Poèmes de la dynastie des Tang

De
Publié par

Vouloir faire le choix d'une cinquantaine de pièces parmi les dizaines de milliers d'autres, laissées par les quelque 200 poètes de la dynastie Tang : l'entreprise semble risquée, pour ne pas dire quasi impossible. L'auteur a essayé d'adopter le principe du plus grand dénominateur commun, en ne reprenant que les poèmes les plus connus et les plus cités, tant par les différents auteurs que par le grand public. Le lecteur est donc invité à les parcourir, non pas d'une seule traite, mais plutôt d'un bout à l'autre, - le bonheur à petites gorgées - calmement, sereinement, en prenant tout son temps.
Publié le : vendredi 4 septembre 2015
Lecture(s) : 5
Tags :
EAN13 : 9782336391212
Nombre de pages : 198
Prix de location à la page : 0,0105€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Vân HÒA
Poèmes de la dynastie des TangMorceaux choisis Poètes des cinq continents
POÈMES DE LA DYNASTIE DES TANG
Poètes des cinq continents En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005. La collection est actuellement dirigée par Philippe Tancelin La collectionPoètes des cinq continentsnon seulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an. Déjà parus 641 – Zoé LAGRANGE,Un jour à l’endroit un jour à l’envers, 2015. 640 – BehçetNECATİGİL,L’image de l’univers,2015.639 – Maud Wirz Julien Pelette,Point-Virgule,2015 638 – William SOUNY,Mayotte suicide, 2015 637 – Denis DAMBRE,Solitude et vibrations, 2015. 636 – Pierre GOLDIN,De la vie approximative, 2015. 635 – Serpilekin Adeline TERLEMEZ,Ames du cosmos,2015. 634 – Catherine BOUDET,Journal du Gardien des Horizons,2015. 633 – Natacha LAFOND,Sur les rives d’argile, 2014. 632 – Christine CADIOT,Les seuils du temps, 2014. 631 – Lajos NYÉKI,Ruptures - Elválasztás, 2014. 630 –Marie-Clémence ADOM,Anthologie de la poésie ivoirienne tome 3,2014.629 –Marie-Clémence ADOM,Anthologie de la poésie ivoirienne tome 2,2014.628 –Marie-Clémence ADOM,Anthologie de la poésie ivoirienne tome 1,2014.627 – André LO RÉ,Premiers pas au pays des haïkus, 2014. 626 – Ioana GRUIA,Le soleil sur le fruit, 2014 625 – Jean-Pierre BIGEAULT,100 poèmes donnés au vent. Suite de poèmes, 2014 624 – Yves Patrick AUGUSTIN,D’ici et nulle part, 2014. 623 – Patrick WILLIAMSON,Tiens ta langue. Hold Your Tongue (bilingue français-anglais), 2014. 622 – Michel JAMET,Partage son royaume !,2014. 621 –Ayten MUTLU,Les yeux d’Istanbul. Istanbul’un gözleri,2014. 620 – Philippe GUILLERME,Tout attaché, 2014. 619 – Patricia LAIGLE,La neige sur le museau des biches, 2014.
Vân Hòa POÈMES DE LA DYNASTIE DES TANG Morceaux choisisL’Harmattan
Du même auteur sous le pseudonyme Vân Hoà Clair de terre Clair de lune Paris. 2001. Poèmes de Hô Xuân Hng Edilivre, Paris, 2009 Mille et un proverbes, dictons et chansons populaires du Vietnam Tome I, Publibook, Paris, 2011, Tome II, Publibook, Paris, 2012.© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04312-8 EAN : 9782343043128
INTRODUCTION
Si en France, selon Beaumarchais, tout finit par des chansons, en Chine, tout commence avec un poème. Un poème pour fêter un heureux événement, pour féliciter un couple de jeunes mariés, pour souhaiter bon voyage ou pour faire ses adieux à un ami, pour déclarer sa flamme à l’élue de son cœur, pour avoir réussi ou avoir échoué à un examen, mais aussi un poème pour célébrer le retour du printemps, pour pendre la crémaillère, pour éprouver le talent d’un prétendant, un poème en échange d’une transmutation de peine, un poème adressé au souverain par un condamné à mort pour demander sa grâce ou bien par une femme seule pour obtenir la démobilisation de son mari et son retour au foyer. L’histoire - ou la légende -abonde de ces joutes littéraires où le vainqueur reçoit des mains du prince un prix, soit en argent, soit en nature, voire la princesse ou la reine de beauté destinée à être la femme de sa vie. La poésie est partout en Chine, et très souvent motivée par des faits occasionnels. Cela étant dit, c’est sans doute la poésie la plus riche au monde, sinon la plus ancienne, depuis trois mille ans qu’on fait de la littérature en Chine et que la poésie y est sur toutes les lèvres.
