//img.uscri.be/pth/8b5b77934e5c8a85891f915af8f3ad6be9f71291
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - PDF - EPUB

sans DRM

Rêves et Réalité

De
60 pages

« Le rêve dans l’édifice du savoir, pensées succinctes aux portes de l’oubli, palpitation du cœur au songe de l’impossible, émerveillement visionnaire, impression d’un meilleur dans le pire. »


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture
CopyRight
Cet ouvrage a été composé par Edilivre 175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50 Mail : client@edilivre.com www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-332-69013-5
© Edilivre, 2014
le rêve
Préface
Le rêve dans l’édifice du savoir, pensées succincte s aux portes de l’oubli, palpitation du cœur au songe de l’impossible, émerv eillement visionnaire, impression d’un meilleur dans le pire.
la réaité
Le réalisme inconditionnel des jours se succédant, perpétuel, atrophie l’imagination doucereuse des populations
ALBERT COSTAMAGNA
Le soleil du printemps Illumine les champs,
Les fleurs de la douce saison, Resplendir bientôt, elles vont, Dans les parcs, dans les jardins, Dans la splendeur du matin,
Tout est calme et tranquille, Dans le renouveau, tout scintille, Partout le refrain des oiseaux, Complète ce merveilleux tableau,
Le chant du rossignol au matin, Raisonne pour un doux refrain.
Les roses dans le vert jardin, Sont de multicolores écrins, Exhalant un parfum embaumeur, Subtile, doux, enivrant, flatteur,
Le printemps
Quand le soleil de l’été viendra, La douceur du printemps s’en ira, Sous de mille rayons ardents, L’atmosphère est pesante, étrange, Dans ces lourds et torrides moments,
Laube de la vie, À ta porte, fleurit, Apporte espoir et envie, Pour le cœur de CINDY,
L’apothéose de l’amour, Poursuit son cours, Fragilité d’un instant, Érotique, déconcertant,
L’amour s’ouvre à toi, Attirant, il t’emmène, De la joie, de l’émoi, De la douleur, de la peine,
Au fond de tes yeux, Sur un iris tout bleu, Le feu de l’innocence, Mène le rythme et la cadence,
Beauté, amour, tendresse, Dans ton âme s’empressent, Pour que tu conçois l’amour, À l’égrènement de tes jours,
Petite fille chérie, Prends soin de ta vie, Évite les pièges du destin, Et plus beau sera demain,
16 ans de CINDY
Au loin, les cimes enneigées Des majestueux monts, Scintillent de mille feux. Tandis qu’à l’horizon, disparaît Le soleil, enflammant les cieux De ses derniers rayons.
Soleil couchant
Dans la vallée encore bruyante, Où, calme, doux et serein, Le voile du soir descend, La rivière est flamboyante, Le coq lance sans entrain Son dernier appel claironnant, Tandis que la vie cesse dans les champs.
Dans la forêt, les oiseaux Ont tu leurs chants mélodieux, Pour regagner leurs nids Veillés par les étoiles dans les cieux. Où, ils seront bercés toute la nuit, Par l’infatigable murmure du ruisseau.
Rêve d’espoir
Je veux partir seul, triste, avec mon désespoir, Je veux fuir ce monde si laid à voir, Vers où ? Quelle destination inconnue ? Vers des horizons à perte de vue.
Je veux aller là, où les oiseaux, les fleurs, Forment un univers tendre et heureux, Là où la chaleur est dans tous les cœurs, Où l’amour est au fond de tous les yeux.
Vivre où ni le vice...