Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 1,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB - MOBI

sans DRM

Publications similaires

La Parure

de le-livre-de-poche

Méditation

de julliard

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

suivant
Couverture
Copyright
Cet ouvrage a été composé par Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-332-89856-2
© Edilivre, 2015
Aux éditions Edilivre : Le Testament Olographe, roman 2010
La Rançon du Bonheur, roman 2010
Le Jardinier Apostolique, roman 2013
Itinéraire d'un Penseur Atypique, contes 2011
Croquis Intérieurs, poésie 2014
Libres Pensées, poésie 2014
Le Fantôme de l'Aéroport, essai sur le projet NDDL, 2013 Aux éditions MPE : Le Miroir Récurrent, nouvelles 2010
Bagatelles Contemplatives, poésie 2010
Aux éditions Arghos Diffusion : L’Exception Française, essai 2013 (sur ebook uniquement)
C’est fait ! L’automne entre dans nos murs Et déjà sa poésie perdure Et bonifie la verdure.
Le regard du ciel Est comme le confident De nos regrets d’avant Tandis que nos chagrins s’envolent.
Aujourd’hui est le cousin d’hier Et demain récoltera leurs suffrages, Alors que notre vie Se consume comme une image Et que l’après-midi est sage.
Mais d’où vient cette lumière Qui possède l’art et la manière De délivrer le scribe de sa tanière ?
Les plantes vertes en font leur trésor Et s’en délecteront encore Lorsque la nuit sera tombée.
C’est donc une manne commune Qui leur tient lieu de nectar, Comme ce fervent arôme Qui subjuguait les abeilles Lors de ce frêle été Qui n’est plus.
A présent l’automne légifère Et pacifie l’atmosphère Avec sa douceur exquise : Que demander de plus A notre aimable azur ?
Sa potion relativise Les passions qui divisent.
Impression fugitive
Que ne donnerait-on pas Pour étreindre la quiétude D’une fin octobre crépusculaire ?
Sa lumière est...
Tercets évocateurs