Quel Moi ?

De
Publié par

Ce recueil thématique dénonce l'état actuel de la société, mieux, l'action nocive de l'homme. Il confirme un réel talent de poète dans une langue qui accroche et captive : un heureux chant du coeur, entonné par un peintre de nos émotions congolaises.

Publié le : mardi 1 juillet 2008
Lecture(s) : 56
Tags :
EAN13 : 9782296203105
Nombre de pages : 113
Prix de location à la page : 0,0068€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Quel Moi?
POEMES

2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion. harmattan @wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-06083-8 EAN : 9782296060838

@ L'Harmattan,

PY-NENE

MAYUMA

Quel Moi?
POEMES

« Voix et voies africaines » (V.V .A.)
Collection fondée et dirigée par Jean MPISI
Connus ou anonymes, les Africains essaient d'exprimer leurs sentiments, espérant ou croyant contribuer à la construction de leur société, de leur pays, de leur continent. Sans complexe, ils abordent des problèmes ou des conflits, et suggèrent des pistes de réflexion. Ou tout simplement, ils laissent « parler» ou « pleurer» leur cœur. Leur cœur en fête ou en peine. lis le font par la poésie ou par la prose (nouvelles, récits, romans, contes.. .). Ils pourront graver leurs cogitations dans la Collection «V oix et voies africaines ».

Premières publications - Quel Moi ? (poésie), de Py-Nene MAYUMA. - Déftrlementéclectique(poésie), de Py-Nene MAYUMA.

Que dit-elle donc? La parole est dans ta bouche et dans ton cœur. Or c'est la parole de la foi, que nous prêchons. Romains 10, 8.

« Poète, ton silence est un silence »
Antoine TSHISUNGU.

Sincères remerciements à Madame Nelly KIWEW A, Monsieur Guyss SHEKE ZOLA, Monsieur Joseph BOBIA, Monsieur Freddy MULUMBA, Monsieur Alain MAMPUYA LUZOLO. pour avoir soutenu la publication de cette œuvre.

DEDICACE

A la mémoire SAMBASI ;

de

mon

feu

grand-père

Justin

A Marie-Claire SAMBASI, ma mère chérie; A Fidèle SAMBASI, mon oncle qui m'offrit le tout premier livre de ma vie ;
A Margot vers; Aux pasteurs Claude Claude LUYOYO ; MUSHI KANGONDO et JeanNGOLELA qUi provoqua mes prenuers

A Carina VANDERLAAN

Mona OZOUF, pour leur encouragement; Je dédie ces quelques vers.

Un heureux chant du cœur, entonné par un peintre de nos émotions congolaises
Je ne m'y connaissais pas beaucoup en poésie. Celle-ci constituait pour moi juste une occasion pour quelque rêveur déçu par les vicissitudes de la vie d'exprimer ses plaintes et complaintes. A l'endroit des poètes, je nourrissais ainsi de vagues sentiments de commisération. Je dois l'avouer, je baignais dans cet esprit quand, en février 2008, à Kinshasa, Py-Nene MAYUMA, journaliste au groupe Le Potentiel, me remit son recueil de poèmes, me priant de l'éditer dans le cas où il plairait. De retour à Paris, je négligeai le recueil, l'ayant sans doute rangé dans un de mes nombreux tiroirs. S'il avait été un manuscrit en prose comme j'avais l'habitude d'en écrire ou d'en recevoir, je m'en serais occupé rapidement. Mais la poésie. . . Et puis un jour d'avril 2008, Py-Nene me contacta depuis Kinshasa, pour savoir où j'en étais avec ses fameux poèmes. C'est à ce moment-là que je les revisitai. N'étant pas assez compétent dans le décryptage du langage poétique, je les soumis au très strict comité de lecture de L'Harmattan. Je savais qu'il pouvait les rejeter: L'Harmattan recevait des milliers de manuscrits et n'en retenait que des centaines. Mais - ô quelle belle surprise! - la réponse des spécialistes fut positive. Avec cette expertise d'une grande maison d'édition, je me mis à mon tour à lire attentivement les lignes versifiées griffonnées par les mains habiles de Py-Nene, qui matérialisaient les chants lyriques entonnés par son cœur. En progressant dans la lecture, j'oubliais le monde extérieur qui m'entourait, tout enveloppé par la bulle des vers qui flattait mes sens. Je me surpris ainsi à noter que je n'étais plus moi, qu'en contact avec les propos écrits de Py-Nene, je me muais en un autre être, un être excité et ravi.

Ravi par la beauté époustouflante des vers divins qui s'étalaient devant mes yeux. Ravi par le suc exquis de canne à sucre qui y coulait en abondance et que je buvais goulûment. Ravi par le bouquet exotique qui parfumait mon corps et titillait mes narines. Ravi... ravi... et toujours ravi.
J'étais devenu un autre moi. Quel moi?

Oui, quel moi? Le moi dupoète! Je suis heureux d'inviter les lecteurs à partager la joie que j'ai eu en lisant les beaux poèmes que Py-Nene MAYUMA livre aux cœurs sensibles. Ce sont de précieux joyaux d'une inaltérable beauté, rendus dans une langue raffinée et merveilleuse, illustrés d'étincelantes images saisissantes et couverts d'un tissu soyeux de métaphores. Bien assuré sur toute la ligne, cet excellent recueil thématique dénonce l'état actuel de la société, mieux, l'action nocive de l'homme. Il confirme un réel talent de poète vibrant aux épreuves toujours difficiles de la condition humaine dans une poésie qui accroche et captive. Pour s'en rendre compte, l'on peut déguster avec bonheur les quelques vers suivants du poète:
Des vies portent des blessures sur lefront Honibles blessures de la haine Des vies crèvent, soustraites à l'espoir Des vies écorchées par la pierre de la langue Des vies scalpées par la pierre de la langue. . .. Apprendre Aimer c'est empêcher les reves de pounir au cœur fut-ce un seul instant à sourire des envies des attentes des espérances. . .

Brûler le cœur au fiu des passions

Des silences des turbulences des éblouissements

Jean MPISI, Paris, 25 mai 2008. 10

QUEL MOI?
Serai-je ce Moi se regardant à travers moi Sans s'apercevoir Sans retrouver le moi total professé Moi qui foUement de ses pensées battrait son moi Guitare pour accompagner le cortège sur le bûcher ?.. Serai-je ce Moi sensibilité emprisonnant la raison Ce Moi pensant devenu le Moi détruisant Serai-je ce Moi volontairement non conscient Ce Moi ainsi se complaisant Dans le travestissement des mots ?.. Serai-je ce Moi déchiré sans autonomie du vouloir Ou serai-je ce Moi devenu tous en restant toujours Moi? Serai-je ce Moi « je suis moi je suis tous » Me possédant pour mieux me céder Me cédant pour ainsi me posséder ?.. Je me refuse la trahison de mes mains Qui auront trop caressé ce Moi Je me priverai la traîtrise de ma tête Dans le vide de mon humain Aurait trop cherché Son penchant et son double. Je ne voudrai pas être le traître De ce que pleinement je voulais être.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.