Première année de grammaire française, ou Grammaire des commençants, abrégée de la 5e édition de la Deuxième année de grammaire française, par J.-J.-F. Bilon,...

De
Publié par

impr. de V. Mangin (Nantes). 1828. In-12, VI-114 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1828
Lecture(s) : 113
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 119
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

, r
PREMIÈRE ANNEE
DE
©lAMMMM
FRANÇAISE
Cette Grammaire se trouve chez les Libraires de
cette ville, et à l'institut-Pensionnat de l'Acteur,
rue Déshoulières, n* i.
Ou trouve aussi, aux mêmes adresses, les ouvrages
suivants :
Deuxième Année de Grammaire Française ou
Grammaire raisonnée, sixième édition.
Nouvelle Cacologie, troisième édition.
Arithmétique ancienne et décimale à rusage des
commencants.
NOTA. — fes dnx jÈrammares-rt -cettrmfiMlagie lOot faite* da
manière que, quotU^pîa. «ait l'édirfo*, nt foujoursi
et par conséquent les personnes qui les suimont n'auroot pas à craindre
de VOir, a chaque nouvelle édition, un ouvrage nouveau et une autle
méthode. - -
- 4 ■ i -
M. niLDN, aux fie%res dispoiiibîosj continue de
~r*WÉ" ffrrr leçons perticidiènes f sait eo
chez lui.
A il si -
q nl- 4 -
Les emeçabraires voulus par la loi ont été déposés ;
et je ne regarderai comme vrais que ceux qui seront
revêtus de ma signature.
,
PREMIERE ANNÉE
DE
GRAMMAIRE
FRANÇAISE,
0
OU
- GIPiAl'JJMAJllm
DES COMMENÇANTS*
iBRÉGÉ* DE LA SIXIÈME ÉDITION DB LA DEUXIÈMÈ ANNÉE
ABRÉGÉE DB LA SIXIÈME ÉDITION DE LA DEUXIÈNÈ A-,N Ë P,
D.
GRAMMAIRE FRANÇAISE;
CCI) 3. 3. (1;, (l '0
æu Û. û CJ'. ruIJ709,
MEMBRE DE PLUSIEURS SOCIETES ACADÉMIQUES, ET PROFESSEUR.
TR - IÈ TION I REVUE ET CORRIGÉE.
(S 1 ,,! - «ca--
V-\|y ,w
4 NANTES,
DE DU COMMERCE, CHEZ VICTOft MANGIN«
,"
1828.
? ~c~~rûcce~.
—————— .ia —————— -4
ON ne saurait trop familiariser les enfants avec le génie
de leur langue, et par conséquent on ne peut trop tôt
leur en mettre les principes sous les yeux. Mais ces
principes doivent être clairs , précis, certains et dé-
pouillés de ces raisonnements abstraits qui ne peuvent
que rebuter des esprits naissants, et, par là , nuire à
leur avancement ; enfm , on doit les leur présenter de
la manière la plus courte et la plus précise ; car plus
la leçon de l'élève sera courte et facile, plus il sera
disposé à l'apprendre : mais il est nécessaire, et même
indispensable, que le maître lui en donne l'intelligence;
en la lui expliquant, en la lui développant : ainsi le
veut la laborieuse et honorable profession qu'il a em-
brassée.
L'enfant, naturellement paresseux, qui ne sera pas
rebuté par la longueur du travail, prêtera" plus volon-
tiers l'oreille à ce qu'on lui dira, et goûtera d'autant
plus les explications, /les développements qui lui en
seront donnés , qu'il ne les aura pas trouvés dans sa
grammaire. Le travail sera sans doute plus pénible
pour le maître ; mais les progrès de l'élève l'en dé-
dommageront.
Cette grammaire; qui est l'abrégé de la sixième édi-
tion de ma deuxième année de grammaire française, en
contient tous les articles, soit dans les formes, soit
dans la syntaxe des dix parties du discours. Aussi
l'enfant, de même que les personnes à qui le temps
ou la mémoire ne permet pas de faire de longues études r
qui se sera bien familiarisé arec cette grammaire, aura
une connaissance assez exacte du génie de sa langue,
sera en état d'entendre facilement ma deuxième
année de grammaire , et pourra se perfectionner
sans éprouver aucune difficulté. D'ailleurs, l'étude 4e
la troisième édition de ma Cacelogic, qui peut se faire
également avec la grande au avec la petite grammaire,
imprimera tellement les règles dans la mémoire, qu'il
sera impossible qu'on ne connaisse pas à fond une langue
dont nous nous servons continuellement, et qui est
une des plus riches, une des plus belles de l'Europe;
tnfin, une langue qui devient, pour aimi dire, uni-
yerselle par son utilité et par les chefs-d'œuvres qu'elle
a produits.
Heureux, si je puis avoir atteint au but que je me
suis proposé, être de quelque utilité en sortant de la
routine ordinaire, et avoir par mon travail et par mon
zèle quelque droit à l'estime de mes compatriotes t
PREMIERE ANNÉE
DE
GlaAMMAlllhI&
FRANCAISE
0
OU
GRAMMAIRE
DES COMMENÇANTS.
=g
La Grammaire est la science de la paro l e : elle
La Grammaire et la science de la parole: elle
enseigne à connaître les mots qui composent
un discours, les changements qu'ils subissent,
les rapports qu'ils ont les uns avec les autres,
et la place qu'ils doivent occuper. Nous traite-
rons successivement de ces différentes parties.
DES LETTRES.
Notre alphabet est composé de vingt-cinq
lettres : six voyelles et dix-neuf consonnes, qui
sont toutes muettes, à l'exception de a, e, i,
o, u, y, et toutes masculines, d'après la pro-
nonciation raisonnée.
2 DES LETTRES.
Les voyelles sont a, e, i, o, u,y. Elles sont
ainsi appelées, parce qu'elles n'exigent, quand
on les prononce, aucun mouvement des lèvres
- ni de la langue.
Les voyelles sont susceptibles de différents
sons, et cela par l'addition de petits signes
appelés accents. Ces signes sont l'accent aigu (r),
qui se prononce la bouche fermée; l'accent
grave (1), qui se prononce la ibouche un peu
ouverte, et l'accent circonflexe (*), qui se pro-
nonce la bouche très-ouverte. Par conséquent
les voyelles sont longues ou brèves.
Nous avons deux sortes d'a: l'a bref et rd
long.
A est bref et ne prend point d'accent, comme
dans place, table, aimable , admirable.
A est long et prend l'accent circonflexe,
comme dans idolâtre, folâtre, théâtre, opiniâtre,
jaunâtre.
Nous avons quatre sortes d'e : l'e muet, l'é
fermé, l'è un peu ouvert et l'e très-ouvert ou
long.
E est muet et ne prend point d'accent, comme
dans rebelle, femelle, craie, utile ,féuille.
E est fermé et prend l'accent aigu, comme
dans vérité, dégénéré, révére, piété.
E est un peu ouvert et prend l'accent grave,
comme dans père, colère, procès, excès, succès.
E est très-ouvert ou long et prend l'accent
circonflexe, comme dans extrême x suprême,
diadéme, tête, fête.
DES LETTRES. 3
Nous avons deux sortes d'i: IV bref, l'i long.
I est bref et ne prend point d'accent, comme
dans étui, ennui, lui, ennemi.
1 est long et prend l'accent circonflexe, comme
dans gtte, vite, nous vimes, nous écrivîmes.
Nous avons deux sortes d'o : l'o bref et l'a long.
0 est bref et ne prend point d'accent, comme
dans opinion, opération, occasion.
O est long et prend l'accent circonflexe,
comme dans apôtre, le nôtre, le vôtre, côte.
Nous avons deux sortes d'u : Vu bref et Xu
long.
U est bref et ne prend point d'accent, comme
dans unique, humeur, humanité. N
U est long et prend l'accent circonflexe,
comme dans flûte, bûche, nous bûmes.
Sur les voyelles e, i, u, on met quelque-
fois deux petits points ( ) appelés tréma. Ces
points ne donnent aucun son à ces voyelles,
ils servent seulement à marquer que ces voyelles
doivent être prononcées séparément de celles
qui les précèdent, comme dans les mots Noël,
Israël, Moïse, aïeul, faïence, canzaieu, Saul,
Esaü.
Ly grec, en français, vaut généralement
deux i, comme dans les mots citoyen, moyen,
paysan; mais, dans les mots qui viennent du
grec, il n'en vaut qu'un, comme dans les mots
physique, physiologie, synonyme.
Les consonnes sont b, c, d, f, g, h, j,
Ii, l, m, n, p, q, r, s, t, v, x, z. Elles
sont ainsi appelées, parce qu'elles expriment
4 DES MOTS, DES SYLLABES ET DES DIPHTHONGUES.
le résultat de la modification que donne à l'air
l'action ou 4e tùouvement de quelque organe
particulier de la parole.
DÈS MÔTS„
7 DES SYLLABES ET DES DIPHTHONGUES.
Avec les voyelles et les consonnes,-on ferme
les syllabes et les mots. Par syllabe", on entend
l'énonciation d'une ou de plHsieurs lettres par
une seule émission de voix, comme cœur..Par
mot, on entend l'énonciation. d'une ou de
plusieurs syllabes. - 1
Par conséquent nous avons des mots d'nne
syllabe, comme pain, vin, .bien, rien, choix,
et que, pour cela., on (appelle nuoiwsytidbes;
et d'autres composés de plusieurs syllabes,
comme vérité, sincérités et que, pour cela, on
appelle polysyllabes.
On appelle diphthongue une syllabe qui .fait
entendre le son de deux voyelles, par line
seule émission de voix, comme dans Dieux
mieux, pied, fiole, niais.
Les diphthongues se divisent en simples,
en composées et en nasales.
VALEUR DES MOTS DA TUS LE, DISCOURS
- Vous avons dix espèces de mots -dans le
- discours : le nom, le pronom, le verbe, Xad-
jectif, l'article, la préposition, l'adverbe. La con-
jonction, l'interjection et l'expression abréviative
MODÈLE DE LA PETITE.ANALTSE GRAMMATICALE. 5
om im particule. Nous dirons nous appliquer à
reconnaître à la première vue la valeur de chaque
mot, en faisant des analyses d'après le modèle
qui suit.
MODÈLE
DE LA PETITE ANALYSE GRAMMATICALE.
J. LED1 DES AJlIÊVJ¿TIOlU EJfPLOT-iE MHS CETTE ANALYSE,
Ai., adjectif. Inlerj. interjection.
AHiL. adveibe* Prép.. préposition.
A?t.. articfe. Pron.. pronom.
Conj. conjpnCtipn. Sub. subsiautif.
- Exp.. expvessionabrévialive. Y. verbe.
art, sub. - prép. art. sub. v. art. sub. prép. art. sub,
La raison dans mes vers conduit l' hounue à la foi.
pron. t. proo. pron. adj. art. sub. prép. pron.
C' <:::t elle qui, portant son flambeau devant moi ,
pron. t. piég. v. art. sub. adj.
M* encourage à chercher mon appui véritable,
pron. Y. prép. pron. v. conj. pron. pron. v. adj.
M .a à le connaître et me le rend aimable.
adj. spb. adj. sub. adi. sub.
Faui sages, faux savants, indociles esprits,
ait. suL. adj. sub. v. art. suli.
En moment, fiers mortels, suspendez vos mépris.
art. sub. v. pron. v. v. art. sub.
La Faison, dites-vous, doit être notre guide.
prtf>. adj^*nrt_ suh, adv. art. snb. v,
A tous mes pas aussi cette raison préside.
N¿p. art. adj. sub. proa. pron. V. T.
^Bfc_la divise loi que vous osee braver,
r ,. pron. aJj. adv. pron. v. pron. t.
C est e lle-même ici qui va me captiver,
conj. prép. adj. art. sub. -pron. proa. v. prep pi on. pron. Y.
Et parle à tous les coeurs-qu' elle invite à s' y rendre:
jjron. e*DJ. pron- pron. IV. v. conj. pron. v.
Vous donc qui la maniez-, daignez du moins l1 entendre.
6 DU NOM.
DU NOM.
Le nom est un mot qui nomme une per-
sonne ou une chose, comme Alexandre, Paris,
Lyon, César, maison, lion.
Le nom peut être ou propre ou commun.
On appelle nom propre celui qui ne convient
qu'à une seule personne ou à une seule chose,
comme Paris, Nantes, Auguste, la France.
On appelle nom commun celui qui convient
aux objets de la même espèce, comme maison,
tableau, homme, lion, chapeau.
Le nom commun se divise en collectif général
et en collectif partitif.
On appelle collectif général le nom qui
exprime la réunion de plusieurs objets dont
on fait un tout, comme armée, peuple, forét.
On appelle collectif partitif le nom qui
n'exprime qu'une portion d'un collectif gé-
néral, comme le quart, la moitié, une troupe
deune quantité de.
DES FORMES DU NOM.
Le nom peut être ou singulier ou pluriel.
Le nom est singulier lorsqu'il ne désigne
qu'une seule personne ou qu'une seule chose, ,
comme la table, la maison, la femme, la porte,
le chien.
Le nom est pluriel lorsqu'il désigne plusieurs
personnes ou plusieurs choses, coramq les tablesf
les maisons, les femmes, les portes, les chiens.
DU SIGNE DU PLURIEL DANS LES NOMS. 7
a
Les noms sont masculins ou féminins.
Le nom est masculin lorsqu'il désigne le
île, comme le cerf; le lion, le mouton.
Le nom est féminin lorsqu'il désigne la
melle, comme la biche, la lionne, la brebis.
Dans les dix espèces de mots, il y en a
nq qui varient, c'est-à-dire, qui sont suscep-
oles de changer de formes, et cinq qui ne
irient point, c'est-à-dire , qui n'éprouvent
icun changement.
Les variables sont le nom, le pronom, le
erbe, qui ne varie qu'en nombre, l'adjectif
; X article.
Les invariables sont la préposition, V adverbe,
1 conjonction, l interjection et t expression abré-
iltive ou la particule.
DU SIGNE DU PLURIEL DANS LES ÎVOMS.
Le signe du pluriel, dans les noms, est la
1 lettre s ajoutée au singulier, comme la vertu,
?s vertus; l enfant, les errants; la mère, les mères.
EXCEPTIONS.
"10 Les noms terminés par s, x, z, ne prennent
ien au pluriel, comme un bras, des bras;
-n bois, des bois; une croix, des croix; un
ez, des nez; un poids, des poids.
!il> Les noms terminés par au, eu, ou,
irennent la lettre x au pluriel, comme un
huteau, des châteaux; un chou, des choux;
'n feu, des feux.
8 DU SIGNE DU PLURIEL.
Il faut excepter de cette règle bleu, clou,
cou, écrou, filou, loup-garou, sou, trou, qui
prennent la lettre s au pluriel.
3° Les noms terminés par al ou par ail,
font aux au pluriel, comme un animal, des
animaux; un cheval, des chevaux; un travail,
des travaux; un soupirail, des soupiraux.
Il faut excepter de cette règle, cal (durillon),
bal, carnaval, régal, sérail, détail, éventail,
attirail, épouvantait, camail, portail, poitrail;
gouvernail, travail (endroit où l'on met les
chevaux vicieux pour les panser ou pour les
ferrer ), qui prennent la lettre s au plurieL
4° Les noms venus des langues étrangères,
et auxquels on n'a pas donné la physionomie
française, ne prennent rien au pluriel, comme
un alibi, des alibi; lin alinéa, des alinéa; un
duo, des duo; un quiproquo, des quiproquo ;
l. n pensum des pensum.
Il faut excepter de cette règle débet, placet,
factum, zéro, numéro,parfum, opéra, auxquels
r Académie ajoute la lettre s au plurieL
5° Les noms aïeul, œil, ciel, font, au pluriel,
aïeux, yeux, cieux.
Il faut excepter ciel, qui prend la lettre s
au pluriel, quand il se dit du haut d'un lit
ou d'un tableau : on dit : des ciels de lit, des ciels
de tableau. OEil prend aussi une s au pluriel,
.en terme d'architecture, on dit : des oeils-de-
hçeuf. Lorsque le mot aieul signifie grand-père,
il prend la lettre s au pluriel. On di.t : ses aïeuls,
ses trisaïeuls étaient illustres.
DU SIGNE DU PLURIEL. <J
6° Lorsqu'un nom el un adjectif ne forment
qu'un seu l nom , qu'on appelle, pour cela,
composé, ils prennent tous les deux la marque
du pluriel, comme un bout-rimé, des bouts-
rimés ; un arc-boutant, des arcs-boutant.
Quand un nom et une préposition ou un
verbe forment le nom composé, le nom seul
prend la marque du pluriel, comme une
arrière-pensée, des arrière-pensées ; un avant-
Coureur, des avant-coureurs.
Mais lorsque deux noms séparés par une
préposit ion furment le nom composé, le premier
seul prend la marque du pluriel, comme un
arc-en-ciel, des arcs-en-ciel; un œil-de-bœuf,
des œils-de-bœuf.
, Les noms propres ne prennent point le
signe du pluriel, quand ils servent à désigner
les individus d'une même famille. Ainsi on
doit dire, sans la marque du pluriel : les
Corneille, les Racine, les Boileau, se sont
immortalisés.
Mais ils prennent la marque du pluriel,
quand, par comparaison, ils sont employés
comme noms communs. Ainsi on dira : les
Corneilles, les Racines, les Boileaux, sont rares
aujourd'hui.
Bien des noms, en français, ne s'emploient
qu'au pluriel, tandis que d'autres ne s'emploient
qu'au singulier.
