Poésie d'été

De
Publié par

Ecrire et partager avec mes amis m'apporte beaucoup de bonheur. Pourquoi ne pas élargir ce plaisir avec de nouveaux amis.
Publié le : vendredi 18 mars 2016
Lecture(s) : 9
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791026204404
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Paul Boisseleau

Poésie d'été

Les belles choses de la vie

 


 

© Paul Boisseleau, 2016

ISBN numérique : 979-10-262-0440-4

Image

Courriel : contact@librinova.com

Internet : www.librinova.com


 

Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

 

 

MERCI À

 

 

 

Philippe pour son dévouement dans la mise en édition.

Annie pour ses conseils pratiques et stimulants.

Françoise pour ses encouragements amicaux.

 

 

AMI LECTEUR

 

 

 

Très jeune, la même terminaison de certains mots, m’a intrigué, et l’idée de les organiser, m’a vite traversé l’esprit, puisque les auteurs des poésies ou fables que j’apprenais à l’école, le faisaient.

Je me devais d’essayer.

Mes premières inspirations, ont pris forme de vers et de rimes, à chaque fête des mères. Tous les ans à cette occasion, ma mère avait droit à quelques strophes. Originalité singulière, qui sortait des communes œuvres d’auteurs appris pour la circonstance.

Sans doute, mis à part la rime et le nombre de pieds, l’observation des règles de l’art était inexistante, puisque je ne les connaissais.

Plus tard, bien plus tard, la Muse est revenu me titiller.

Les manifestations de famille ou autres, m’ont amené naturellement, à offrir des poèmes, souvent des sonnets, à des récipiendaires, honorés ces jours là.

Si bien qu’un jour, je suis parti à St Gilles, sur le sable, lire un sonnet, ma forme préférée, sur un sujet proposé. J’ai poursuivi, et rencontré des poètes de grand talent, et nous partageons nos émotions.

 

 

 

 

CHAPITRE PREMIER

 

 

À LA BELLE INCONNUE

 

Elle émerge inconnue au milieu des amis,

Et mon sang se réchauffe à sa jeune prunelle ;

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.