Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 5,95 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

Milena mon Amour

de Manuscrit

Les Lueurs de l'âme

de Mon-Petit-Editeur

Trefles d'Oran

de Manuscrit

Sur L’aile d’une Libellule

Mathilde K. Régnier
Sur L’aile d’une Libellule
Tortures Embaumées




POÉSIE

























© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com
communication@manuscrit.com

ISBN : 2-7481-7167-5 (fichier numérique)
ISBN 13 : 9782748171679 (fichier numérique)
ISBN : 2-7481-7166-7 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748171662 (livre imprimé)



À David

À tous les poètes qui m’ont suivie, soutenue et qui ont
bien souvent séché mes larmes… Luna Rosima,
Séverine Canet-Triton, Virginie Valdrighi, Vanessa
Alvarez, Réal Guimont, Jocsim, Jean-Christian Eloy.

À tous ceux qui m’ont aidée à être celle que je suis : à
ma famille, Maman, Papa, Edouard, Pierre, Iris,
Laurence, Rachel, Jacinthe, Estelle, à Alixia.

À ceux qui ne sont plus et dont il ne reste qu’un parfum
dans mon cœur… René, Eugène… Lui…

Au Trois Mousquetaires

À ces silences qui parlent plus que les mots…

À toutes ces feuilles blanches maculées de larmes,
toutes ces pages muettes à jamais …

À ceux qui ne sont pas encore, mais qui seront…

À vous…



SUR L’AILE D’UNE LIBELLULE

Petite libellule
À la surface de l’eau ondule,
Fouettant l’air chaud d’été
De ses ailes irisées.

Tu n’as que faire
Des hommes et de leurs prières,
De ceux qui s’entretuent
Au nom de la foi
Ou de je ne sais quoi,
Pour une quête déjà perdue
D’un chimérique absolu.

Tu es indifférente
Aux peines qui nous hantent,
À ces amours déçues,
À ces corps qui s’aiment à demi nus.

Peu importe
Toutes ces terres mortes,
Ces âmes déchirées,
Ces cicatrices qui ne cessent de saigner.

Tu voles
Comme folle,
Par-dessus les nénuphars
Avec le soleil pour seul phare.
Tu exécutes ta danse lente,
Agitant tes ailes en mouvements saccadés,
Tu savoures ta liberté.
Cette liberté, je voudrais l’éprouver,
Être indifférente à ce qui m’entoure,
11