//img.uscri.be/pth/d336f46cd8fb0cb58f34651e7d9e1bb5700a4785
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Reflets d'une pensée

De
105 pages
Ce n'est pas avec des idées qu'on fait des sonnets, c'est avec des mots, des mots qui prennent corps et vie sous la plume de l'auteur, qui prennent sens et traduisent les reflets d'une pensée, qui expriment non la mémoire du poète mais ses représentations présentes. Ainsi, ces poèmes se veulent moins les témoins d'une époque que sa représentation poétique. Alliant le ver libre au sonnet, la fable à la citation, l'auteur libère sa "folie de vouloir chanter sur tous les tons". Pour tous ceux... qui vivant d'amour et d'eau fräîche... sont morts de faim ! l'auteur chante l'amour, l'amitié, la musique, ..., toutes les beautés du monde et les sentiments humains... ses propres sentiments d'humain, ses pensées, sa haine et ses souvenirs !
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi


Reflet d'une pensée









POESIE











Le Manuscrit
www.manuscrit.com













 Éditions Le Manuscrit, 2004.
20, rue des Petits-Champs - 75002 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.com

ISBN : 2-7481-4601-8 (Fichier numérique)
IS-4600-X (Livre imprimé)

REFLET D'UNE PENSEE






A tous ceux...
...Qui...
...Vivant d’amour et d’eau fraîche...
... Sont morts de faim...

6 MAXIME GAESCHLER







RIEN NE SERT D’ÉCRIRE...


IL FAUT PARTIR AU POINT.




7 REFLET D'UNE PENSEE
Je... si je puis me permettre...


Je marchais, seul, sur le chemin des pensées...
J’errais, seul, sur la pensée des chemins...
Mais voilà que l’esprit me vint...
Et la plume taillée...
Ne me laissa plus penser...
Et commença à tracer ce chemin...

______________________


Ce que les mots préfèrent en moi ? C’est me quitter !

Quitter ce cerveau qui leur donne vie...

Quitter le reflet de ma pensée pour devenir les mots

d’une pensée...

Pour mieux se dépenser...

Quitter la pensée pour mieux délaisser un reflet !
8 MAXIME GAESCHLER

Éternel Sonnet



Ne laissez pas le sonnet la mort dans l'âme !
Aidez-le, criez-le, lui meurtri et blessé !
Est-ce l'heure de son succès qui s'en va trépasser ?
Aujourd'hui je l'acclame, demain vous le réclame...

Rallumez-le des plus beaux feux, Amour, Madame.
Ravivez-le des hautes et belles encres coulées.
Éclairez-le d'un secret, de ces yeux charmés,
Pour que d'un papier, d'un feuillet, il s'enflamme.

D'une rime violée, permettez-lui de souffrir.
Vers défense fragile, armez-vous d'une plume,
De patience, et offrez-lui le plus beau costume.

Pendant toute une nuit, rimes et sons retentirent,
Haut et fort, à l’image d’une tragédie cruelle.
Ai-je été sot de croire qu'il n'était éternel ?




9 REFLET D'UNE PENSEE
Arlequin ou le dernier acte




Mais où te caches-tu raison, fière, héritée
D'un long chemin, que la passion ne connaît pas ?
Ce grand souffle d'irrationnel, n'entends-tu pas
Qu'il se pose sur toi, de tes pas soulevés ?

Tu me vois las, pensif, intrigué et inquiet
De cette vénération des foules, pour ce théâtre
D'images et de symboles qui semblent s'ébattre ;
Le mythe a envahi toute notre société...

Il trouble l'apparence, fausse la réalité.
Il a remis son masque, recommencé à jouer,
Avec la religion et la superstition,

La science et les croyances naïves qu'il gouverne.
Que cet arlequin, ici démasqué, comprenne,
Que son spectacle ne mérite plus notre attention !

10