Ceux qui ne s'emploient, qu'au pluriel sont:
ancêtres, broussailles, funèraillasypleursy mœurs,
pincettes, moucheltes, etc.
10 - DU GENRE DANS LES NOMS.
Ceux qui ne s'emploient qu'au singulier sont:
i- Quelques mots venus du latin, comme
agenda, maximum, llzinimllm.
2° Ceux qui marquent les différents âges
de la vie, comme l'enfance, l'adolesçence, la
jeunesse, la vieillesse. 1
3° Ceux des vertus et des vices, comme
rorgueil, la vanité, la ifdélité.
4° Ceux des arts et des sciences, comme la
physique, l'astronomie, la peinture.
5° Ceux des métaux, comme Vor, l'argent
Mais, si ces métaux sont travaillés, on peut
leur donner un pluriel, comme le vrs de
couleur, des fers cassants. --
6° Ceux des besoins7i compne le faim, la
sofi, le sommeil. ..-. - -
, 70 Lès verbes pris substantivement, comme
le boire, le mangery le lever. -.
8° Les adjectifs pris substantivement, comme
le beau, le vrai, l'utile.
DU GENRE. DANS LES NOMS.
Le genre dans les noms se reconnaît à l'artic l e.
Le genre dans ls noms se reconnaît à l'r-tilt'
Lorsqu'on peut mettre devant uti nom l'article
le ou un, ce. nom est masculin. -
Lorsqu'on peut mettre devant un nom l'article
la ou ÍÚze, ce nom est féminin.
Si ce moyen ne suffit pas, il faut consulter
le dictionnaire.
DU GENRE DANS LES NOMS. 1 1
Remarquons- qu'amour, orgue, délice et
œuvre sont du genre masculin au singulier,
et du genre féminin au pluriel.
Amours, petit groupe de figures, est toujours
masculin : voilà de jolis amours. ,
OEuvre, quand il signifie bonne action, est
du genre féminin : il fait une bonne œuvre.
: Enfant est du genre masculin quand il se dit
d'un garçon, et du genre féminin quand il se
dit ¿june filler
Dans les noms de beaucoup d'animaux, on
a trouvé inutile. de distinguer les sexes : on a
créé seulement des noms ou masculins ou fémi-
nins pour désigner à-la-foisle mâle et la femelle.
Aigle, renard, saumon, rat, sont masculins,
et se disent également du mâle et de la femelle.
Souris, araignée, mouche, sont féminins, et
se disent également du mâle et de la femelle..
Il y en a encore d'autres dont L'acception
varie le genre.
Couple est masculin lorsqu'il se dit de deux
époux, de deux amants, comme c'est un couple
heureux., un couple bien assorti..
Couple est féminin quand il se dit de dé ira
-choses pareilles, comme une couple de poulets ,
de pigeons, de souç., - - 1
Exemple est féminin quand il se dit d'uni
modèle d'écriture, comme cette exemple est biew
écrite.
Exemple est masculin quand il signifie prin-
cipe moral, comme il faut donner le bon exemple,
J 2 DU PRONOM.
DU PRONOM.
* Le pronom est un mot "variable qui repré-
sente le nom, qui en tient la place.
Il y a trois personnes dans les pronoms :
la première, la seconde et la troisième.
La première personne est celle qui parle,
comme je, rne , moi, nous. ,
La seconde personne est celle à qui l'on;
parle, comme tu, te, toi, vous.
La troisième personne est celle de qui L'on
parle, comme il, ler ils,, eux, elle, la, elles,
les, lui, soif leur, qui, que, dont, quoi.
, Parmi les pronoms, il y en a. qui repré-
, sentent les- objets agissants,, et d'autres les
objets- sur lesquels on agit..
Les premiers, c'est-à-dire, ceux qui agissent,
s'appellent pronoms sujets; et les autres, c'est-
à-dire, eux- sur lesquels on agit, s'appellent
pronoms régimes ou compléments directs ou
compléments indirects.
Le nom ou. le pronom sujet répond à la ques-
tion qui est-ce qui? Les pronoms compléments
directs sont ceux qui répondent à-la question
qui? pour les personnes;. quoi? pour les-choses.
- Les pronoms compléments indirects sont
-ceux qui répondent aux questions à qui? à
quOl. quand? comment..
DU VERBE. t3
DU VERBE,
Le verbe est un mot qui exprime l'existence
des êtres, et qui sert à lier l'adjectif au nom
ou au pronom : on l'appelle mot-lien ou verbe
substantif', ou simplement verbe être, comme
suis, êtes, sont.
Lorsque le verbe être est fondu avec une
qualité, de manière à ne former qu'un seul
mot, on l'appelle verbe adjectif. Aimer, aider,
chanter, finir sont des verbes adjectifs, parce
qu aimer, par exemple, signifie être aimant.
Nous avons deux sortes de verbes adjectifs :
le verbe adjectif actif et le verbe adjectif neutre.
Un verbe adjectif est actif quand il a un
complément direct, comme aimer le travail ;
honorer Dieu.
Un verbe adjectif est neutre quand il n'a
pas de complément direct, comme dormir,
régner, tomber.
Nous avons aussi des verbes passifs : on
donne ce nom à une qualité passive liée à son
sujet par le verbe être, comme je suis aimé,
nous sommes instruits.
Les verbes adjectifs peuvent être réfléchis
ou réciproques.
On appelle verbes réfléchis et verbes réci-
proques ceux qui se conjuguent avec un nom
ou avec un pronom sujet et un pronom
complément direct ou indirect, représentant
le sujet, comme nous nous aimons; vous vviis
écriez ) ils s'instruisent.
*
j4 DES VARIATIONS DA.NS LES VERBES.
Lorsque le pronom il, sujet d'un verbe, ne
représente qu'un objet vague, il est impersonnel,
et le verbe s'appelle alons impersonnel ou
monopersonnel, comme il pleut ;. il fait froid ;
il est neuf heures; il neige.,
Lorsque le yerJîe nvmr ét le-verbe être servent
à former les temps composés des autres verbes,
ou les appelle auxiliaires.
DUS V A RIONS DANS LES VERBES.
-Les verbes ont "lies modes et des temps.
Il y a six môdes dans un verbe : l'infinitif,.
: le participe, lindicatif, le conditionnel, le sub-
.jonctf iet V impératif ;
L'infinitif et le participe ont irois temps :
le présent, le passé et le fttur.,
L'indicatif a huit temps : le présent, T imparfaitr.
le prétérit définiy le prétérit indéifni, le plusque-
parfait, le prétérit antérieur, le futur et le futur
antérieur.
Le conditionnel a trois temps : le présent et
deux manières dexprimer le passé.
- Le subjorœtii a quatre temps : le présent r
l'imparfait, le prétérit et le prétérit antérieur.
L'impératif n'a que trois, personne^.
Nous avons quatre conjugaisons : la première
comprend tous les verbes terminés par er,
comme aimer. - -
- La secondé, comprend tous les verbes ter-
minés par ir, comme finir.
La troisième comprend tous les verbes ter-
minés par oir comme recevoir..
TABLE DES TEMPS PRIMITIFS. l5
La quatrième comprend tous les verbes
terminés par re, comme rendre.
- Outre ces quatre conjugaisons, il y a encore
des nuances, comme on va le voir au tableau
des temps primitifs (1). - .- -
TABLE DES QUATRE CONJUGAISONS
ET DES TEMPS PRIMITIFS.
Infinitif Participe participe Indicatif Prétérit-
préSfml. présent. jfassé. présent. défini-
PREMIERE CON-JUGAÎSON.
Aimer. aimant. aimé, e. j'aime. tu aimas.
DEUXIÈME COMMGAISON.
Finir. finissant. finij. C". je finis, - tu finis.
'Sentir. sentait, nti, e. je.sens. tu sentis.
Courir. courant. couru, e. je cours. tu courus.
Souffrir. souffrant, séuifiei t, e. je souffre. tu sotiffris.
TROISIÈME 'CONJ"UGAISON.
Pourvoir, pour voy^Lni. pourvu r e. je pourvois, tu pourvus.
QUATRIÈME CONnJGAISOIf
Rendre. rendant. rendu, e. - je renfls. tu rendis.
conduire, conduisant, conduit, e. je conduis, tu conduisis
Ecrire. -ecnvant. - écrit, é. j'écris. tu écrivis.
Plaindre. plaignant, plaint t e. je plains. tu plaignis.
Dans ces quatre conj ugaisons, il y a des verbes
réguliers, des irrégurirs et des défectueux.
Un verbe est régulier lorsquil forme ses temps
régulièrement des temps primitifs ou du tronc.
Un verbe est irrégulier lorsqu'il ne forme pas
ses temps régulièrement des temps primitifs
ou du tronc. -
Un verbe est défectueux lorsqu'il lui manque
des temps ou quelques personnes de ses temps.
(1) On appelle temps primitfis lell dont les autres soDt- foyaiés.
16 DE LA FORMATION DES TEMPS.
Lorsque là première personne du singulier
du présent de l'indicatif se termine par un
e, la seconde - prend une s, et la troisième
s'écrit comme la première, comme j'aime, tu
aimes, il aime.
Lorsque la première se termine par une. s
ou par un x, la seconde s'écrit comme la
première, et la troisième change l's ou 'l' x en
t, comme je vois, tu vois, il voit; je veux, tu
veux, il veut.
Lorsque la première personne se termine par
es, fis, ts, la seconde s'écrit comme la première,
et à la troisième on retranche l's, comme je
vaincs, tu vaincs, il vaincs je rends, tu rends,
il rend; je lats, tu hats,, il bat.
Les trois personnes du pluriel du présent de
l'indicatif se forment du participe présent, en
changeant ant en ons-, ez, ent, comme aitnant,
qui fait nous aimons, vous aimez, ils aiment ( i
Les verbes qui ont un y grec au participe
présent, le changent en i aux trois personnes
du singulier età la troisième personne du pluriel;
comme payant, qui fait je paie, tu paies, il paie y
ils paient.
Cette règle se suit au présent du subjonctif et
à l'impératif.
M) Je ne parle point dans cette Grammaire des irrégu-
larites des temps ; ou les trouvera dans ma seconde année
tio ^rammuue.
DE LA. FORMATION DES TEMPS. 17
Toutes les personnes de l'imparfait se forment
du participe présent, en changeant ant en ais,
aïs, ait, ions, iez, aient, comme aÙnant, qui fait
f aimais, tu aimais, il aimait, nous aimions,
vous aimiez, ils aimaient.
Les verbes qui ont un t au participe présent,
prennent deux i aux deux premières personnes
du pluriel, comme oubliant, qui fait nous
oubliions, vous oubliiez.
Les verbes qui ont un y grec au participe
présent, le conservent et prennent un /aux deux
premières personnes du pluriel, commepayant,
qui fait nous payions, vous payiez.
Les mêmes règles se suivent au présent du
subjonctif.
C'est du présent de l'infinitif que se forment le
futur et le conditionnel, en ajoutant à l'infinitif
ai, ({.II, a, OllS, ez, ont, pour le futur; ais, ais,
ait, ions, iez, aient, pour le conditionnel,
comme aimer, qui fait [aimerai, tu aimeras,
il aimera, nous aimerons, vous aimerez, iZr
aimeront, au futur; f aimerais, tu aimerair, il
aimerait, nous aimerions, vous aimeriez , ils
aimeraient, au conditionnel.
Tous les verbes qui ont uny grec à l'infinitif,
le changent en i dans toutes les personnes du
futur et du conditionnel, comme payer, qui
fait je paierai, tu paieras, etc.; je paierais, tu
paierais, etc.
Les verbes de la quatrième conj ugaison
perdent le final dans la formation du futur et
du conditionnel, comme rendre, qui fait je
f 8 DE LA CONJUGAISON DES VERBES.
rendrai,, tu rendras, etc.; je rendrals, tu
rendrais , etc.
Le présent du subjonctif se forme du parti-
cipe .présent, en changeant ant en e, es, e,
ions, iez-, ent, comme aimant, qui fait que
fainie, que tu aimes, qu'il aime, que nous
aimions, que vous aimiez, quils aimenL
L'imparfait du subjonctif. se forme régu-
lièrement , et sans exception, de la seconde
personne du singulier du prétérit défini, en
ajoutant à cette seconde personne se, ses, sions,
siez, sent; et la troisième personne du singulier
change la terminaison sse, de la première
personne, en t, et prend l'accent circonflexe,
comme tu aimas, qui fait que f aimasse, que
tu aimasses, qu'il aimât, que nous aimassions,
que vous aimassiez, quils aimassent.
L'impératif se forme de la première personne
du singulier du présent de l'indicatif et des
deux premières personnes du pluriel, en ôtant
les pronoms je, nous, vous, comme l'aime.
nous aimons, vous aimez, qui font aime,
aimons, aimez.
Les temps composés se forment du participe
passé du verbe que l'on conjugue joint à un des
temps de l'auxiliaire avoir ou de l'auxiliaire être.
DE LA CONJUGAISON DES VERBES.
Avoir et être servant à former les temps
composés des autres verbes, il est juste de
commencer nos exercices par deux verbes,
quoiqu'ils soient très-irréguliers.
CONJIGAIÔ©}' t> £ £ VESfîE^î 1 9
3
Co>it Maison du erbe AT'OIR.
MODE INFINITIF.
P résolut.
Avoir.
Passé.
Avoir eu.
Fulur.
De voir avoir.
L'CD 2 PARTICIPE.
Présent ou actif.
Ayant.
Pa'sé.
En, eue:
Futur.
Devant avoir.
MODE INDICATIF.
Présent.
J'ai ,
Tu as,
Il ou elle a,
Nous avons,
Vous avez,
Ils ou elles ont.
Imparfait.
J'avais,
Tu avais,
Il ou elle avait,
Nous avions ,
Vous aviez
,
Ils ou elles avaient.
Prétérit défini.
J'eus ,
Tu eus,
Il ou elle eut,
Tsous eûmes,
Vous eûtes
Ils ou elles eurent.
Prétérit indéfin'.
J'ai eu,
Tu as eu,
Il ou elle a el,
Nous avons eu,
Vous avez eu,
Ils oit elles ont eu.
Plusque-parfait.
J'avais eu,
Tu avais eu,
Il ou elle avait eu,
Nous avions eu,
y ous av iez eu,
Ils ou elles avaient en.
Prétérit antérieur.
J'eus eu;
Tu eus eu,
Il ou elle eut en,
Nous cernes en,
Vous eûtes eu,
Ils ou elles curent etu
Futilr.
J'aurai,
Tu auras,
Il ou elle aura,
..:.\ ou" aurons,
20 CONJUGAISON DES VERBES.
Vous aurez,
Ils ou elles auront.
Fulur antérieur.
J'aurai eu ,
Tu auras cu,
Il ou elle aura eu,
Nous aurons eu,
Vous aurez eu,
Ils ou elles auront eu.
MODE CONDITIONNEL.
Présent.
J'aurais,
Tu aurais,
II ou elle aurait,
Nous aurions ,
Vous auriez,
Ils ou elles auraient.
Passé.
J'aurais en,
Tu aurais en,
Il ou elle aurait eu,
Nous aurions eu,
Vous auriez eu,
Ils ou elles auraient eu.
Ou
J'eusse eu ,
Tu eusses eu,
Il ou elle eût eu ,
Nous eussions eu,
Vous eussiez eu,
Ils ou elles eussent eu.
MODE SBJONCTIF.
Présent.
Que j'aie,
Que tu aies,
Qu'il ou qu'elle ait.
Que nous ayons,
Que vous ayez,
Qu'ils ou qu'elles aient.
Imparfait.
Que j'eusse,
Que tn eusses,
Qu'il ou qu'elle eût,
Que'nous eussions,
Que vous eussiez,
Qu'ils ou qu'elles eussent.
Passé.
Que j'aie eu,
Que tu aies en,
Qu'il ou qu'elle ait eu,
Que nous ayons eu,
Que vous ayez eu,
Qu'ils ou qu'elles aient eu.
Prétérit antérieur.
Que j'eusse eu,
Que tu eusses eu,
Qu'il ou qu'elle eût en,
Que nous eussions en,
Que vous eussiez eu.
Qu'ils ou qu'elles eussent eu.
MODE IMPÉRATIF.
Aie,
Ayons,
Ayez.
.■COXJUGAHOS 13Î3 JVÏUBES. 21
CoMUGÂlSOÎf Dff
MODE INFINITIF*
Présent. j
Etre.
Passé.
Avoir été-
Futur.
Devoir être.
MODE PARTICIPE.
Présent.
Étant.
Passé.
Ayant été.
Futur.
Devant être.
MODE INDICATIF.
, Prisent.
Je sais,
Tu es,
Il est,
Nous sommes,
Vous des ,
Ils sont.
Imparfait.
J'étais,
Tu étais ,
11 était,
Nous étions
Vous étiez,
Ils étaient.
VERBE HTHh.
Prétérit défini.
Je fus,
Tu fns,
Il fut,
Nous GltllrS"
Vous fûtes,
Ils furent.
Prétérit indéfini.
J'ai été,
Tu as été,
Il a été,
No-is avons été,
Vous avez été ,
Ils ont été.
Plusque-parfait.
J'avais été ,
Tu avais été,
Il avai t été,
Nous avions été,
Vous aviez été,
Ils avaient été.
Prétérit antérieur.
J'eus été,
Tu eus été,
Il eut été,
Nous eûmes été,
Vous eûtes été,
Ils eurent été.
Futur.
Je serai,
Tu seras,
Il sera,,
Nous serons)
22 CONJUGAISON RES JVRIVSES.
Vous serez -, L?
