Sondeur d'aubes

De
Publié par

Ces quatorze poèmes sont autant de coups d’œil jetés sur des avenirs proches ou lointains, à éviter ou à désirer, des aubes qui ne viendront, hélas, jamais ou qui, malheureusement, se lèveront vraiment. Si le spectre de l'immobilisme, la crainte de la chute fatale y transparaît, ils évoquent surtout les motivations, les moteurs qui nous transportent vers tels ou tels futurs et la voie qu'il nous faut (re-)prendre. Et dans un univers en évolution, le voyage est peut-être plus important que le but.
Publié le : samedi 2 juillet 2005
Lecture(s) : 131
Tags :
EAN13 : 9782748148923
Nombre de pages : 54
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Sondeur d'aubes
Simon Canu
Sondeur d'aubes





POESIE











Le Manuscrit
www.manuscrit.com












Éditions Le Manuscrit
20, rue des Petits-Champs
75002 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.com
 Éditions Le Manuscrit, 2005
ISBN : 2-7481-4893-2 (Fichier numérique)
ISBN : 2-7481-4892-4 (Livre imprimé)
SIMON CANU

De lourds vaisseaux chargés d’or et de femmes
Bondissaient d’orbes serrés en hyperboles profondes,
Ne laissant aux rivages des mondes
Qu’un sillage de flammes.

Les chasseurs, dardant leurs fers,
Jaillirent de la stratosphère,
Yeux et bouches grands ouverts,
Happant la promesse des bonheurs offerts.

Le métal tremble, la chair se tend,
Les moteurs halètent sous le joug des cœurs ardents.
Dans les esprits, la brûlure du désir est intense.
Hagard, l’ordinateur implore la prudence.

Bientôt, à la croisée des viseurs,
Le but sera à la portée d’une passe.
Mais les puissantes nefs sortent de leur torpeur,
Et d’un coup de propulseur, creusent un trou dans
l’espace.

Face au doute effrayant les muscles se bandent,
Les membres s’acharnent sur les commandes.
S’agrippant au souffle des étoiles, esquivant les chocs
de justesse,
Les fines aiguilles quêtent un peu de vitesse.

Mais les coques épuisées, torturées
Par des flots de plasma bouillonnant,
S’effritent sous les piques des rayonnements,
Et pas un mètre n’est gagné.


5

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.