques,des religions ou des mouvements alter-
natifs.
Si notre conscience ne respecte pas ces règles
primordiale,notre chair est licite pour les ani-
maux prédateurs.

***
30 Poèmes de la Cour du grand Monarque


TERREUR
THU JUL 7, 2005 14:47

Le terrorisme bestial et barbare a de nouveau
frappé indistinctement femmes et enfants!
Les responsables seront traqués à mort!
Ni Dieu ni diable ne leur viendront en aide!

***
31 Poèmes de la Cour du grand Monarque


SINGES JE RIS
WED JUL 6, 2005 22:02

Cirque concis en clowneries d'enclos ne rit
qu'en cire qu'on scie en sires clonés
Acre aux battes le piment au débat déprimant
les éclos nés

Singes je ris de me voir si beau en ce miroir
Méninges jury de cybernautes se mirent ce
soir

En tant qu'entendue l'étendue détend les
temps tendus
Entends quand tant due des entendus

Je suis en vie donc je respire l'envie donc je reste pire

***
32 Poèmes de la Cour du grand Monarque


PROSOPOPÉE
FLAMMES JE VOUS AIME
WED JUL 6, 2005 19:38

Je m'oppose avec consternation et indigna-
tion enrobées de fermeté aux propos que je
m'empresse de soumettre à votre diligence!
La colère ne sied pas à notre serviteur!!!
Il ne peut s'agir en l'occurrence que d'une
lamentable prosopopée.

Ma colère est amère et ne tolère plus aucun
sicaire
Vengeance sur l'engeance qui eut l'outrecui-
dance et l'arrogance de s'en prendre à l'en-
fance primaire

Je m'acharnerai avec volupté et somptuosité
sur ces bourreaux de l'innocence
Je leur ferai subir des sévices odieux et crapu-
leux au centuple de ce que leur imagination
dépravée put au faîte de l'indignation infliger
en toute licence

Leurs souffrances seront mon réconfort et
leurs supplications une berceuse oscillante
entre dilection et prédilection
Au nom de tous les petits livrés à la dérélic-
tion
33 Poèmes de la Cour du grand Monarque
Ma grande préoccupation consistera à les
maintenir en vie jusqu'à ce que la mort
s'éprenne de leur sort et puisse parachever
mon oeuvre dans des brasiers enragés
Que serais-je sans toi enfer impitoyable que
cet orphelin aux rosiers saccagés.

***
34 Poèmes de la Cour du grand Monarque


LE CHAS GRAIN
TUE JUL 5, 2005 22:57

Déclin d'oeil en coin d'accointances recoins
d'orgueil en groin d'accoutumance
Le chas grain de vacuité au fil du temps
épreint l'acuité en dormance

Salutations distinguées prodiguées sans dis-
tinctions par le prodige des voltiges
Hallucination collective que cette vision na-
tive de naufrages

La déchéance est-elle la convergence des
consciences vers le point mort?
L'échéance des divergences l'univers en
poing fort?

Un signe de vie suffit à immortaliser l'éveil
déhiscent
L'illusion ubiquiste vouée à l'abstraction du
réveil décent.

***
35 Poèmes de la Cour du grand Monarque


LUCIOLE ET FEU FOLLET
MON JUL 4, 2005 21:36

Demande leur si les minutes secondent les
heures
La grande aiguille fait tout un foin dans la
meule pour retrouver sa petite soeur

Le temps tient à l'oeil l'alarme qui déclenche-
ra les larmes
Les crocs d'édiles font accroc à l'idylle par les
armes

L'amour échappe à la chape temporelle lar-
guant les amarres corporelles
Unique il broie les couples et déploie ses ailes
antiques d'Icare vers le ciel

Reste petite luciole blottie contre le feu follet
car le jour se lève
Et les étoiles témoins de vos ébats disparais-
sent au loin comme un rêve.

