Socle tremblé

Publié par

Au cours de quelques voyages et séjours, l'auteur a arpenté les régions montagneuses de l'Himalaya, de l'Atlas, des Hauts-Plateaux malgaches ; les déserts du Thar, du Rajasthan ; le Sahel et naviguer sur l'Océan Indien et le Canal du Mozambique. Ce recueil rassemble des impressions ayant pour arrière-plan historique des périodes troubles : exécution d'Ali Bhutto, occupation russe en Afghanistan, putsch au Burkina-Faso, disparitions en Casamance, guérilla du Front Polisario, prise de pouvoir de Ravalomanana.
Publié le : lundi 1 novembre 2010
Lecture(s) : 196
Tags :
EAN13 : 9782296446687
Nombre de pages : 129
Prix de location à la page : 0,0073€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Socle tremblé
Poètes des Cinq Continents En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005. La collection est actuellement dirigée par Philippe Tancelin et Emmanuelle Moysan  La collectionPoètes des Cinq Continentsseulement révèle non les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an.
Déjà parus 526 – Widad AMRA,Le Souffle du pays, 2010. 525 – Aleksandar PETROV,Le Cinquième Point cardinal, 2010. 524 – Hassan WAHBI,La Part de lumière, 2010. 523 – Tizou PEREZ,Accord perdu, 2010. 522 – Lionel MAR,Concordance des corps et des lettres, 2010. 521 – Catherine BREMEAU,Anna Barkova. La voix surgie des glaces, 2010. 520 – Marie-Louise DIOUF-SALL,L'Autre Genre, 2010. 519 – Suzanne MERIAUX,Secrète beauté du monde, 2010. 518 – Chloë MALBRANCHE et Marie-Angèle PRETOT, Abécédaire de la poésie surréaliste, 2010. 517 – Soisik LIBERT,Nivôse blues, 2010. 516 – Walid AMRI,Sols, 2010. 515 – Eric SHIMA,La voix des grands lacs, 2010. 514 – Gabriele NERIMEN,L'Orient Breton. Les contes d'une péninsule de l'Ouest vers l'Orient, 2010. 513 – Tristan CABRAL,Le cimetière de Sion, 2010, 512 – Marc BARON,Poèmes sous la lampe, 2010. 511 – Jacques GUIGOU,Par les fonds soulevés, 2010.
Michel Pommier Le Parc
Socle tremblé
L’Harmattan
© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-12953-5 EAN : 9782296129535
I
Aux rives d’Indus
Les parpaings du Sind
à celles enceintes d’ombre comment dire, ne pas dire silhouettes vides obliques silencieuses esquissant leurs contours
 Karachi – Pakistan
Les parpaings du Sind
 Des cohortes de petits ânes gris aux flancs cintrés de rayures marron vont et viennent entre les dunes et les chantiers de constructions. Ils transportent péniblement d’énormes sacs de sable salin et de dépôts néritiques. On bâtissait fébrilement durant les années 70, le long du littoral de la mer d’Oman, à Karachi, escale entre l’Inde et les territoires arabes. L’humidité de l’océan et la mousson de juin à septembre font que s’effritent en quelques mois ces parpaings dont la teneur en sel est trop forte, de même se rongent de rouille les grands panneaux publicitaires immobiliers alignés le long de la promenade de Clifton Beach, le nouveaumustdes quartiers résidentiels, ne laissant que des cadres métalliques vides dans les moiteurs de la brise marine.
 Le soir et le week-end, d’osseux dromadaires de location véhiculent des gosses et des femmes drapées dans destchadorset desburkhas.Des belles entièrement voilées dont les formes transparaissent s’en vont s’éclabousser contre les rouleaux venus de l’antarctique. Rires timides, joie simple, détente à peine permise par un contrôle étatique et religieux oppressif (nous sommes alors sous le régime du colonel Zia Ul Akh qui fit pendre le précédent président Ali Bhutto et qui périt lui-même tragiquement, mais nous ne poursuivrons pas ici larihlad’Ibn Battûta, relation d’épisodes tous plus sanglants les uns que les autres de l’histoire de cette contrée du monde où chaque conflit fut toujours réglé au fil du cimeterre).
 Chacun s’en ira, pour les ablutions de la dernière prière, se rincer de tous ces grains de sable collés à la peau, symboles de cette souillure d’avoir pris tant de plaisir dans la mer.
 Clifton Beach, la limite du subcontinent s’immergeant en pente douce sur mille kilomètres, depuis les hautes vallées himalayennes, Swat, Gilgit, Hunza, Kaplu, Hushe, depuis les massifs titanesques du K 2, à 8600 m et du Nanga Parbat, en suivant le cours 9
alluvionnaire de l’Indus, à travers les genévriers de l’aride Baloutchistan ou les dunes du Thar.  Le Pakistan, territoire incliné, glissant vers la mer ou s’élevant jusqu’au toit du monde, dernier bastion d’un dieu total face à l’hindouisme, passage obligé via la passe de Khaybar et l’Afghanistan, des invasions grecques au IVe siècle avant J-C, puis perses…  Sol âpre et doux, de pierres et de rizières, de sable et de canaux d’irrigation.  Sans oublier ces artistes rêvant de liberté, oeuvrant clandestinement sur leur terre natale où n’est admise que la calligraphie des versets coraniques. Tel Masood, résidant en France, peintre et céramiste, ainsi que son frère, l’amical et cultivé Farook, avec qui je m’entretenais après ses cours de français.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.