//img.uscri.be/pth/d4169ef1331a696ffda7f5694d140ed3ced83b44
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Tant de malentendus

De
120 pages
Chaque texte est un dialogue avec l'autre, le lecteur. Il s'adresse à sa partie ambiguë, drôle, sensuelle, cruelle, à l'incroyable complexité de toute personne. Les malentendus ne sont pas que des préjugés négatifs. Ils questionnent. Nous les imaginons. En cherchant une réponse, on découvre un mystère. L'autre est ainsi. Il ne se livre pas qu'en mots ou en apparence mais aussi en impressions étranges. Sa belle et troublante poésie n'en demeure pas moins, plus tard, un indéchiffrable et tendre écho.
Voir plus Voir moins
Benabdallah DRIDJ
Tant demalentendus
l’écriture el’écrit
Aux marges de l’écriture
Tant de malentendus
Collection « Aux marges de l’écriture» dirigée par Agnès Royer YRLU OD OLVWH GHV WLWUHV GH OD FROOHFWLRQ HQ ¿Q G¶RXYUDJH
Parce queFKDFXQ SHXW WURXYHU VRQ PR\HQ G¶H[SUHVVLRQ SDU
O¶pFULW HW O¶pGLWLRQ
Parce queWDQW G¶H[SpULHQFHV PpULWHQW G¶rWUH FRQQXHV HW QH
WURXYHQW SDV GH SODFH GDQV O¶pGLWLRQ
Parce que c’est la marge qui donne à la page sa
respiration,
Nous proposonsFHWWH FROOHFWLRQ RXYHUWH j XQ JUDQG QRPEUH
'X PrPH DXWHXU FKH] /¶+DUPDWWDQ GDQV OD FROOHFWLRQ © 9LYUH HW O¶pFULUH ª 
Oujda  Le Soupir des mots 
'X PrPH DXWHXU FKH] XQ DXWUH pGLWHXU 
Les Nuances du vide 6RFLpWp GHV eFULYDLQV 
%HQDEGDOODK '5,'-
Tant de malentendus
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10870-4 EAN : 9782343108704
à Louisa et Naïm
« À l’aube le cœur s’en va vers le poème planter la soif dans un mot ».
Rabah Belamri,L’Olivier boit son ombre, Edisud, 1989, Aix-en Provence
Préface
Chemin des mots
D’une rive à l’autre les mots de Benabdallah Dridj.
3RUWpV SDU OD /RLUH HW OH 5KXPHO ÁHXYH TXL WUDYHUVH &RQVWDQWLQH HQ $OJpULH  LOV VRQW SDUYHQXV MXVTX·j PRL 0RWV TXL WURXYHQW HQ PRL GLYHUV pFKRV TXL PH IRQW VLJQH /D QXLW YHQXH OD FLWp HQÀQ DVVRXSLH HW OD IXUHXU GX PRQGH TXHOTXHV LQVWDQWV YRLOpH PH YRLFL VHXO IDFH j FHV SDJHV FRXYHUWHV GH PRWV HW d’images, pages étalées sur ma table de travail, mon plateau de rêves HW GH UpYROWHV FHWWH VXUIDFH GH ERLV VWqOH KRUL]RQWDOH VXU ODTXHOOH SURYRTXDQW PD SURSUH PRUW HW O·RPEUH SRUWpH GH O·+LVWRLUH HW GH OD VDXYDJHULH KXPDLQH MH JUDYH OHV VLJQHV GH PRQ FRPEDW 0HV \HX[ V·DUUrWHQW VXU FHV PRWV  J’écris comme un funambule Pour voir les contours de l’ombre
&HV GHX[ YHUV FRQÀGHQFH VRXGDLQ VXUJLH G·XQH SDJH DIÀUPDWLRQ G·XQ FRPEDW LQWLPH HW YLWDO PH UDSSHOOHQW GHX[ DXWUHV YHUV GH 3DXO Celan, dans5HQYHUVH GX VRXIÁH 
TENIR DEBOUT, dans l’ombre Du stigmate des blessures en l’air.
Pour voir les contours de l’ombre.%HQDEGDOODK 'ULGM HVW OXFLGH ,O VDLW OXL DXVVL TXH OH WHPSV SDVVH (W FH WHPSV HVW FKDUJp GH WUDFHV GH GLIIpUHQWHV QDWXUHV  LPDJHV PHQWDOHV PRWV VRQRULWpV JHVWHV DSSHOV PXHWV« /H WHPSV SDVVH HW IDFH j OXL LO FRQYLHQW GH QH SDV UHQGUH OHV DUPHV GH QH SDV V·HQVHYHOLU GDQV OH VLOHQFH 'H OD WHUUH QDWDOH O·$OJpULH HW VD OXPLqUH VRXYHQW DYHXJODQWH HW EOHVVDQWH DX[ PpDQGUHV DODQJXLV GHV ERUGV GH /RLUH« &KHPLQ QRQ SDV FKRLVL PDLV WUDFp SDU O·+LVWRLUH &KHPLQ VXU OHTXHO VH GUHVVHQW pPHUJHDQW GH OD EUXPH PDWLQDOH GHV ERUQHV LQGLFDWLYHV RX GHV SLHUUHV VDLOODQWHV VXUJLVVHQW j OD QXLW WRPEDQWH GHV UHIXJHV LQHVSpUpV RX GHV KRUGHV GH ErWHV IDXYHV
9