Ils seront.
'Futur mZie/iur.
,}
J'aurai été, J'
Tu auras été,
Il aura été,.,
Nous aurons été,
Vous aurez été,
Ils auront été. ;
MODE CONDITIONNEL
Présent.
Je serais ,
Tu serais,
Il serai t,
Nous serions,
Tousseriez,
Ils seraient.
Passé.
J'aurais été,
Tu aurais été,
Il aurai t été,
Nous aurions été,
Vous auriez été,
Ils auraient été.
Ou
J'eusse été,
Tu eusses été,
Il eltt été,
Nous eussions été,
Vous eussiez été,
Ils eussent été.
MODE SUBJONCTIF.
Présent.
sois
Que tu-fcois, —
Qu'il soit,
Que nous soyons T
Que vous soyez,
Qu'ils soient. -
Imparfait.
Que je fusse,
Ctoe tu fusses ,
Qu'il fut, -
Que nous fussions,
Que vous fussiez,
Qu'ils fussent.
Passé.
Que j'aie été
Que tu aies été,
Qu'il ait été,
Que nous ayons été,
Que vous ayez été,
Qu'ils aient été.
Prétérit antérieur.
Que j'eusse été,
Que tu eusses été,
Qu'il et ilt'été,
Que nous eussions été,
Que vous eussiez été.
Qu'ils eussent été.
MODE IMPÉRATIF.,
Sois,
Soyons,
Soyez.
CONJUGAISON DES VERBES. 2 3
VERBES RÉGULIERS.
MODÈLE DE LA PREMIÈRE CONJUGAISON EN BR,
CONJUGAISON DU VERBE JUMER.
MODE INFINITIF.
Présent.
Aimer.
Passé.
Avoir aimé.
Futur.
Devoir aimer.
MODE PARTICIPE.
Présent.
Aimant.
Passé.
Aimé, aimée.
Futur.
Devant aimer.
MODE INDICATIF.
Présent.
J'aime,
Tu aimes,
il aime,
Nous aimons,
Vous aimez,
lis aiment.
Imparfait.
J'aimais,
Tu aimais,
Il aimait,
Nous aimions,
Vous aimiez,
Ils aimaient.
Prétérit défini.
J'aimai,
Tu aimas,
Il aima,
Nous aimâmes,
Vous aimâtes,
Ils aimèrent.
- Prétérit indéfinl.
J'ai aimé ,
Tu as aimé,
Il a aimé,
Nous avons aimé,
Vous avez aimé,
Ils ont aimé.
Plusque-parfait.
J'avais aimé ,
Tu avais aimé,
Il avait aimé ,
Nous avions aimé,
Vous aviez aimé,
Ils avaient aimé.
Prétérit antérieur.
J'eus aimé,
Tu eus aimé,
Il eut aimé ,
Nous eàmes aimé ,
Vous eûtes aimé
Ils eurent aimé.
2-4 CONJUGAISON DES VERBES.
Futur.
J'aimerai,
Tu aimeras,
il aimera,
Nous aimerons ,
Vous aimerez,
Ils aimeront.
Futur antérieur.
J'aurai aimé,
Tu auras aimé,
Il aura aimé,
Nous aurons aimé,
Vous aurez aimé-
Ils auront aimé.
MODE CONDITIONNEL.
- Présent.
J'aimerais r
Tu aimerais,
Il aimerait,
Nous aimerions r
Vous aimeriez ,
Ils aimeraient.
Passé.
J'aurais aimé,
Tu aurais aimé ,
Il aurait aimé,
Nous aurions aimé,
Vous auriez aime,
Ils auraient aimé.
Ou
J'eusse aimé,
Tu eusses aimé,
11 efit aimé,
Nous eussions aiiné
Vous - eussiez aimé;
: Ils eussent aimé.
MODE SUBJONCTIF.
Présent.
Que j'aime,
Que tu aimes,
Qu'il aime,
Que nous aimions,
Que vous aimiez,
Qu'ils aiment.
Imparfait.
Que j'aimasse ,
Que tu ai masses,
Qu'il aimât,
Que nous aimassions t
Que vous aimassiez,
Qu'ils aimassent.
Passé.
Que raie aimé,
Que lu aies aimé,
Qu'il ait aimé,
Que nous ayons aimé ,
Que vous ayez aimé,
Qu'ils aient aimé.
Prétérit antérieur. j
Que j'eusse aimé, -
Que tu eusses aimé,
Qu'il eut aimé,
Que nous eussions aimé y
Que vous eussiez aimé,
Qu'ils eussent aimé.
MODE IMPÉRATIF.
Aime ,
Aimons,
Aimez.
CONJUGAISON DES VERBES. 2 S
MODÈLE DE LA. SECONDE CONJUGAISON EN IR.
- CONJUGAISON DU YERBE FlIVIÎt.
MODE INFINITIF.
Préseut.
Finir.
Passé.
AToIr finh
Flltur
Devoir finir.
MODE PARTICIPE.
Présent.
Finissant.
Passé.
Fini, finie.
Futur.
Devant finir.
MODE IDlCATIP.
Présent-
Je finis,
Tn finis
il liait,
Isous finissons r
Vons ifnissez,
Ils ifnissent
Imparfait.
Je. finissais,
Tu finissais-,
Il finissait,
riions fmissions J
Vous finissiez,
Ils finissaient.
Prétérit défini.
Je finis ,
Tu finis ,
Il finit,
Nous finîmes,
Vous finîtes,
Ils finirent.
Prétérit indéfini.
J'ai fini,
Tu as fini,
Il a fini,
Nous avons fini ,
Vous avez fini ,
Ils ont fini.
Plusque-parfàir.
J'avais fini,
Tu avais fini,
Il avait fini,
Nous avions fini ;
Vous aviez fini,
Ils avaient fini.
Prétérit antérieur.
J'eus fini ,
Tu eus fini,
Il eut fini,
Nous eûmes fini,
Vous eûtes fini ,
Ils eurent Íini.
26 CONJUGAISON DES VERBES.
Futur.
Je finirai,
Tu finiras ,
Il finira,
Nous finirons,
Vous finirez,
Ils finiront.
Futur antérieur.
J'aurai fini,
Tu auras fini
II aura fini,
Nous aurons fini,
Vous aurez fini,
Ils auront fini.
MODE CONDITIONNEL
Présent.
Je finirais,
Tu finirais..
Il finirait,
Nons finirions,
Vous finiriez,
Ils finiraient.
Passé.
J'aurais fini,
Tu aurais fini,
Il aurait (loi,
Nous aurions fini,
Vous auriez fini,
Ils auraient fini
Ou
J'eusse fini,
Tu eusses fini,
11 eût fini,
Nous eussions fini,
Vous eussiez fini,
Ils eussent fini.
MODE SUBJONCTIF.
Présent.
Que jennisse,
Que tu finisses,
Qu'il finisse,
Que nous finissions,
Que vous finissiez,
Qu'ils finissent.
Impalfait.
Que je finisse,
Que tu finisses,
Qu'il finît,
Que nous finissions,
Que vous finissiez,
Qu'ils finissent.
Passé.
Que j'aie fini,
Que tu aies fini,
Qu'il «it fini,
Que nous ayons fini,
Que vous ayez Ani i
Qu'ils aient fini.
Prétérit anterur.
Que j'eusse fini ,
Que tu eusses fini,
Qu'il eût fini, l
Que nous eussions fini, ]
Que vous eussiez fini, j
Qu'ils eussent fini. j
MODE IMPÉRATIF. 1
Finis,
Finissons,
Finissez.
dONHfoÂtSON DES VERBES. 27
JI€IUÊÊB T)FI LA TROISIÈME CONJUGAISON EN OIR.
COJc-fiAlSÓN DU VERBE POURVOIR-
MODE (NFBS1T1F. 1
Présent.
Pourvoir.
Passé.
Avoir pourvu.
Futur.
Devoir pourvoir.
MODE PARTICIPE.
Présent.
Pourvoyant.
Passé.
Pourvu , pourvue.
Futur.
Devant POUTYuir.
MODE INDICATIF.
Présent.
Je pourvois,
Tu pourvois,
11 pourvoi t,
Nous pourvoyons,
Vous- pourvoyez ,
Ils pourvoient.
Imparfait.
Je pourvoyais ,
Tu pourvoyais,
IL pourvoyait,
Nous pourvoyions,
Vous pourvoyiez ,
Ils pourvoyaient.
Prétérit défini.
Je pourvus,
Tu pourvus ,
Il pourvut,
Nous pourvûmes,
Vousi pourvûtes,
Ils pourvurent.
Prétérit indéfini.
J'ai pourvu,
Tu as pourvu ,
Il a pourvu ,
Nous avons pourvu ,
Vous avez pourvu ,
Ils ont pourvu.
Plusque-p arfait.
