//img.uscri.be/pth/c642621b2cd0c1eefa56294c23fee2e0e3553780
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Vers un mouvement social urbain poétique ?

De
131 pages
En étudiant le cas des Poètes en Construction de Nezahualcoyolt (México), cet ouvrage propose une réflexion sur la potentialité de création d'un "mouvement social urbain poétique" qui se développe dans les "quartiers d'origine spontanée". Cette étude analyse la création d'un mouvement social urbain poétique à Mexico. Prise dans une histoire sociale, la poétique urbaine évolue en se mêlant d'une dimension politique et artistique rebelle.
Voir plus Voir moins
Vers un mouvement social urbain poétique ?
Christy (Chryssanthi) PETROPOULOU
Vers un mouvement social urbain poétique ? Une étude à México
L’HARMATTAN
© L'HARMATTAN, 2010 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-11453-1 EAN : 978229609114531
Remerciements Après onze ans de réflexions sur les mouvements sociaux urbains, il est difficile de trouver les mo ts pour remercier tous ceux qui ont contribué à la création de cette étude. Avant tout, je veux remercier les habitants de la ville Nezahualcóyotl et les Poètes en Construction qui m’ont reçu dans leur groupe entre 1996-1997 à laColonia las Maravillasm’ont enseigné la poésie en action ; plus et particulièrement, Porfirio Garcia, Kuitlahuak Macias , Julio Vulcano, Miguel Pineda, Juana Vazquez, Rosa-Maria Aldana, Ricardo Medrano, Raymundo Colin, Filadelfo Sandoval et surtout le peintre muraliste Alfredo Arcos. Ce texte n’aurait pas vu le jour sans l’importante contribution de Simon Borja, ses corrections et ses conseils judicieux et sans l’amicale collaboration d'Isabelle Brocard qui a relu le texte. Je veux aussi remercier le mouvement des Zapatistes qui m’a incité à penser d’une autre manière la poétique des mouvements sociaux actuels, et bien sûr, les po ètes que j’ai rencontrés dans le « premier Forum Indigène » à San Christobal de las Casas et pendant les moments historiques des « dialogues » de San André, au Chiapas, au mois de janvier 1996.
7
Un grand merci aux nombreuses personnes qui m’ont aidé à mieux comprendre les mouvements sociaux urbains et la problématique urbaine de México : ent re autres, les professeurs Pedro Moctezuma, Andres Bareda, César Cisneros, Daniel Hiernaux et les membres des groupes participant aux mouvements sociaux urbains de México, Jaime Reyo de la UPREZ, Fernando de laEscuela de Santo Domingo-Coyoacan, Carlos du mouvement de Tepoztlan, Super Barrio de l’Asamblea de Barrios- Patria Nueva, Maria du mouvement Fransisco Villa, le group e de FZLN de Iztapalapa, les mouvements sociaux de México, d’Atenco et d’ Oaxaca et de nombreux autres. Un grand merci au groupe d’information alternative sur l’Amérique LatineAlana, ainsi qu’aux étudiants et aux professeurs de l’École d’Aménagement de l’Universit é Aristote de Thessalonique (Veria) qui cherchent encore la poésie dans leur vie. Je les remercie tous comme je remercie toute personne qui va lire ce petit texte.
8
Introduction Dans cette étude, nous proposons une réflexion sur la potentialité de création d'un mouvement social urba in poétique dans les « quartiers d'origine spontanée ». Cette réflexion est enrichie par l'étude des positions et pratiques des Poètes en Construction de la « ville Nezahualcóyotl » (autrement dit Netzahualcóyotl ouCuidad Neza)une municipalité située à la Région Métropolitaine de México. Pour comprendre cette relation, nous adoptons la définition des « arts de la rue » plutôt que celle « d’art dans la rue » (d’après Chaudoir, 2000) et par prolo n-gement, nous préférons dire « arts du quartier » pl utôt qu’ « arts dans le quartier » pour signifier aussi que la rue et le quartier ne sont pas de simples décors contin gents pour les actions de ce groupe, mais « des polarités grâce auxquelles et par lesquelles se fonde ce mouvement spécifique » (Borja, 2008). Dans une première approche, nous partons d'une problématique concernant la ville et nous nous dirigeons vers une autre concernant l'art de la rue : nous cherchons à comprendre l'influence de « la poétique de la ville » sur les Poètes en Construction. Dans une seconde approche, nous partons d'une problématique concernant l'art de la rue pour arriver à une autre concernant la ville.
9
Adoptant alors un point de vue sociologique plus large (Castels, 1983/1986), ces deux niveaux nous permettront de saisir les relations établies entre les habitants de ces quartiers et ce groupe. Si ce dern ier participe en effet à la génération d’un mouvement social poétique à México, nous chercherons alors à établir si l’empreinte laissée dans la « mémoire collective » (Galeano, 2004) par le contexte présent et passé des mouvements sociaux urbains et culturels, joue un rô le dans les relations qui s’établissent avec les habit ants de Nezahualcóyotl. Les méthodes utilisées pour cette étude reposent sur des analyses effectuées à partir d’observations par tici-pantes dévoilées et d’entretiens semi-directifs couplés à l’étude de textes écrits par et/ou pour ce groupe. Nous avons participé aux activités de celui-ci entre 1996 et 1997 et nous avons suivi à distance cette activité durant sept ans (1997-2004). Parallèlement, nous avons étudié les changements urbains touchant la ville de México et plus particu liè-rement la municipalité de Nezahualcóyotl, ainsi que d’autres qui regroupent de nombreux quartiers d’origine spontanée (Petropoulou, 2003) et nous avons effectué une recherche sur les mouvements sociaux urbains de México (Petropoulou, 2006). Finalement, nous avons effectué des recherches aléatoires dans des journaux (300 titres de journaux tirés au hasard dans les journauxExelsior,Uno Más Uno, Reforma etLa Jornada1985 et 2005) concernant la entre
10