Visions

De
Publié par

Pendant cette perte de temps, Les possibilités de l'homme, S'estompent très, très lentement, Se flétrissant telle une pomme!

Publié le : jeudi 13 mars 2014
Lecture(s) : 25
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342020601
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342020601
Nombre de pages : 60
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Vincent Pierret VISIONS
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France IDDN.FR.010.0119236.000.R.P.2013.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2014
à Faby (ma petite femme…)
Remerciements - Michelle Tavier - Michel Gouverneur - Frédérique Bréda (photos) Pour leur aimable participation
VISIONS
Dans trop de monastères, Dieu est le seul témoin, D’actes crus, trop pervers, Pratiqués avec grand soin !
Au soleil et de plein jour, Certains moines sont pâles, De porter des péchés lourds, Rendant leur esprit sale.
Tourmentées par les pensées, Des pénétrations rectales, Les âmes semblent enivrées, Attendant dans la nuit fatale.
Certains sont fortement contraints, D’autres, forcément, contraignent. Et si l’on n’était pas humain, On dirait : « Le malin règne » !
9
VISIONS
L’homme sur scène, Vivant ses chansons, Décrit sans peine, Et avec émotions !
Dans son costume sobre, Dépeint fièrement la vie. Sans gêne, sans opprobre, On voit ses yeux qui brillent.
En face à face avec son micro, Il invite passionnément les gens, De ses bras tendus qui ne sont gros, Et nous apprend à être aimant.
Rapidement dégoulinant de sueur, Brel explique aux hommes pas assez enfants, Qu’ils sont la seule et unique pâle lueur, D’un monde qui se veut être bien trop grand.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Ecritures simples

de editions-persee

Taciturne

de editions-edilivre

La tendresse du monde

de editions-flammarion

suivant