Tout premiers pas

De
Publié par

Ce recueil est une invitation pour une balade campagnarde en des temps et des lieux différents, truffé de quelques anecdotes, d'amour et de sagesse. À consommer sans modération.


Publié le : vendredi 24 avril 2015
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332909923
Nombre de pages : 42
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-90990-9

 

© Edilivre, 2015

Baptiste, vieux jardinier

Du haut de ses quatre-vingts ans,

Baptiste profite du temps,

Les mains croisées sur le vieux manche

Usé de sa rustique bêche.

Il remonte un peu le chapeau

Posé sur son crâne pâlot

Et fixe un vol de tourterelles,

Qui se poursuivent, se querellent.

Il s’éponge le haut du front

Avec son mouchoir en coton,

Puis jette un coup d’œil au clocher

Qui vient de se mettre à sonner.

Qu’importe le temps, le vieil homme

Croque la vie comme une pomme,

En dégustant tranquillement

La saveur de l’instant présent.

Plus qu’un ou deux rangs à bêcher

Avant le bonheur de planter

Les oignons et les échalotes,

Les petits pois et les carottes.

Son vieux dos un peu reposé,

Dans ses deux mains il a craché,

Les frotte l’une contre l’autre

Et empoigne le manche en hêtre.

Son pied enfonce la denture,

Qui fend cette terre, peu dure,

Car toujours très bien travaillée

Depuis de nombreuses années.

Il soulève un carré de terre

Puis le retourne et l’aère,

Et plonge une nouvelle fois

Cet outil dont il est le roi.

Et s’il ne finit que demain,

Personne ne lui dira rien.

Il prend son temps le vieux Baptiste,

Il prend son temps et lui résiste.

Le merle

Moins cinq degrés dehors et monsieur merle a faim,

Mais sur le sol gelé, le repas est restreint.

Plus de vers, enfouis bien à l’abri sous terre,

Plus d’insectes non plus, fourmis, coléoptères.

Il s’en va donc gratter sur le tas de compost,

Presque aussi résistant qu’un banc de permafrost.

Une chance pour lui, il y trouve pitance,

Mes restes de midi sont pour lui opulence.

Monsieur merle s’envole et presque rassasié

File droit dans la haie, là-bas au fond du pré.

Quelques instants plus tard, et là quelle surprise,

Ils sont trois à gratter, le tas se colonise.

Papa merle, bon père, enseigne à ses petits

Les clés de la survie en des temps démunis

Et où il faut chercher quand la nature gèle

Et que le froid de mars leur engourdit les ailes.

Le bec orangé vif et le plumage noir,

Ils partiront bientôt, se diront au revoir.

Seuls ils affronteront les lois de la nature,

Les apprendront plus tard à leur progéniture.

La Luge

Enfin, il a neigé ! Sortons donc le bonnet,

Les bottes et les gants, parka et cache-nez

Et puis surtout la luge ! Oh oui sortons la luge !

On ne peut attendre, vite sortons la luge !

Ma maman me...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant