Travail au noir

De
Publié par

Ce recueil de Mehrad Arefani retrace les étapes d'exil et de l'errance du poète, dans son combat contre le fondamentalisme de son pays, l'Iran. Les références à l'espace géographique jouent un rôle important dans la poésie d'Arefani, en raison de sa vie nomade. Sa poésie est politique mais sobre, sans rhétorique, sans dogmatisme. Ses thèmes de prédilection sont l'exil, l'errance, et les lieux rencontrés en chemin, qui façonnent l'identité et les souvenirs.
Publié le : mercredi 10 juin 2015
Lecture(s) : 7
Tags :
EAN13 : 9782336385167
Nombre de pages : 74
Prix de location à la page : 0,0056€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Mehrdad A
Travail au noir
Mehrdad Arefani
Travail au noir
Traduit du persan par Myriam Benoît
Accent tonique  Poésie
Travail au noir
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06294-5 EAN : 9782343062945
Mehrdad AREFANI
Travail au noir
Traduit du persan par Myriam BENOÎT
L’Harmattan
Accent tonique – Poésie Collection dirigée par Nicole Barrière
Maquette de la couverture Charley Case.
Illustration de la couverture Charley Case.
J’ai ramé dans les eaux du pays creux
Dans les profondeurs ici, tout est rempli de boîtes vides des tonneaux de pétrole flottants l’odeur âcre du gasoil Dans les profondeurs, mon frère est une raie Je peux deviner son bonheur quand il glisse sur le sable Les algues sont devenues les cheveux de ma sœur La mousse dont le barbier couvre le visage de mon père se dissout dans l’eau Il passe la lame sur la peau Je reconnais les morceaux de la barbe de mon père dans les poubelles sur les vagues Et sans boussole, j’en suis certain. Je suis debout sur les hauteurs de la ville où ma mère a fait le grand ménage Pourtant je suis tombé dans les méandres de glace des morceaux de glace suspendus des poubelles Et qui brillent sous le soleil ; tout dérange Je réfléchis Comment la rivière coule sous l’eau ? La mer est salée et pas la rivière Je dois jeter l’ancre Pour qu’elle s’accroche au pont Quand mon père rentrera de chez le barbier Et qu’il arrivera sur le pont
5
Il verra le fond du bateau au-dessus de sa tête Il nettoiera ses lunettes dans l’eau Et dira : mon fils est revenu Je me penche Je dégage les poubelles avec mes rames Les gens sont rassemblés sur le pont D’ici je vois leurs écailles
6
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.