J'avais pourvu,
Tu avais pourvu,
Il avait pourvu,
Nous avions pourvu,
Vous aviez pourvu,
Ils avaient pourvu.
Prétérit antérieur.
J'eus pourvu,
Tu çus pourvu ,
Il eut pourvu,
Nous eûmes pourvu,
Vous eûtes pourvu,
Ils eurent pourvu.
Futur.
Je pourvoirai,
Tu pourvoiras,
Il pourvoira ,
28 CONJUGAISON DES VERBES.
Nous pourvoirons 1
Vous pourvoirez,
Ils pourvoiront.
Futur antérieur.
J'aurai pourma
Tu auras pourvu
Il aura pourvu ,
Nous aurons pourvu,
Vous aurez pounu
Ils auront pourvu.
MODE CONDITIONNEL
Présent.
Je pourvoirais,
Tu pourvoirais,
Il pourvoirait,
Nous pourvoirions,
Vous pourvoiriez ,
Ils pourvoiraient.
Passé.
J'aurais pourvu ,
Tu aurais pourvu ,
Il aurait pourvu ,
Nous aurions pourvu ,
Vous auriez pourvu,
Ils auraient pourvut
Ou
J'eusse pourvu.,
Tu eusses pourvu,
Il eût pourvu,
Nous eussions pourvu 7
Vous eussiez pourvu 1
Ils eussent pourvu.
MODE SUBJONCTIF.
Présent. - ,
Que je pourvoie ,
Que tu pourvoIes,
Qu'il pourvoie,
Que nous pourvoyions,
Que vous pourvoyiez,
Qu'ils pourvoient.
lmparfait.
Que je pourvusse,
Que je pourvusses, •
Qu'il pourvût,
Que nous pourvussions y
Que vous pourvussiez,
Qu'ils pourvussent.
Passé.
Que j'aie ponyvu
Que tu aies pourvu,
Qu'il ait pourvu ,
Que nous * ayons pourvu 1
Que vous ayez pourvu,
Qu'ils aient pourvu.
Prétérit antérieur.
Que j'eusse pourvu , f
Que tu eusses 'poufcvu,
Qu'il eût pourvu,
Que nous eussions pourvu,
Que vous eussiez pour va ,
Qu'ils eussent pourvu.
MODE IMPÉRATIF.
Pourvois,
Pourvoyons ,
Pourvoyez.
COÏS-JRGAISCW DES VERBIS. 29
MODELÉ DE LA QUATRIEME CONJUGAlU bJM Hh.
Conjugaison DU verbe RENDRE.
MODE INFINITIF.
Présent.
Rendre.
Passé.
Avoir rendu.
Futur.
Devoir rendre.
MODE PARTICIPE.
Présent.
Rendant.
Passé.
Rendu , rendue.
Futur.
Devant rendre.
MODE INDICATIF.
Présent.
Je rends,
Tu rends ,
Il rend,
Nous rendons ,
V ous rendez,
Ils rendent.
Imparfait.
Je rendais ,
Tu rendais ,
Il rendai t,
Nous rendions -
Vous rendiez 7
Ils rendaient.
Prétérit défini. ::
Je rendis ,
Tu rendis,
Il rendit ,
Nous rendîmes,
Vous rendites,
Ils rendirent.
Prétérit indéfini
J'ai rendu ,
Tu as rendu,
Il a rendu ,
Nous avons rendu,
Vous avez rendu
Ils ont rendu.
Plusque-parfait.
J'avais rendu ,
Tu avais rendu,
Il avait rendu,
Nous avions rendn,
Vous aviez rendu,
Ils avaient rendn.
Prétérit antérieur.
J'eus rendu ,
Tu eus rendu ,
Il eut rendu ,
Nous eûmes rendu,
Vous eûtes rendu,
Ils eurent rendu.
Futur.
Je rend i,
Tu rendras,
3o CONJUOArlSOîf. DES; .VEilJBES.
Il lendria, ,
Nous rendrons^
Vous rendrez,
Ils rendront.
Futur antérieur.
J'aurai rendu ,
Tu auras rendu,
Il aura rendu ,
Nous aurons rendu,
Vous aurez rendu ,
Ils auront rendu.
MODE CONDITIONNEL.
Présent.<
Je rendrais,
Tu rendrais,
Il rendrait,
Nous rendrions ,
Vous rendriez..
Ils rendraient.
Passé.
J'aurais rendu,
Tu aurais rendu)
Il aurait rendu ,
Nous aurions rendu,
Vous auriez rendu,
Ils auraient rendu.
Ou
J'eusse rendu,
Tu eusses rendu,
Il eût rendu,
Nous eussions rendu,
Vous eussiez roda.,
Ils eussent rendu.
MODE: SVBJONÇFIF.
Present.
Que je rend e,
Que' tu 'rcnJès-, -
Qu'il reiidc),
Que nous, rendions
Que vous rendiez)
Qu'ils reudent.
Imparfait.
Que je rendisse,
Que tu rendisses,
Qu'il rendît,
Que nous rendissions ,
Que vous rendissiez ,
Qu'ils rendissent.
Passé.
Que j'aie rendu,
Que tu aies rendu,
Qu'il ait rendu ,
Que nous ayons rendu,
Que vous ayez rendu,
Qu'ils aient rendu.
Prétérit antérieur.
Que j'eusse rendu,
Que tu eusses renda,
Qu'il eût rendu,
Que nous eussions renda,
Que vous eussiez rendu,
Qu'ils eussent rendu.
MODE IMPÉRATIF.
Rends,
Rendons,
Rendez.
CONJUGAISON DES VERBES. 3l
4
VERBES REFLECHIS.
MODÈLE DE LEUR CONJUGAISON.
CONJUGAISON DU VERBE S'AIMER. t
MODE INFINITIF.
Présent.
S'aimer.
Passé.
S'être aimé.
Futur.
Devoir s'aimer.
MODE PARTICIPE.
Présent.
S'aimant.
Passe.
S'élr.nt aimé, aimée.
- Futur.
Devant s'aimer.
MODE INDICATIF.
Présent.
Je m'aime,
Tu t'aimes,
Il s'aime,
Nous nous aimons,
Vous vous aimez,
Ils s'aiment.
Imparfait.
3e m'aimais,
Tu t'aimais,
Il s'aimait,
Nous pous aimions)
Vous vous aimiez,
Ils s'aimaient.
Prétérit défini.
Je m'aimai
Tu t'aimafe? , r
Il s'aima ; T
Nous nons aimâmes,
Vous vous aimâtes,, 1
Ils s'aimèrent. - -
Prétérit- indéfini
Je me suis aim é,
Tu t'es aimé,
Il s'est aimé,
Nous nous sommes aimés,
Vous vous êtes aimé,
Ils se sont aimés. -
Plusque-parfait.
Je m'étais aimé ,
Tu t'étais aimé,
Il s'était aimé,
Nous nons étions aimés,
Vous vous étiez aimés f
Us s'étaient aimés.
Prétérit antérieur-
Je me fus aimé,
Tu te fus aimé,
Il se fut aimé
Nous nous fûmes aimés,
Vous vous fûtes aimés,
Ils se furent eimés.
fh COSJUGAISON DES VERDE.
Fitittri - -
Je m'aimerai,
Tn .,
Il a-'aimera, ') -
Nous coais aimerons, y
Voas rouâimerez "no j
Ils s'aimeront.
Futur antérieur.
Je me serai aimé,
Tu te seras aimé,
Il se sera aimé,
Nous nous serous aimés-,
Vous vous serez aimés, j
Ils se seront ai més.
MODE CONDITIONNEL.
Présent, ,
Je m'aimerais,
Tu t'aimerais,
Il s'aimerait, ;0Ii
Nous nous aimerions,
Vous vous aimeriez,
Ils s'aimeraient.
Passé. ,j r
Je me serais aiond
Tu. te serais aimé)
Il seserait aimé,
Nous nous serions atm,
Vous vous seriez aimés,
Ils se seraient aimés. nî
m Ou i
Je me fuss-e ahné i
Ta te fasses aimé,
IL se ffot aimé ,
Nous nous fussions aimés,
Vous vous fussiez aimé^,
Ils se fussent aimés.
i
MODE SUBJONCTIF. ;
Présent. y
Que je m'aime , u fit
Que tu t'aimes,
Qu'il s'aime,
Que nous nous aimions,
Que vous vous, aimiez,
Qu'ils s'aiment-
Imparfait.
Que je m'aimasse ,
Que tu t'aimasses,
Qu'il s'aimât.
Que nons nous aimassions,
Que vous vous aimassiez,
Qu'ils s'aimassent.
Passé.
Que je me sois aimé,
Que tu te sois aimé,
Qu'il, sp soi t aiiné,
Que n. nous soyons aimés,
Que vous vous soyez aimés,
Qu'ils se soient aimés.
