Sous l’épais sycomore

De
Publié par

Leconte de Lisle — Poèmes tragiques
« Sous l’épais sycomore »

Sous l’épais sycomore, ô vierge, où tu sommeilles ...
Publié le : jeudi 19 mai 2011
Lecture(s) : 97
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Leconte de LislePoèmes tragiques
Sous l’épais sycomore, ô vierge, où tu sommeilles, Dans le jardin fleuri, tiède et silencieux, Pour goûter la saveur de tes lèvres vermeilles Un papillon d’azur vers toi descend des cieux.
C’est l’heure où le soleil blanchit les vastes cieux Et fend l’écorce d’or des grenades vermeilles. Le divin vagabond de l’air silencieux Se pose sur ta bouche, ô vierge, et tu sommeilles !
Aussi doux que la soie où, rose, tu sommeilles, Il t’effleure de son baiser silencieux. Crains le bleu papillon, l’amant des fleurs vermeilles, Qui boit toute leur âme et s’en retourne aux cieux.
Tu souris ! Un beau rêve est descendu des cieux, Qui, dans le bercement de ses ailes vermeilles, Éveillant le désir encor silencieux, Te fait un paradis de l’ombre où tu sommeilles.
Le papillon Amour, tandis que tu sommeilles, Tout brûlant de l’ardeur du jour silencieux, Va t’éblouir, hélas ! de visions vermeilles Qui s’évanouiront dans le désert des cieux.
Ëveille, éveille-toi ! L’ardent éclat des cieux Flétrirait moins ta joue aux nuances vermeilles Que le désir ton cœur chaste et silencieux Sous l’épais sycomore, ô vierge, où tu sommeilles !
« Sous l’épais sycomore »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.