Poison

De
Dès sa plus tendre enfance, Andréanne se verra bousculée et battue par son père alcoolique et elle sera mal défendue par sa mère soumise. Très tôt écartelée entre l’amertume du passé et la crainte de l’avenir, elle s’engagera dans une fuite où l’alcool et la drogue seront ses seuls alliés. Éventuellement, elle se donnera les moyens de sortir de cet enfer et prendra en mains ses responsabilités et son destin.
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782894235621
Nombre de pages : 216
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Poison
Du même auteur
Le soleil se lève au Nord, Prise de parole, 1997 [1991].
Le Trappeur du Kabi, Prise de parole, 1993 [1981].
La Vengeance de l’orignal, Prise de parole, 1995 [1980].
Ce livre a été écrit grâce à un congé accordé à l’auteur par le Collège Universitaire de Hearst.
Extrait de la publication
DoricGermain
Poison
Roman
Prise de parole Sudbury Nouvelle édition 2001
Extrait de la publication
Données de catalogage avant publication (Canada) Germain, Doric, 1946  Poison
ISBN 2894231237
I. Titre.
PS8563.E675P64 PQ3919.2.G47P64
2001 2001
C843’.54
C20019303483
Distribution au Québec: Prologue1650, boul. LionelBertrand • Boisbriand(QC) J7H 1N74504340306
Ancrées dans le NouvelOntario, les Éditions Prise de parole appuient les auteurs et les créateurs d’expression et de culture françaises
au Canada, en privilégiant des œuvres de facture contemporaine. La maison d’édition remercie le Conseil des Arts de l’Ontario, le Conseil des Arts du Canada, le Patrimoine canadien (programmes Développement des communautés de langue officielle et Fonds du livre du Canada) et la Ville du Grand Sudbury de leur appui financier.
Conception de la couverture : Max Gray, Gray Universe
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.
Imprimé au Canada.
Copyright © Ottawa, 2010 Éditions Prise de parole C.P. 550, Sudbury (Ontario) Canada P3E 4R2 http://pdp.recf.ca
ISBN 2894231237 ISBN 9782894233559 (Numérique)
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
CHAPItRE I
Andréanne vit le jour à la maison comme l’avaient déjà fait d’ailleurs ses deux frères et sa sœur plus âgés. Il y avait plusieurs bonnes raisons à cela : la famille demeuraiT au fond d’une concession à quel-que vingT kilomèTres de la ville eT une TempêTe de neige assez précoce pour ce 22 octobre rendait les chemins peu praticables. De plus, son père avait bu plus que de raison pour se calmer les nerfs: c’était son remède contre les émotions fortes et aussi les faibles, les décepTions, les joies, les maux de TêTe ou de reins, le rhume, la grippe et toutes les calamités que le ciel semblaiT se plaire à faire pleuvoir sur lui comme s’il les aTTiraiT en invoquanT dans un lan-gage à faire frémir, TouT ce qui se Trouve au paradis, devant la balustrade de l’église, et en plus forte concenTraTion sur l’auTel. De sorTe qu’il ne s’éTaiT pas senTi d’équerre à aTTeler eT que, par conséquenT, sa femme avait dû s’arranger comme elle avait pu avec l’aide d’une voisine. Voisine, c’esT beaucoup
7 Extrait de la publication
dire, parce qu’elle habiTaiT au moins à un kilomè-Tre eT demi de là (la campagne éTaiT peu peuplée) et Claude, le plus vieux des garçons, avait réussi à franchir les bancs de neige pour se rendre jusque chez elle. Quand je dis qu’Andréanne viT le jour à la maison, c’esT beaucoup dire aussi parce qu’elle était plutôt rudimentaire et délabrée l’habitation des Richard avec sa porTe de planches qui grinçaiT, ses murs de planches disjointes emplis de sciure de bois et son plancher de planches inégales — la planche avaiT dû êTre bon marché quelque vingT ans aupa-ravant. Pourtant Andréanne ne sembla pas s’en porter plus mal — ni mieux — et pleura dès son arrivée dans ce monde hosTile avec auTanT d’ardeur qu’elle l’eût fait entre les murs aseptisés de la salle d’accou-chemenT de l’HôpiTal NoTre-Dame. Elle éTaiT TouTe peTiTe, caracTérisTique qu’elle devaiT garder TouTe sa vie, quoiqu’à un degré moindre, cela va sans dire. Elle fut bientôt lavée, langée et déposée sans trop de ménagements dans la couchette où sa sœur avaiT dormi jusque-là eT qui, désormais, devenaiT la sienne. Sa sœur, Marie-Ange de son vrai nom mais que TouT le monde appelaiT trésor, prenaiT la cou-chette de Paul, plus longue d’un pied et Paul allait rejoindre, le soir venu, son frère Claude dont le lit était de toute façon assez large pour contenir deux gamins à condiTion que l’un des deux se couchâT sur le côté. Ainsi va la vie. La mère se leva bienTôT pour reTaper son oreiller eT replacer ses draps eT en profiTa pour meTTre une
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Asphalte et vodka

de les-editions-quebec-amerique

Rêve totalitaire de dieu l'amibe

de editions-prise-de-parole

Corbeaux en exil

de editions-prise-de-parole

Strip

de editions-prise-de-parole

suivant