***
36 Poèmes de la Cour du grand Monarque


RESPECTEZ L'UNIFORME
SUN JUL 3, 2005 23:12

La boussole de mon coeur arrive à bout des
camisoles les plus à la hauteur

Chimiques elles transforment mes mimiques
en comiques dynamiques là-haut sans auteur

De force elles forcent l'admiration des pres-
tidigitateurs les plus prestigieux et contor-
sionnistes invertébrés

En fine lingerie font succomber les psychia-
tres par le galbe psychédélique d'une hypnose
zébrée

Tous sont déboussolés devant le spectacle
désopilant de ce pis-aller avenant qui ne re-
nâcle jamais à l'allant

Le nord est le for intérieur au sud du corps
extérieur levant d'où est le vent d'ouest supé-
rieur de talent.

***
37 Poèmes de la Cour du grand Monarque


DAME NATION
SUN JUL 3, 2005 00:33

Dame nation étrenne-t-elle la malle et diction
de toutes les lois colportées en prêts-à-
porter?
Mère patrie,père marri de n'avoir que l'escha-
tologie en guise de mortier

L'indépendance danse aux dépens de l'in-
dien,en files elle défile
Scinque hante l'étoile filante d'un voeu aux
aveux de fiel

Guerres d'étranges chais sans eaux-de-vie
mais éclusant verres de l'au-delà
Famine tu cries des entrailles du sol ton fa
berger du la

Et puis il y a les enfants toujours fans des
jeux mimétiques et des modèles réduits
Quand je serai grand comme papa,je ferai les
mêmes conneries pathétiques,cochon qui se
dédit!

***
38 Poèmes de la Cour du grand Monarque


LE SONAR DES ANARS
FRI JUL 1, 2005 22:13

Tu lis sans comprendre l'engouement à se
rendre compte du satori goulûment
Tu écoutes sans entendre le hululement nyc-
talope des comptes-rendus aux amants

Tu regardes sans t'éprendre de Son Visage
pareil au paysage monotone d'un automne
lépreux
Tu parles sans attendre l'écho cosmopolite
du sonar des anars heureux

Tu imagines sans prendre le temps par la
main du môme orphelin privé de repères
éphémères
Tu écris sans apprendre à l'encre des anciens
l'atome en fifrelins d'épaufrures altières

Tu sens sans reprendre à l'infini l'évolution
des mêmes stimuli
Tu es sans tendre vers l'absolu dissolu et libé-
ré de toutes les astreintes empreintes d'em-
preintes digitales en mâchicoulis




39 Poèmes de la Cour du grand Monarque
Tu as sans rendre à la vie tout ce qu'elle t'a
donné pour lui faire honneur
Tu comptes sans suspendre au bout des
doigts les gouttes d'eau sur lesquelles se re-
flète ton horreur.

***
40 Poèmes de la Cour du grand Monarque


CES ÂMES INSENSÉES SANS SÉSAME
THU JUN 30, 2005 23:43

Collargol de mon enfance répandu sur les
plaies du Gogol de ma confiance
La pythonisse vaticine tandis que ma mé-
moire s'attelle tel un atèle à la queue d'un
passé enroulée autour d'une branche par al-
liance

Les roupies croupissent aux pieds de Vishnu
comme les prières vrombissent à la lisière des
moustiquaires
Harpies des religions amorphes ces âmes
sans sésame apostrophent de leurs viscères le
luminaire

Adeptes putassiers proposent leurs charmes
carnassiers au Seigneur otage du grossier ra-
vage
Idole génétique révérée en éden d'a.d.n au
fessier du clivage.

***
41 Poèmes de la Cour du grand Monarque


LES SERFS PANTINS
TUE JUN 28, 2005 21:30

Qu'il jette la première pierre au canal après
s'y être enjugué celui qui n'y a rien pêché
Que de ronds dans l'eau et chaque cercle
cerne son monocle de péchés

Tu ne te reconnais pas en eux,tes mains n'ont
jamais trempé dedans quoi qu'en disent les
besoins naturels
Qu'il est bon de décharger ses foudres sur
l'arbre, ignorant le paratonnerre providentiel

Excédé de cette justice propice aux puissants
et écrasant les manants
Je prononce l'anathème sur ces marchands
de chrysanthèmes du temple des serpents

Juges, la balance accuse votre surcharge pon-
dérale
Vos pattes graissées pour mieux s'immiscer
entre les lois sacrales.

***
42

L'extrait de cette publication vous a plu ?

Ajoutez-la votre panier pour la lire dans son intégralité !

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.