Projet de fêtes à donner à l'empereur des Français, roi d'Italie, aux fêtes triomphales du 15 août prochain 1806 . Par la nation française tout entière et les douze rois et souverains nouvellement créés en Europe par Napoléon

Publié par

[s.n.]. 1806. France (1804-1814, Empire). VIII p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mercredi 1 janvier 1806
Lecture(s) : 4
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

PROJET
DE FÊTES A DONNER
A L'EMPEREUR DES FRANÇAIS, ROI D'ITALIE,
AUX FÊTES TRIOMPHALES
Du 15 août prochain 1806. (1)
PAR
LA NATION FRANÇAISE TOUTE ENTIERE,
Et~r aio^ze Rois et Souverains nouvellement
Europe par NAPOLÉON.
TOUTES les imaginations s'épuisent aujourd'hui pour trouver
un mode de célébrer d'une façon digne du sujet, les hauts
faits d'un héros qui en moins de trois mois est parvenu à ter-
miner une guerre tellement combinée par les puissances coali-
sées contre la France , (lue, si elle eut réussi à leur gré , elle
pouyoit durer au moins dix ans, épuiser la population de la
France, et démembrer son vaste Empire. Les expressions
paroissent manquer, l'on n'a trouvé que le mot Grand, pour
< 1 ) Il paroit vraisemblable que les fêtes seront reculées au 15 aoûtt
1 jour de l'anniversaire de la naiàâauct du l'empereur, et de la Fête
de St. Napoléon t son patron.
< 2 )
Qualifier Napoléon. Nous croyons cette expression infiniment
foible, en ce qu'elle paroît rabaisser au niveau de tous les
grands hommes, ainsi qualifiés par lés siecles passés, celui qui
les a tous surpassés.
Ensuite on a proposé d'ériger en l'honneur de Napoléon,
des colonnes Trajanes , des temples, des edifices, des places
publiques, monumens qu'on n'éleve qu'à grands frais, tou-
jours par le produit d'impôts considérables qui pesent souvent
-sur plusieurs générations , arrosés quelquefois des larmes de
pauvres Familles auxquelles on enleve leurs foyers domestiquai
pour les sacrifier à la décoration; monumens qui tels solides
qu'ils soient, n'ont qu'une durée momentanée , puisque six ,
huit ou dix siecles, en détruisent souvent jusqu'à la trace; que
l'opinion ou des circonstances dont l'avenir seul dispose peu-
vent «a changer la destination ou l'objet, et faire disparoître
le motif primordial. Nous en offrons ici un des plus simples, inef-
façable de la mémoire des hommes f dont chaque génération
transmettra le dépôt, qu'elle se fera gloire et honneur de
conserver.,. qui rappelera d'âge en âge, les époques mémo-
,rables que nous voulons éterniser , qui, confié aux dépôts pu-
blics, ne pourra jamais se perdre, et ne coûtera rien i
.personne ; dont chacun de nous pourra dire comme Horace:
Exegi monumentum ære perennius,
Regalique situ pyramidum altius ;
Quod non imber edax, non aquilo impotcns
Possit diruere , aftt innumerabilis
Annorum series, et fuga temporum.
Non omnis moriar : multaque pars mei
Vitabit Libitinam (i).
■ r ——
(I) Ges vers d'HORACE , faitsil j a 18 siecles, vivrçmt éternellement;
^'ignore si Rome conserve encore les monumens qui existo ient du terns
d'Auguste. Sans Thistoire qui nous en a transmis les now,? , se douterait-
on qu'ils aiellt existé.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.