Mais il est de la Chine comme partout dans le reste du monde, les poètes ont eu leur grande époque. En France on a le Grand Siècle, le Siècle des Lumières. En Chine, tout le monde s’accorde à reconnaître que cette grande époque, c’est l’époque de la dynastie des Tang, considérée comme un des âges d’or de l’histoire de la Chine.Treizième dynastie chinoise, la dynastie des Tang a régné de 618 à 907. Elle brilla par son extension territoriale, sa civilisation pleine de vigueur et son large rayonnement.C’est surtout grâce à la poésie que le nom de la dynastie des Tang a acquis une célébrité mondiale. De
7
l’avis de tous, c’est de cette époque que datent les plus beaux poèmes.
On divise habituellement la poésie des Tang en quatre périodes : période du début (618-713), période de la prospérité (713-766), période moyenne (766-835), et période de la fin des Tang (835-907).
Dans lapremière période, on distingue d’abord les « quatre poètes éminents » :Wang Bo(648-675) ou Vương Bột,Yang Jiong(d. 692) ou Dương Quýnh,Lu Zhaolin(636-695) ou Lư Chiếu Lân etLuo Binwang(648-684), ou Lạc Tҫn Vương, dénommés« Tͱkit ».
De 713 à 766, l’Empire chinois connut une période de prospéritéet un rayonnement culturel considérable. C’est la période la plus brillante de la poésie classique chinoise, illustrée par deux poètes de génie,Li Bai(701-762) ou Lý Bạch etDu Fu(712-770) ou Đỗ Phủ.
Li BaiouLi Taibai (Li;= nom de famille Taibai= littéralementGrand Eclat, surnom) - ou Lý Bạch – est le poète chinois le plus célèbre en Occident.Merve illeusement doué, il est non seulement un des plus illustres poètes, mais aussi un homme extraordinaire, qui occupe une place unique dans la poésie chinoise. On connaît de lui plus d’un millier de poèmes.Une infinité d’anecdotes recueillies par la tradition, témoignent de l’admiration des Chinois pour ce grand poète qu’ils appellent le Grand Docteur, le Prince de la poésie, l’Immortel banni sur terre ou l’Immortel qui aimait à boire.On raconte qu’il aurait péri noyé dans l’eau du Fleuve Bleu, un soir qu’il avait bu que de raison, en tentant d’attraper l’image de la lune qui s’y reflétait.
AvecLi Bai,Du Fu-ou Đổ Phủ - est considéré comme le plus grand poète de la Chine, le seul que ses
8
compatriotes mettent en parallèle avec Li Bai.D’aucuns préfèrent mêmeDu FuàLi Bai.Mais il serait vain, selon un critique, de « chercher à savoir lequel deLi Baiou deDu Fuest supérieur à l’autre. Ils ont chacun leur manière.Quand deux aigles prennent leur essor, vers les régions les plus élevées, et qu’ils volent chacun dans une direction différente, il serait impossible de dire lequel s’est élevé le plus haut. ».
AvecDu Fu,chaque vers est précieusement ciselé, « mis à polir sans cesse et sans cesse mis à repolir », grâce à un travail laborieux, patient et minutieux. Le plus grand mérite de sa poésie est de décrire la société de son temps et les misères de son époque. Du Fu connaît dans sa vie plusieurs périodes vraiment dramatiques. Et ses malheurs personnels l’ont rendu plus sensible aux maux de ses contemporains. Les quelque 1400 poèmes qu’il nous a laissés sont empreints pour la plupart d’une profonde tristesse.
À côté de ces deux grands noms, on a l’habitude de citerBai Juyi(772-846) ou Bạch Cư Dị,Meng Haojan (690-740) ou Mạnh Hạo Nhiên, grand poète paysagiste, Wang Wei (699-759) ou Vương Duy, poète, peintre et musicien,Wang Han(687-735) ou Vương Hàn,Wang Changling(698-756) ou Vương Dương Linh,,Cui Hao(704? – 754) ou Thôi Hiệu,Wang Zhihuan(688-742) ou Vương Chi Hoán.
Zhang Ji(712 -779) ou Trương Kế,Zhang Tsi (766-827) ou Trương Tịch,Liu Yuxi(772-842) ou Lưu Vũ Tích,Du Qiuniang(?-825) ou Đỗ Quý Nương, ouvrirent la «période du milieu des Tang», période terne à côté de la précédente, mais encore éloignée de la décadence. Han Yu(768-824) ou Hàn Dũ, etPo Kiuyi(772-846) ou Bạch Cư Dị, sont les poètes les plus célèbres de cette
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.