Quand les fleurs se fanent

De
Publié par

Quand les fleurs se fanent est un recueil de poèmes et de textes qui collent à l'actualité du monde contemporain. Il passe en revue les grands problèmes du monde moderne, à savoir l'immigration, la pauvreté, la prostitution, l'éducation en péril, le sida, la démocratie, la corruption...
Publié le : jeudi 1 juillet 2010
Lecture(s) : 74
Tags :
EAN13 : 9782296702585
Nombre de pages : 78
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Quand les fleurs se fanent
Gabriel Ohandza Quand les fleurs se fanentPoèmes et pensées L’Harmattan
© L’Harmattan, 2010 57, rue de l’EcolePolytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 9782296122970 EAN : 9782296122970
Avantpropos Quand les fleurs se fanentest un recueil de poèmes ou de textes qui collent à l’actualité du monde contemporain. Il passe en revue les grands problèmes du monde moderne, à savoir l’immigration, la pauvreté, la prostitution, l’éducation en péril, le sida, la démocratie, la corruption… Dans un style accessible à tous, privilégiant le message au détriment de la forme, l’auteur passe en revue les turpitudes de l’Afrique actuelle tant sur le plan social que culturel et politique. C’est un véritable miroir qui reflète de manière particulière le contexte sociopolitique actuel de l’Afrique et du monde. L’auteur n’a pas failli à la pensée de Roger Garodi selon laquellel’écrivain, même lorsqu’il croit entraîner « son lectorat dans les profondeurs de son imagination, ne parle que de ce qu’il sait, de ce qu’il a vécu : la pression de l’histoire s’exerce sur lui ».Mais, tout compte fait, ce recueil, qui est un produit de l’esprit, est la manifestation d’une âme malade qui erre sur les décombres d’une Afrique et d’un monde qui vont à reculons malgré l’inexorable avancée de l’horloge !
Le corrupteur et le corrompu Ces frères jumeaux viennent d’un même sang : la corruption. L’un conduit forcément vers l’autre. Et l’un ne saurait exister sans l’autre. Ils sont liés comme l’ongle et le doigt ; Et inséparables. Autant vous vous plaignez de l’un, Que vous devez en faire autant pour l’autre. Un corrupteur a toujours l’air suspect ; Il flâne dans les couloirs ; Souhaite toujours rencontrer les gens en aparté. Le regard concupiscent, la voix douce, un sourire narquois sur les lèvres. Il joue l’important et parfois ne se presse jamais. Il a toujours du temps et ne se plaint jamais du mauvais traitement Que subissent les usagers dans les édifices publics. Drapés dans un costume taillé sur mesure, Il dit à qui veut le savoir que : « L’argent appelle l’argent : Ce que je donne, je le récupère au centuple chez les autres. Il faut investir pour s’enrichir ». Son vocabulaire exhibe certaines expressions :
7
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.