Stèles

De
Publié par

Stèles, sorte de voyage d'hiver schubertien dans un paysage désolé et sombre. Le poète pose les vers comme autant de stèles veillant la nuit - garde-fous, lanternes, coupe-vent ou remparts contre l'absence, développant en d'infinies variations les thèmes du temps et de la mémoire, du corps et du désir, du silence et de la parole. Oeuvre musicale où les mots comme des leitmotive forment une mélodie en manière de basse continue psalmodiée à voix basse, d'où surgissent les figures de l'enfant et de l'oiseau, porteurs de mystère.
Publié le : mardi 1 septembre 2009
Lecture(s) : 60
Tags :
EAN13 : 9782296235557
Nombre de pages : 93
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Stèles

@ L'Harmattan, 2009 5-7, rue de l'Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-09821-3 EAN : 9782296098213

Eliane Vemay

Stèles
poèmes

L'Harmattan

(Dans la forêt de conifères du cercle polaire, là où règne un mystère doux, frais, nostalgique, soudain un renne, jailli de nulle part, doucement sur la route humide nous ouvrant le chemin...)

...Nuit désarticulée.
Un jour par un cri très étroit quittée la mer une parole erre

un jour une nuit effroi silence puis par une ligne ouverte brisée la mise au monde, messagère de notre mort.
Distendue sans fond erre
-

la parole

notes éparses dans le sable

silences gorgés d'eau s'enfoncent s'évaporent et flottant par-dessus - fragments lambeaux bribes les mots comme des caresses interrompues.

Puis les digues se rompent et la soif, à ciel ouvert débondée, insatiable.

Enfoncés en eux-mêmes fIxent un vide sans mémoire.
-

les regards

crever
du souvenir.

l'abcès

Nous revendiquons une douceur pressée à froid qui marque mieux la chair débris d'un monde en désordre, maigres signes d'un plaisir oublié.

8

L'oreille posée contre la mer ce rugissement du silence de vague en vague jusqu'à la surdité. A l'intérieur l'écoute s'affole, arrêt sur paupières béantes et ce cri étouffé: au-delà, la mort même ne s'entend plus.

Etincelles vertiges sans repère nos VIes
crépitent nos paroles - trouées de nuits trouant une nuit que la mémoire ressuscite.

9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.