Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Poèmes du fleuve

De
88 pages
Poèmes du fleuve est un recueil en quatre coffrets (Poèmes du fleuve, Poèmes du grenier, Poèmes de la nuit et Poèmes du silence), qui s'offrent à la lecture comme un seul poème rendant compte d'une survie incertaine. Pris en étau dans les intrigues devenues quotidiennes au bord du fleuve Congo, le poète veut laisser un message à son peuple pour qu'il cesse de tourner le dos à ce fleuve dont l'éternel chant demeure le seul catalyseur au bout de tous les défis.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Le leuve Congo
Arcade L
Poèmes du fleuve
Poèmes du fleuve
Arcade LOUMBOUZI
Poèmes du fleuve
-Congo
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : ͻ͹ͺ-ʹ-͵Ͷ͵-0͸͵͸͸-ͻ EAN : ͻ͹ͺʹ͵Ͷ͵0͸͵͸͸ͻ
À Rufin Moussaoudji Boussamba, Sylvain Ounina, Rémy A. B. Boumba, Claude A. Louthé, Crépin C. Locko, Richard Mavila, Eddy S. Koubemba, Félicité Olga Passy
Ces mots-là Ne se sont pas égarés !
Préface
Je remercie Arcade Loumbouzi de m’avoir accordé le privilège de préfacerPoèmes du fleuve, son premier re-cueil de poèmes. À la lecture de celui-ci, j’ai le sentiment que ses poèmes traduisent les trésors de la tradition portant sur l’identité et les rêves d’un continent pris dans les muta-tions culturelles et politiques. Toutefois, ils véhiculent des innovations poétiques par le moyen de la langue française, une langue de la poésie et de la sauvegarde de l’histoire. En suivant le chemin tracé par les poètes illustres comme Léopold Sédar Senghor, Wole Soyinka, Tchicaya U Tam’Si et Jean-Baptiste Tati Loutard, Arcade Loumbouzi renouvelle le visage de la poésie africaine et congolaise. Il s’agit là d’un trait poétique de la modernité. Tout au long de ses quatre coffrets ("poèmes du fleuve", "poèmes du grenier", "poèmes de la nuit", "poèmes du silence"), ce recueil dégage plusieurs innovations poétiques. Ainsi, je ne parle ici que de trois originalités novatrices que j’ai trouvées si pertinentes.
La première originalité est celle de la modernité théma-tique qui porte sur des images allégoriques fondant cha-cune un coffret du recueil : le fleuve, le grenier, la nuit et le silence. Ces quatre éléments sont comme une toile d’araignée d’où chaque ligne thématique tire son origine et converge vers une cohérence thématique et formelle. Sans vouloir insister sur toutes les lignes thématiques, je réalise que la poétisation du fleuve Congo continue de nourrir l’imaginaire des poètes congolais. Tchicaya U Tam’Si considère le fleuve comme un véritable juge à l’image de Dieu au dernier temps tel qu’il est écrit dans son poème "Au sommaire d’une passion" (tiré d’EpitoméIls sont): « morts / Le fleuve leur rend justice et mêle au sel / leurs