Poèmes infirmes hier

De
Publié par

Avec cet ouvrage, entrez dans le monde merveilleux de la poésie. Ce recueil traite de sujets graves comme le Sida mais aussi de thèmes plus légers comme la solitude ou l'amour.

L'auteur a découvert par hasard son goût pour les mots, les expressions. De là, sont nés des poèmes, la plupart pendant des séjours hospitaliers, d'où ce titre. Il nous livre ici l'essentiel de ses compositions.


Publié le : mardi 16 février 2016
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332934567
Nombre de pages : 78
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-93454-3

 

© Edilivre, 2016

À mes amis du Scrabble

Les roses étaient franchement belles,

l’amitié émanait de partout,

nous étions joueurs de Scrabble,

pour moi l’important c’est vous,

Scrabble réclame rigueur,

Scrabble demande expérience,

ça arrive à quatorze heure,

sans le facteur chance,

l’ordinateur reste maître,

les mots ne demandent qu’à naître,

le plus important c’est de participer,

la compétition va commencer,

à vos marques, prêts, partez !

À Sandrine

Comme un bouquet de roses au printemps,

comme les gouttes de rosées dans le vent,

aussi travailleuse que votre Polo,

aussi jolie que la déesse,

des mille et une nuits,

vous possédez en plus la sagesse,

peu commune dans la vie,

votre humour fait des ravages,

dans tous les cœurs que vous soignez,

vous aimez les visages, les ravages,

marcher seule sur une plage,

votre gentillesse, alliée à votre adresse,

votre voix résonne comme une musique,

votre cœur réchauffe agréablement notre tendresse,

telle une mésange sur ma branche,

vous n’avez pas peur,

de vous retrousser les manches !

À tous les prisonniers

Hautes, ces cathédrales,

qui nous guérissent du mal,

et qui n’ont pas leur égal,

pour abolir l’univers carcéral,

tout ces prisonniers,

tous enfermés,

avec toutes ces clefs,

dans le béton armé,

il leur reste la télé,

pour un peu s’évader,

ne serait-ce qu’un moment,

je pense aussi à ces mamans,

qui veulent remettre leurs chérubins,

tout simplement dans le droit chemin,

que vous ayez pillé ou tué,

un jour on te dit qu’il faut payer !

Crois en toi, cher prisonnier,

surtout ne te laisse pas aller

ainsi tu retrouveras Liberté.

Les réfugiés politiques

Vous qui prenez tous ces risques,

vous qui prenez tous ces bateaux,

dans votre pays, c’est le chaos !

Vous qui réclamez votre liberté,

ces dictateurs au pouvoir,

faudrait les laisser choir,

pour ça, faut des guerriers.

Ces despots, faut les anéantir,

comme tout ces morts, avec les tirs.

Toutes ces personnes qu’il faut sauver

de tout ces crimes contre l’humanité,

les accueillir, il faudrait

facile à dire,

plus dur à réaliser,

avec tout ces « people politiciens »,

qui ne comprennent rien !

Tout ces exilés sur ces bicoques,

risquent leur vie sur des « poubelles »

excusez-moi de l’expression.

Leurs dirigeants sont comme un roc,

il faudrait leur baisser le « froc »,

en attendant le « Proc » !!!!

Au fil de l’amour

Bateau voguant,

au fil de l’eau,

liseuse de roman,

la pelle et le seau,

partir pêcher,

au gré des marées,

écrire sans arrêt,

sur des parapets,

écrire encore et toujours,

au fil de l’amour,

au fil pour toujours,

glace italienne,

enfants racoleurs,

parents résignés,

sous dépensés,

regards rieurs,

vendeurs de chouchous,

amour au rendez-vous,

écrire encore et toujours,

au fil de l’amour,

au fil pour toujours !!!

Comme des amoureux

On s’en va comme des amoureux,

on chevauche des purs-sangs,

on va plus vite que le vent,

on s’en ira tous les deux,

vers un monde merveilleux,

tu verras on sera heureux,

tu brilleras de mille feux,

de parures d’or, je te couvrirai,

de lointains trésors, je ramènerai,

on n’a qu’à y croire, comme on croit en Dieu,

déjà ton regard brille de mille feux,

faisons comme ce soir et on sera heureux,

ne pique pas...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant