Rainer Maria Rilke, l'existence en figures

De
Publié par

Le poète autrichien Rilke instaure une relation étroite entre son intériorité et le monde. Mais, pour en rendre compte, sa poésie emprunte la voie détournée des figures. Ainsi son oeuvre cherche-t-elle à exprimer au plus près l'existence de manière transformée, par une subtile mise à distance avec son objet d'attention. Sa poésie s'éclaire quand on la confronte à son importante correspondance. Rilke se confronte avec vigueur à la langue pour repousser toujours plus loin les modalités expressives.
Publié le : mardi 1 janvier 2013
Lecture(s) : 43
Tags :
EAN13 : 9782296512573
Nombre de pages : 116
Prix de location à la page : 0,0070€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Rainer Maria Rilke, l’existence en fgures
Étude philosophique du poétique
Le poète autrichien Rilke instaure une relation étroite entre Gilles
son intériorité et le monde. Mais, pour en rendre compte, sa
GUIGUESpoésie emprunte la voie détournée des fgures. Ainsi son œuvre
cherche-t-elle à exprimer au plus près l’existence de manière
transformée, par une subtile mise à distance avec son objet
d’attention. Telle est, notamment, la mission de la fgure de
l’ange : faire le lien avec l’indicible.
Si cela rend parfois diffcile l’accès à sa poésie, celle-ci
s’éclaire quand on la confronte à son importante correspon- Rainer Maria Rilke, dance. Comme ses poèmes, ses lettres obéissent à l’exigence
littéraire la plus ambitieuse. Que l’on se livre à des allers-retours
entre ces deux formes d’écriture, on s’apercevra alors que Rilke l’existence en fgures
se confronte avec vigueur à la langue pour repousser toujours
plus loin les modalités expressives.
Étude philosophique du poétique
Gilles Guigues, philosophe, est docteur ès lettres
et arts du LACS de l’université de Provence (Aix-
Marseille I), après avoir soutenu une thèse en
philosophie de l’art : Pour une esthétique du
témoignage. Il assure la direction de recherches
ayant trait à la philosophie de l’action ; il enseigne
la philosophie morale et anime des séminaires d’écriture dans
un cursus d’ingénierie sociale.
ISBN : 978-2-336-00587-4
12,50 €
CRITIQUES-LITTERAIRES_PF_GUIGUES_RILKE-FIGURES.indd 1 01/12/12 19:00
Rainer Maria Rilke, l’existence en fgures Gilles GUIGUES





Rainer Maria Rilke,
l’existence en figures



































© L’Harmattan, 2012
5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-336-00587-4
EAN : 9782336005874Gilles GUIGUES




Rainer Maria Rilke,
l’existence en figures

Étude philosophique du poétique











Critiques Littéraires
Collection dirigée par Maguy Albet


Dernières parutions

Jeanne-Marie CLERC, Etty Hillesum écrivain. Écrire avant
Auschwitz, 2012.
Ali ABDOU MDAHOMA, Le roman comorien de langue française,
2012.
Mehana AMRANI, La poétique de Kateb Yacine. L’autobiographie
au service de l’Histoire, 2012.
Tommaso MELDOLESI, Textes et poèmes autour de l’accident
ferroviaire de Meudon, 1842. Une poésie de la catastrophe, 2012.
Jean-Louis CLUSE, Saint-John Perse, le poète en ses miroirs. Le
même, l’autre et le multiple, 2012.
Mamadou KALIDOU BA, Nouvelles tendances du roman africain
francophone contemporain (1990-2010). De la narration de la
violence à la violence narrative, 2012.
S. SEZA-YILANCIOGLU (dir.), Nedim Gürsel. Fascination
nomade, 2012.
Myriam TSIMBIDY et Aurélie REZZOUK (sous la dir. de), La
jeunesse au miroir. Les pouvoirs du personnage, 2012.
Richard Laurent OMGBA et Désiré ATANGANA KOUNA
(dir.), Utopies littéraires et création d’un monde nouveau, 2012.
Jean-Louis CORNILLE, Les récits de Georges Bataille. Empreinte de
Raymond Roussel, 2012.
Samia SELMANI, Romans francophones et représentations du
féminin, 2012.
Laurence OLIVIER-MESSONNIER, Guerre et littérature de
jeunesse (1913-1919). Analyse des dérives patriotiques dans les
périodiques pour enfants, 2012.
Ali CHIBANI, Tahar Djaout et Lounis Aït Menguellet. Temps clos
et ruptures spatiales, 2012.
Alexandru MATEI, Jean Echenoz et la distance intérieure, 2012.











« Vous dire l’existence ici, je ne le saurai sans doute
jamais, chère amie (ceci est réservé au langage des anges
pour se faire entendre des hommes) ; mais quand je vous
dis que cela est, et que cela existe, vous devez me croire
coûte que coûte. »

Rainer Maria Rilke















Prologue




On a voulu confronter l’œuvre de Rainer Maria Rilke à
une lecture philosophique pour trouver un point de
ralliement entre poésie et philosophie, une analogie entre
les termes : dans le rapport ontologique que le poème
entretient avec la vérité, se dépasse la réalité brute du
monde. Parce qu’elle recèle quelque chose d’opaque, la
réalité ne s’appréhende, en vérité, que dans l’affinage du
poème. De la sorte, le poème fait accéder la réalité à une
forme de vérité, dans la fiction qu’il installe entre le poète
et le monde. D’où il ressort que la fiction du poème,
accueil du dicible et de l’indicible, restitue quelque chose
du rapport philosophique au monde en le problématisant :
« Le poème évoque un monde, mais la réalité, si
suggestive soit-elle, qui se présente là, a le caractère d’une
1fiction. » Cela signifie que convoquer le monde dans le

1 Voir Hans-Georg Gadamer, « Témoignage et affirmation », in Le
témoignage, Paris, Aubier Montaigne, 1972, p. 163.

9 dire poétique consiste donc à le modifier en tout état de
cause, de manière à ce que la fiction du poème l’institue
nouvellement, le révèle autrement. En un certain sens, cela
ramène à Aristote, pour qui la poésie est bien plus
philosophique que « l’histoire » (muthos) ; la fiction née
du poétique permet de dépasser la réalité mais aussi de
faire émerger de l’action même de représenter la vérité du
poème. Pour le philosophe, si la mimèsis prend pour objet
l’homme comme sujet éthique et source de son action, les
hommes « n’agissent pas pour représenter des caractères,
mais c’est au travers de leurs actions que se dessinent
1leurs caractères. » Si l’on suit Aristote, la mimèsis
désigne ce mouvement qui partant d’objets préexistants
aboutit à un artefact poétique, et l’art poétique est l’art de
ce passage. Le travail du poète est donc avant tout de
fiction. Le rapport que l’on a voulu souligner entre poésie
et philosophie s’appuie donc sur la faculté propre à l’être
de transparaître au travers de la fiction qu’il modèle,
passage qui le relie au monde. On trouvera aussi quelque
convergence avec Diderot qui dans son Discours sur la
poésie dramatique a établi des analogies entre le poétique
et le philosophique. Pour autant, les réflexions qui suivent
n’ont pas consisté à appliquer le principe philosophique de
la représentation au poétique, ni même à chercher à
modéliser un lien substantiel entre deux formes de rapport
au monde.

Il a été question de prendre en compte un trait insistant
dans la poésie de Rainer Maria Rilke : le poète se
confronte à l’irréductible du dire, dans une parole portée
au plus haut, en associant étroitement le monde des figures
à sa poésie - dont il parle comme de « l’aventure

1 Se reporter à Aristote, La Poétique, (IVe s. av. J. -C.), Paris, Seuil,
coll. « Poétique », trad. du grec par Roselyne Dupont-Roc et Jean
Lallot, 1980, chap. 6, 50 a 20-21, p. 55.
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.