//img.uscri.be/pth/12dd82c544958a5ccccf500a02270fc95aa7523a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Tango rouge

De
101 pages
À travers l'extase du couple, chacun se révèle à l'autre
source manifeste d'éveil / pont vers / le centre profond de
l'univers / fontaine accessible aux merveilles / rappel de la
continuelle / expérience interne / de l'éternel
. Expérience
mystique de l'être qui opère à travers l'expérience amoureuse, à travers le corps-poème. Ces textes haletants, où s'entremêlent raison et passion, racontent, avec silences et subtilités, une histoire d'amour de sa naissance à sa floraison.
Voir plus Voir moins
Tango rouge
Bernard ANTON (BEN)
Tango rouge ou Pays sans frontières de nos corps
Du même auteur Slams polygames, slam, Paris, l’Harmattan, 2010Plaidoyer pour la Terre et les Vivants,essai, Québec, Marcel Broquet, 2009 (Finaliste au Prix EFA, Mention d’Excellence) Slams de l’Âme, slam, Paris, l’Harmattan, 2008Beauté perforée,poésie, Paris, l’Harmattan, 2007 Mémoires de ciels et de vents, contes, Montréal, Humanitas, 2005 Laurentïdes suivi deAutomnales,Montréal, Humanitas, poésie, 2004 (Livre d’art accompagné de photos de l’auteur) Du côté de l’infini,poésie, Montréal, Humanitas, 2003 Écroulement de la terre et des vivants, poésie, Montréal, Humanitas, 1994 Ombres de ruines,théâtre, Montréal, Humanitas, 1993 À une absence,poésie, Montréal, Humanitas, 1992 Les anémones,conte poétique, Montréal, Humanitas, 1991 Fragments arbitraires,poésie, Laval, Trois, 1989 Fêlures d’un temps II, poésie, Montréal, Louise Courteau, 1988 Fêlures d’un temps I,Louise Courteau, 1987poésie, Montréal, © L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-13343-3 EAN : 9782296133433
7
À N. V. S.
8
« La pesanteur est la racine de la légèreté, l’immobilité, le principe du mouvement. » Sagesse taoïste
« Si tu n’étais pas déjà éveillé tu ne pourrais jamais atteindre l’éveil. » Sagesse zen
« Tes yeux m’ont cherché, ton sourire a prononcé mon nom. » Cesareo Gabarain
9
10