Sens magique

De
Publié par

Sens magique est fait de sept cent cinquante-cinq courts aphorismes, lumineux comme des éclairs et mélangeant, à chaque fois avec une réussite incomparable, le caractère apparemment facétieux de l’image à la profondeur de pensée la plus vertigineuse.
De ce livre de pure volupté poétique, que l’on peut lire et relire sans cesse avec un même bonheur, on pourrait dire qu’il illustre parfaitement ce que Malcolm de Chazal écrivit un jour à Jean Paulhan : « Je capte le vivant mais sans avoir à aller aux choses, car je fais la vie venir à moi en me l’intégrant en esprit – et une fois la chose obtenue, je fais la vie se penser en moi, au lieu de moi-même penser la vie… »
Édition complète des œuvres de Malcolm de Chazal - Volume XIV
Publié le : mercredi 20 août 2014
Lecture(s) : 30
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782756104607
Nombre de pages : 310
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Malcolm de Chazal
Sens magique


Sens magique est fait de sept cent cinquante-cinq courts
aphorismes, lumineux comme des éclairs et mélangeant, à
chaque fois avec une réussite incomparable, le caractère
apparemment facétieux de l’image à la profondeur de pensée
la plus vertigineuse.
De ce livre de pure volupté poétique, que l’on peut lire et relire
sans cesse avec un même bonheur, on pourrait dire qu’il
illustre parfaitement ce que Malcolm de Chazal écrivit un jour
à Jean Paulhan : « Je capte le vivant mais sans avoir à aller
aux choses, car je fais la vie venir à moi en me l’intégrant en
esprit – et une fois la chose obtenue, je fais la vie se penser
en moi, au lieu de moi-même penser la vie…»

Édition complète des œuvres
de Malcolm de Chazal
Volume XIV


EAN epub : 97978-2-7561-0459-18-2-7561-0460-7
ISBN livre papier : 9782915280289
www.leoscheer.com SENS MAGIQUEÉdition complète établie
par Jean-Paul Curnier et Éric Meunié
Responsable de la publication : Jean-Paul Curnier
www.centrenationaldulivre.fr
© Éditions Léo Scheer, 2004, pour la présente édition
© Édition originale, The Almadinah Printing Press, 1957, Port-LouisMALCOLM DE CHAZAL
SENS
MAGIQUE
Editions Léo ScheerI
Une bicyclette roule sur la route.
La route est la troisième roue
Qui roule les deux roues.
II
L’eau dit à la vague :
«Tu me bois.
— Comment le pourrais-je?
Reprit la vague
Je suis ta bouche.»
7III
L’avion alla si vite
Qu’il arrêta le soleil.
L’homme dans la carlingue
Était Josué.
IV
La rosée
Dit au soleil :
«Tu me vois?
— Non, dit le soleil
Je suis tes yeux.»
V
Quand le feu
Lécha
Le bois
Il vit qu’il léchait ses mains :
Des flammèches étaient devant lui.
8VI
Deux montagnes
Par leurs pics
Touchaient le nuage.
Pour un instant
Le nuage se crut
Sens dessus dessous
Et chercha en vain
Sa tête.
VII
Quand l’eau
Cessa
De pleurer
Je vis rire la rosée.
Le soleil se moquait d’eux.
VIII
Quand la liane
Saisit la branche
La branche se ploya
Et la fleur
Tira la tête
Pour voir ce qui se passait.
9IX
Quand le chien
Toucha de la patte
Le mur
Il crut qu’il avait
Perdu sa jambe
Il fit un saut de côté
Et le mur vint vers lui.
Affolé
L’animal prit ses jambes
À son cou.
X
L’avare
Avait tant compté
Ses pièces
Qu’il se vit dans l’or
Comptant ses doigts d’or.
10XI
«Je suis enrhumé »
Dit le gris.
Un mouchoir rouge
Passa sur lui.
Le gris éternua.
XII
Des arbres
Montent
Sur cette colline.
Fais monter
Un mouton
Et les arbres
S’arrêteront
Stupéfaits.
XIII
Tu t’éventes?
Tu te trompes
Le vent s’évente
C’est pourquoi
Tu n’as plus chaud.
11XIV
À la corde
Court ce cheval
Il a davantage de chances
De gagner
Car la corde le tire.
XV
Tel jockey
S’était handicapé
De rouge
Il aurait gagné
S’il avait eu
Casaque jaune.
XVI
L’eau avait tant bu
Qu’elle devint ivre.
C’était le tourbillon.
12XVII
Quand le brouillard
Eut cessé
De cavalcader
La pluie
Il tomba.
C’était la lumière
À genoux.
XVIII
«J’ai fait le tour
De la Terre
Dit cet homme.
— Pauvre homme
Tu n’as pas
Avancé
D’un centimètre
Dans ton corps. »
13XIX
La pupille
Tourna les yeux
L’iris la suivit
Le blanc de l’œil
Était en retard.
Par ce décalage
Ami
Tu entres
Dans le visage
De ta belle.
XX
«Je me suis cru
Une théière »
Dit le fou réveillé
Au psychiatre.
«Vous auriez dû
Aller jusqu’au bout»
Dit celui-ci.
«Où? dit le fou.
— Jusqu’à la foi de Jésus
Et la théière aurait bougé.»
14XXI
«Je t’aime
Dans ta robe jaune
Dit l’amant.
— Tu te trompes
Dit-elle
Tu aimes le jaune
Le jaune est ton complément. »
XXII
L’on dansait.
Soudain
La femme
Se sentit
Nue de son linge.
Elle sut
D’un seul coup
Qu’elle était aimée.
15XXIII
Adam et Ève
Eurent tort.
Il ne fallait pas
Manger la pomme
Mais la donner
À manger
Au serpent.
Il en serait mort.
XXIV
«Je parcours
Cette distance
Chaque jour
En allant à mon bureau.
— Non, dit l’autre
Tu avales le temps
Et les pas que tu fais
Te rapprochent
De ton éternité.
— Quelle est-elle?
— Toi-même. »
16XXV
«Je t’aime
Dit la femme.
— Fais attention
De ne pas trop
M’aimer
Dit l’amant
Car tu reviendrais
À toi-même.
L’amour est rond.»
XXVI
Le centre tira
La tête
Il devint cercle.
Le cercle
Rentra la tête
Il devint centre.
Coupe le cou
Du vide
Et cesse la géométrie.
17XXVII
L’eau n’est prude
Que quand on la met
Dans le vase.
Il faut baptiser
Avec l’eau des torrents
Où l’eau ouvre les cuisses
Et circoncit.
XXVIII
Si la banane
Pendait
Au sein de sa grappe
Au lieu de remonter
Elle serait pornographique.
XXIX
«Un et un
Font deux »
Dit le mathématicien.
Cela ne fait pas l’affaire
De Dieu et du zéro.
18XXX
Le cercle
N’a pas de points
De repère.
Tous les points
En lui
Sont gagnants
Le seul perdant
Étant le centre.
XXXI
Quand le jaune
Eut bu
Le bleu
Il eut soif
Du rouge
Car il était devenu
Vert.
Seule par la lumière
Cessera ta soif.
19Nous tenons à re m e rcier tous ceux qui, Mauriciens et Français,
par leur aide, leur détermination et leurs encouragements
souvent décisifs, ont contribué à la mise en chantier de cette édition.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Propofol

de editions-leo-scheer

Place Colette

de editions-leo-scheer

Fors intérieurs

de editions-leo-scheer

suivant