Prétérit cittlèrietc*. t
Que je me fasse atrnê,
Que tu te fusses aimé,
Qu'il se fût aimé,
Quc n. nou fnssions aimés,
Que v. vous fussiez aimés,
Qu'ils se fussent aimés.
MODE IMPÉRATIF.
Aime-rtoi,
Aimons-nons,
Aimez-vous.
CCHHOfeAlSOH DES VERBES. 33
-VERBES PASSIFS.
JfODii:J.E DE DEWR CONJUGAISON. 1 1-
CONJUGAISON DU VERBE ÊTRE A;cjJI1j-.
MODE INFINITIF.
Présent,
Être aimé.
passé.
Avear été aimé.
- Futur.
Devoir être aimé.
MODE. PARTICIPE.
Présent.
Etant aimé.
Passé.
Ayant été aimé; aimée.
Futur.
Devant être aimé.
MODE INDICATIF.
Présent..
Je sois aimé ,
Tu es aimé,
Il est aimé ,
Nous sommes aimés,
Tous êtes aimés,
Ils sont aimés.
Impalfait.
J'étais aimé,
Ta étais aimé,
Il était.aimé,
Nous étions aimés.
Vous étîez aimés , *-
Ils étaient aiinés.
Prétérit défini. -
Je fus aimé,
Tu fus aimé,
Il fat aimé, l
Nous fûmes aimés, - .-
Vous fûtes aimés ?
Ils furent aimës. r -
Prétérit indéfini.
J -, f .JI¡
r-al M-aimé,
Tu as été airak,
II a été aimé, •
Nous avons ëtë ,¡urnes JI-
Vous avez été aimés ,
Ils ont-été aimés,
Puisque-parfait.
J'avais été aîmé ,- - - <-
Tu avais été aimé,
Il avait été aimé , • ,
Nous avions été aimés
Vous aviez été ain^é^.
Ils avaient été aimés,.
Prétérit antérieur
J'eas été aimé; - «
Tu eus été aimé,
Il eut été aimé,
Nous eûmes été aimés,
Vous eûtes été aimés,
Ils eareat été aimés..
-
ti -CONJUGAISON DES VERBES.
Futur. -
Je serai aime,
Ta. seras aiipé,
Il sera aimé-,
Nous serons-aimés,
Vous serez aimés
Ils seront aimés.
Futur antérieur.
J'aurai été aime,
Tu auras été aime,
Il aura été aimé,
Nous aurons été aimés,
.Vous aurez et almes.1
Ils auront été aimés. *
MODE CONDITIONNEL,
tPrésëni.
Je serais aimé,
Tu. serais aimé,
Il serait aimé,
Nous serions aimésj
Vous seriez aimésL*,
Ils seraient a.imés.
Passé. -
J'aurais été airfté,
Tu aurais été aimé,
JI aurait été aimé/
Nous aurions été aimés,
Vous aurieznété aimés,
Ils auraient élé aimés.
Ou
J'eusse été ai mé ,
Tu eusses été aimé,
Il eftt été aimé,
Nous eussions été aimés,
Vous eussiez été aimés, 1
Ils eussent été aimés. 1
MODE SUBJONCTIF. ]
Présent. j
Que je sois^aîoié',
Que tu sois aime.
Qu'il soit aimé,
Que nous soyons aimés,
Que voas soyez aimés,
Qu'ils soient aimés.
Imparfdit.
QuQ je fusse-aimé,
Que tu fusses aimé,
Qu'il fllt aime, :
Que nous forions aimés,
Que vous- fussiez aimés,
Qu'ils fussent aimés.
Passé.
Que j'aie été aimé,
Que tu aies été aimé,
Qu'il ait été aimé,
Que nous ayons été aimés,
Que vous ayez été aimés,
Qu'ils aient été aimés.
Prétérit antérieur.
Que j'eusse été aimé,
Que tu eusses, été aimé,
Qu'il etit été aimé,
Que n. eussions été aimés,
Que vous eussiez été aimés
Qu'ils eussent été aimés.
MODE IMPÉRATIF.
Sois aimé,
Soyons aimés,
Soyez aimés
CONJUGAISON DES VERBES. 35
VERBES NEUTRES.
MODÈLE DE LA. CONJUGAISON DE CEUX QUI
PRENNENT ÊTRE. -
CONJUGAISON DU VERBE tomber.
MODE INFINITIF.
Présent.
Tomber.
Passé.
Être tombé.
Futur.
Devoir tomber. -
MODE PARTICIPE.
Présent.
Tombant.
Passé.
Tombé, tombée.
Futur.
Devant tomber.
MODE INDICATIF.
- Présent.
Je tombe,
Tu tombes,
Il tombe,
Nous tombons,
Vous tombez t
Ils tombent.
Imparfait.
Je trwiliais }
Tu tombais,
Il tombait,
Nous tombions,
Vous tombiez,
Ils tombaien.
Prétérit défini. 1
Je tombai ;
Tu tombas,
Il tomba,
Nous tombâmes,
Vous tombâtes 1
Ils tombèrent.
Prétérit indéfini.
Je suis tombé 1
Tu es tombé,
Il est tombé,
Nous sommes tombés.
Vous êtes tombés. -
Ils sont tombés..
Plus que-parfait.
J'étais tOmbé,
Tu étais tombé,
Il était tombé ,
Nous étions tombés j
Vous étiez tombés 7
Ils étaient tombés.
Prétérit antérieur.
Je fus tombé,
Tu fus tombé,
Il fut tombé,
Nous fûmes tombés,
Vous fùtes tombés
Ils fax eut- tombée
36 CONJUGAISON DES VERBES
Futur,.
Je tomberai.,
Ta tomberas ,
Il tombera ,
Nous tomberons,.
Vous tomberez,
Ils tomberont.
Futur anté,.iear-..
Je serai tombé,
Ta seras tomber
Il sera tombé,
Nous serons tombés t
Vous serez tombés,.
-Ils seront tombés-
MODE CONDITIONNEL.
Présent
Je tomberais,
Tu tomberais ,
Il Tomberait,
Nous tomberions v
Vous tom beriez,
Ils tomberaient.
Passé..
Je serais tombé,
Tu serais tombé,.
Il serait tombé ,
Nous serions tombés"
Vous seriez tombés,
Ils seraient tombés..
Ou
Je fusse tombé r
Tu fusses tombé,
Il fùt tombé,
Nous fussions tombés,
Vons fussiez tombis,
Ils fussent tombés..
MODE SUBJONCTIF.
Présent..-
Que je tombe,
Que tu tombes,
Qu'il tombe,
Que nous tombions t
Que vous tombiez,
Qu'ils tombent.
Imparfait,
Que je tombasse r
Que tu tombasses,
Qu'il tombât,.
Que nous tombassions
Que vous tombassiez,
Qu'ils tombassent.
Passé.
Que. je sois tom bé-,
Que tu soi s tombé,
Qu'il soit tombé,
Que nous soyons tombés,
Que vous soyez tombés,.
Qu'ils soient lombés.
Prétérit antérieur.
Que je fusse tombé,
Que tu fusses tombé,
Qu'il fût tombé,
Que nous fussions tombés,.
Que vous, fussiez tombes,
Qu'ils fussent tombés,
MODE IMPÉRATIF..
Tombe,
Tombons,
Tombez..
VERBES IRRÉGULIERS. '37
TABLEAU
DES TEMPS PRIMITIFS DES VERBES IRRÉGULIERS
ET DES DÉFECTUEUX.
Les verbes irréguliers et les défectueux dont
les temps primitifs ne se trouvent pas dans ce
tableau , en manquent, et manquent aussi de&
temps qui s'en forment (t). -
Infinitif Participe Participe Indicatif PrétëFit
présent. présent. passé. présent. défini.
Aller. allant. allé,, e. je vais. tu allas.
Accroire. %er,-. tu acquis.
Acquérir. acquérant, acquis , e. j'acf'lers-. tu acquis.
Assaillir. assaillant, assailli , e j'assaille. tu assaillis-
S'asseoir. s'ilsseyant. assis , e. je m'assieds tu t'assis.
Bénir. l'énissaut. béni , e. je bénis. tu bénis.
Boire. buvant. bu, e. je bois. tu bus.
Bouillir. bouillant, bouilli, c. je bous, tu bouillis..
Braire, il brait.
Bruire. bruyant.
Choir. ehu , e*.
Clore. clos, e. je clos.
Coudure. concluant, conctu, e. je conclus, tu conclus -
Coufire. confisant, confit, e. je confis. tu confis.
Connaître, connaissant connu , e. je connais, tu connus.
Croire, croyant. cru, e. je crois. tu crus.
Coudre. cousant. cousu, e. je couas. tu cousis.
Cueillir.. cueillant. cueilli, e. je cueille, tu cueillis..
Déchoir. déchu , c. je déchois, tu déchus.
Devoir.. devant. dû, e. je dois. tu dus..
Dire. disant. dit. e. je dis. tu dis.
Dissoudre, dissolvant, dissous, te. je dissous.
Echoir, échéant. échu, e. il échoit, tu échus.
Eclore. éclos, e. il éclôt.
Envoyer, envoyant, envoyé, e. j'envoie. tu envoyas.
Faillir. faillant. failli. tu faillis.
-- 0) composés de ceux de ces verbes qui eu ont, ont généralement
Jes mêmes irrégularités et obéissent au même caprice ; et il est facile de
veutir que dans un tableau de cette nature, on ne peut pas lever toutes lés
difficultés que présentent les verbes irréguliers ; aussi est-ce aux maîtres à
seconder les efforts de leurs élèves, et aux parents qui se chargent de-
l'éducation de leurs enfants, de recourir a ma grande grammairesi ces
difficultés se sont échappées de leur esprit.
33 VERBES IRRÉGULIERS.
Infinitif Participe Participe Indicatif Prétérit
présent. • présent. passé. présent. défiai.
Faire. faisan t. fcit, e. je fais. tu fis.
Falloir. fallait t. fallu. il faut. il fallut.
Fleurir. fleurissant. fleuri, e. il fleurit. il fleurit.
Frire. frit, e. je fris.
Fuir. fuyant. fui. je fuis. tu fuis.
Gésir. gisant. - 1f gît.
Haïr. haïssant. haï, e. je hais.
Issir. issu, e.
Lire. lisant. lu, e. je 1rs. tu lus.
Luire. luisant. lui. je luis.
Maudire. maudissant. maudit, e. je maudis, tu maudis.
Mettre. mettait mis, e. je mets. tu mis.
Moudre. moulant, moulu, e. je mouds, tu moulus.
Mourir. mourant. mort, e. je meurs, tu mourus
Mouvoir, mouvant, mû, e. je meus. tu mus.
Nattre. naissant. é, e. je nais. tu naquis.
Ouïr. ouï. tu ovus.
Plaire. plaisant. plu. je plais. tu plus.
Paître. paissant. pu. je pais.
Partir. partant. parti, e. je. pars. tu partis.-
Pleuvoir. pleuvant, plu. il pleut. il plut.
Prendre. prenant. pris, é. je prends, tu pris.
Pouvoir. pouvant. pu. jé puis. tu pus.
Promouvoir promu, e.
Ravoir.
Rire. riant. ri. je ris. tu ris-
Saillir. saillant. sailli. il saille. il saillit.
Savoir. sachant. su, e. je sais. tu sus.
Seoir. séant. sis, e. il sied.
Sortir. sortant.. sorti, e. je sors. , tu sortis.
Soustraire, soustrayant soustrait, e. je soustrais.
Suffire. suffisaut. suffi. je suffis. tu suffis.
Suivre. suivant. suivi, e. je suis. - tu suivis.
Surseoir. sursoyant, sursis, e. je sursois, tu stais..
Taire. taisant. tu, e. je tais. tu tus.
Vaincre. vainquant, vaincu, e. je vaincs, tu vainquis..
-Valoir. valant. valu. je vaux. tu valus.
VeDïr. - venant. venu, e. je viens. tu vins.
Vêir. vêtant: vêtu, e. je vêts. tu vêtis.
V-ivre, vivant.- t vécu. je vis. tu vécus.-
Voir. voyant. vu, e. je vois. tu vis.
Vouloir.- voulant. voulu,. e. je veux- tu -voulus;..
DE L'ADJECTIF. 39
DEI L'ADJECTIF. -*
L'adjectif est un- mot varible qui s'ajoute
au nom pour exprimer sa manière d'être-,-pour
faire connaître une de: ses qualités, : - 1
On peut considérer l'adjectif sous trois points
de vue, comme sage, portant, porté, c'est-à-
dire qu'il peut être énonciatif actif ou passfi.
DU-SIGNE DU PLURIEL DANS LES ADJECTIFS.
Le signe du pluriel, dans les adjectifs, est
ordinairement la-lettre s, et quelquefois la lettre
x, ajoutée au singulier, comme sage2 sages;
prudent, prudents; qeàil, beaux ; nouveau,
nouveaux.
Les adjectifs terminés par 'al font aux au
pluriel, comme cverbal, verbaux; général,
généraux. Mais quelques-uns n'ont pas de
pluriel, commejoviat, matinal. Tous les fémi-
nins sont réguliers, comme une femme mati-
nale, des femmes matinales.
DU GENRE DANS LES ADJECTIFS. 1
Le genre, dans les adjectifs., se reconnaît à
l'e muet. 1° Les adjectifs terminéspar Ye muet,
sont les mêmes pour les. deux genres, comme lin.
homme aimable, une femme aimable ; un
homme juste, une femme juste.
2° Les adjectifs terminés par ai, é, i, u,
prennent un e au féminin, comme gai, gaie;
chéri, chériej reçu, reçue.
40 DE L ADJECTIJ.
- 3° Les adjectifs terminés par une consonne,
prennent un e au féminin, comme méchant,
méchante.D'autres doublent la consonne finale,
comme cruel f cruelle ; gros, grosse. Dévot,
bigot, civil, puéril, seul, prennent seulement
un e au féminin. Lorsquç la consonne ou t
est précédée de la voyelle a, on ne la double
pas, comme ingrat, ingrate; libéral, libérale.
4° Les adjectifs terminés par ier, er, prennent
un e et l'accent grave au féminin, comme
étranger, étrangère; ménager, ménagère.
5° Les adjectifs terminés par eur changent
eur en euse, icepresse, eure, comme chanteur,
chanteuse; instituteur, institutrice ; vengeur, ven-
geresse; majeur, majeure.
6° Les adjectifs terminés par eux, changent
eux en euse, comme affreux, affreuse ; heureux,
heureuse. N
7° Jaloux fait jalouse; faux, fausse ; roux,
rousse; doux, douce. • T f.
8° Les adjectifs terminés par un c, changent
le c en che, comme franc, franche ; sec, sèche.
D'autres changent le c en que, comme caduc,
caduque; public, publique. Grec faitgrecque; duc
fait duchesse.
9° Les adjectifs terminés par uneh changent
cette fen ve, comme actif, active; neuf, neuve;
bref, brève.
i o- Long fait longue; malin, maligne ; bénin,
benigne-, tiers, tierce; frais, fraîche.
DE r: At>nc.TIF. -41
i i - Les adjectifs beau,- nouveau, fou, mou,
vieux, placés devant un nom masculin qui
commence par une voyelle ou par une h non
aspirée, s'écrivent bel, nouvel-, fol, mol, vieil ;
et de ces masculias se forment les féminins,
ea doublant la consonne finale: bel, belle,-
nouvel, npuvelle; fol, folle; mol, molle; vieil,
vùwe.
12* Les adjectifs suivants sont les mêmes pour
les deux gentes: hjperborèe, aùfeur, écrivain,
térooùij poète, philosophe.
DEGRÉS DE SIGNIFICATION
DANS LES ADJECTIFS.
L'adjectif peut modifier le nom de diverses
manières. Un homme peut être sage, très-
sage, peu sage, sans aucune comparaison à
un autre homme : ce sont les trois degrés de
signification ou les degrés absolus.
Un homme peut être aussi sage, plus sage,
moins sage qu'un autre homme à qui on le
compare : ce sont les trois degrés de compa-
raison ou les degrés, comparatifs.
Ces trois degrés, soit comparatifs, soit ab-
sdus, ont des dénominations relatives à ce
qu'ils expriment.
DEGRÉS ABSOLUS.
Posifif,.,. Sage.
..Ampliatif.-.00"" Très-sage.
DilJÚlUI.tif. Peu sage.
4'2 DE L'ARTICLE.
DEGRES COMPARATIFS.
D'égalité. Aussi sage.
De supériorité. Plus sage.
D'infériorité. Moins sage.
Lorsque le mot le précède les mots plus,
mieux, moins, il forme ce qu'on appelle le
superlatif; et ce superlatif est comparatif ou
absolu, comme nous le verrons en syntaxe.
DE L'ARTICLE.
L'article est un mot variable qui se place
devatffle nom pour en faire connaître le genre
et le nombre, ppur en déterminer l'étendue.
Lei articles se divisent en
10 Collectifs, comme plusieurs, tout.
2° Distributifs, comme chaque, quelque.
3° Négatifs, comme nul, aucun. -
4° Numératifs, comme un, deux, vingt, cent.
50 Simples : le, la, les.
6° Composés : du, des, au, aux.
7° Possessifs, comme mon, ton, nos, leurs.
8° Démonstratifs : ce, ces, cet, cette.
DE LA PREPOSITION.
La préposition est un mot invariable qui
indique qu'il n'y a qu'un simple rapport entre
le mot qui le précède et celui qui la suit; elle
demande presque toujours un mot pour com-
pléter le sens qu'elle a commencé. Aaprès,
avec, chez, contre, dans, de, en, entre, pour,
sans, sur, vers, sont des prépositions.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.